Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

ABHINAVAGUPTA (fin Xe-déb. XIe s.)

Abhinavagupta se réclame, comme tous les shivaïtes, des āgama ou tantra, qui sont les textes orthodoxes du shivaïsme dans l' Inde entière (et en particulier dans le Sud). Il se situe dans la lignée d'enseignement des grands maîtres du shivaïsme trika : Vasugupta, à qui furent « révélés », aux environs du viiie siècle, les śivasūtra, créateur de la « thèse de l'autonomie » du Seigneur (svatantryavāda) ; Somānanda, qui insiste sur la « reconnaissance » (pratyabhijnā) de l'universelle conscience dans le monde et en nous-mêmes ; Utpaladeva, à la fois mystique et poète. Abhinavagupta forma lui-même plusieurs élèves, en particulier Kṣemarāja, qui commenta plusieurs ouvrages de son maître.

Parmi les ouvrages d'Abhinavagupta, certains sont plus proprement philosophiques, en particulier la Vimarśinī, qui est un commentaire des « versets sur la reconnaissance du Seigneur » (Iśvarapratyabhijnākārikā) d'Utpaladeva et une interprétation, dans une perspective shivaïte, de la Bhagavadgītā. D'autres commentent et développent les données de la révélation. Le volumineux Tantrāloka, (« l'examen des tantra »), dont la matière est résumée dans le Tantrasāra (l'« essence des tantra »), appartient à cette dernière catégorie. C'est une somme des conceptions tant philosophiques que religieuses et sotériologiques du shivaïsme trika, où l'auteur fait montre à la fois d'une piété profonde, d'une pensée pénétrante et aussi d'une indépendance d'esprit qui le porte à dépasser sans cesse les conceptions étroites, et à élargir constamment le point de vue de ses prédécesseurs.

Le shivaïsme d'Abhinavagupta et de ses devanciers est aussi moniste que celui de Śankarācārya ; mais il tient à attribuer à l' absolu une complète autonomie (svātantrya) ou encore, sous un autre aspect, une volonté susceptible de s'exprimer sous forme d'activité. L'absolu est, dans cette perspective, pure conscience (caitanya), mais cette conscience comporte deux aspects d'ailleurs indissociables : prakāśa, qui est pure lumière, et vimarśa, qui est la prise de conscience, donc un acte. Śiva, dans sa forme la plus haute, est en quelque sorte une lumière qui s'éclaire elle-même. Le shivaïsme trika analyse très finement comment l'ébranlement initial (saṃrambha), souverainement libre, de la prise de conscience de Dieu se propage, en développant successivement des énergies (śakti), puis, à travers de multiples catégories (tattva) dûment inventoriées, les différentes émanations qui aboutissent à la création matérielle, et au cours de laquelle la pure conscience se dégrade ; c'est l'enseignement du spanda (spandaśāstra), de la vibration. Les catégories (tattva) inférieures sont d'ailleurs empruntées au sānkhya comme dans le śaivasiddhanta.

Sur le plan sotériologique, Abhinavagupta insiste sur l'importance de la grâce de Śiva, qui est Śiva lui-même, puisque Dieu n'est pas distinct de la connaissance de Dieu. Il distingue plusieurs voies d'accès au salut, qui n'est pas à proprement parler, dit-il, une libération, mais simplement la « reconnaissance » de notre identité au Śiva suprême. Les unes font appel aux pratiques religieuses, à la méditation et au yoga, mais quelques êtres privilégiés peuvent être brusquement ravis par l'appel de la grâce et confrontés de manière immédiate à leur suprême réalité : c'est l'état dit bhairava. Le voile de l'illusion, qui trouble la limpidité de la conscience, peut d'ailleurs se déchirer en certaines circonstances, par exemple à l'occasion d'un choc ou lors du ravissement amoureux ou esthétique.

Car, bien que les œuvres esthétiques d'Abhinavagupta soient légèrement en marge de sa production philosophique, ses[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Autres références

  • ALAṂKĀRA-ŚĀSTRA

    • Écrit par Pierre-Sylvain FILLIOZAT
    • 2 014 mots
    ...notions générales, est due à Mammaṭa. Dès lors, la production devient très abondante, et une école très florissante se forme au Cachemire (xe-xie siècle), sous l'inspiration du grand docteur shivaïte Ābhinavagupta. La théorie du dhvani est longuement commentée, renforcée ou discutée. Les noms les...
  • BOUDDHISME (Les grandes traditions) - Bouddhisme indien

    • Écrit par Jean FILLIOZAT, Pierre-Sylvain FILLIOZAT
    • 10 641 mots
    • 1 média
    ...Hīnayāna, Mahāyāna, tantrisme jusqu'au xiie siècle. Tout philosophe hindou se doit encore de réfuter des doctrines bouddhistes, même les vues tantriques. Abhinavagupta (xie s.) prend le soin de critiquer le Kālacakra, école de tantrisme bouddhique dans sa grande somme de tantrisme śivaïte, le Tantrāloka...
  • HINDOUISME

    • Écrit par Anne-Marie ESNOUL
    • 9 148 mots
    • 4 médias
    À l'autre extrémité de l'Inde, au Kaśmîr (Cachemire), une forme de śivaïsme est dominée par la grande figure du philosophe Abhinava Gupta (xe s.). Le système exposé dans des œuvres importantes qui se succèdent du ixe au xviiie siècle persiste encore de nos jours. On lui donne le...
  • ŚIVA ou SHIVA ET SHIVAÏSME

    • Écrit par Pierre-Sylvain FILLIOZAT
    • 8 153 mots
    • 3 médias
    ...concept de spanda, celle qui est inaugurée par Somānanda et insiste sur l'idée de pratyabhijñā. Le plus grand nom de cette école est celui d' Abhinavagupta, florissant aux alentours de l'an 1000, auteur d'une œuvre abondante de technique rituelle (tantra), d'esthétique et de philosophie...

Voir aussi