ABHINAVAGUPTA (fin Xe-déb. XIe s.)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Originaire du Cachemire, Abhinavagupta est le penseur le plus éminent de la religion shivaïte, dans l'école trika. Ses ouvrages de mystique, de philosophie et d'esthétique, célèbres en milieu indien, constituent la synthèse du shivaïsme trika.

Abhinavagupta se réclame, comme tous les shivaïtes, des āgama ou tantra, qui sont les textes orthodoxes du shivaïsme dans l'Inde entière (et en particulier dans le Sud). Il se situe dans la lignée d'enseignement des grands maîtres du shivaïsme trika : Vasugupta, à qui furent « révélés », aux environs du viiie siècle, les śivasūtra, créateur de la « thèse de l'autonomie » du Seigneur (svatantryavāda) ; Somānanda, qui insiste sur la « reconnaissance » (pratyabhijnā) de l'universelle conscience dans le monde et en nous-mêmes ; Utpaladeva, à la fois mystique et poète. Abhinavagupta forma lui-même plusieurs élèves, en particulier Kṣemarāja, qui commenta plusieurs ouvrages de son maître.

Parmi les ouvrages d'Abhinavagupta, certains sont plus proprement philosophiques, en particulier la Vimarśinī, qui est un commentaire des « versets sur la reconnaissance du Seigneur » (Iśvarapratyabhijnākārikā) d'Utpaladeva et une interprétation, dans une perspective shivaïte, de la Bhagavadgītā. D'autres commentent et développent les données de la révélation. Le volumineux Tantrāloka, (« l'examen des tantra »), dont la matière est résumée dans le Tantrasāra (l'« essence des tantra »), appartient à cette dernière catégorie. C'est une somme des conceptions tant philosophiques que religieuses et sotériologiques du shivaïsme trika, où l'auteur fait montre à la fois d'une piété profonde, d'une pensée pénétrante et aussi d'une indépendance d'esprit qui le porte à dépasser sans cesse les conceptions étroites, et à élargir constamment le point de vue de ses prédécesseurs.

Le shivaïsme d'Abhinavagupta et de ses devanciers est aussi moniste que celui de Śankarācārya ; mais il tient à attribuer à l'absolu une complète autonomie (svātantrya) ou [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  ABHINAVAGUPTA (fin X e -déb. XI e s.)  » est également traité dans :

ALAṂKĀRA-ŚĀSTRA

  • Écrit par 
  • Pierre-Sylvain FILLIOZAT
  •  • 2 034 mots

Dans le chapitre « Formation d'un art poétique sanskrit »  : […] Si les plus anciennes œuvres littéraires que nous connaissons semblent bien attester une connaissance consciente de la structure de nombreuses figures, et supposer l'ébauche d'un art poétique, ce n'est qu'après la pleine floraison de la poésie raffinée que l'on voit s'imposer des ouvrages de poétique, soit vers le vii e  siècle de l'ère chrétienne. Les premiers auteurs que nous connaissions sont B […] Lire la suite

BOUDDHISME (Les grandes traditions) - Bouddhisme indien

  • Écrit par 
  • Jean FILLIOZAT, 
  • Pierre-Sylvain FILLIOZAT
  •  • 10 625 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Déclin et renouveau »  : […] L'épigraphie, l'archéologie, les textes, toute la documentation historique attestent la vitalité des divers mouvements bouddhistes, Hīnayāna, Mahāyāna, tantrisme jusqu'au xii e  siècle. Tout philosophe hindou se doit encore de réfuter des doctrines bouddhistes, même les vues tantriques. Abhinavagupta ( xi e  s.) prend le soin de critiquer le Kālacakra, école de tantrisme bouddhique dans sa grande […] Lire la suite

HINDOUISME

  • Écrit par 
  • Anne-Marie ESNOUL
  •  • 9 181 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Les sectes shivaïtes »  : […] Elles sont innombrables, mais beaucoup peuvent se regrouper sous certaines formes mieux définies. Deux grandes catégories sont particulièrement à retenir. C'est d'abord celle des pāśupata , dont les premiers témoignages remontent aux tout premiers siècles de l'ère : le Mahābhārata les cite parmi les sectes connues à cette époque. Les pāśupata reconnaissent trois entités : le Seigneur ( pati ) qui […] Lire la suite

ŚIVA ou SHIVA ET SHIVAÏSME

  • Écrit par 
  • Pierre-Sylvain FILLIOZAT
  •  • 8 174 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Le shivaïsme du Kaśmīr »  : […] Le Kaśmīr a été le théâtre d'une sorte de réforme du shivaïsme au ix e siècle. Ses auteurs déclarent se fonder sur un ensemble de textes révélés, appelés āgama ou tantra , dont les 28 du śaivasiddhānta et 64 autres. Ils ajoutent que, parmi les premiers, 10 sont dualistes, 18 mêlent dualisme et non-dualisme ; quant aux 64, ils sont purement non dualistes. Ils affirment que la vraie vue non dualis […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jean NAUDOU, « ABHINAVAGUPTA (fin Xe-déb. XIe s.) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 octobre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/abhinavagupta/