Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

MUNICH (JEUX OLYMPIQUES DE) [1972] Chronologie

5 septembre

Au petit matin, des terroristes palestiniens se jouent de la sécurité et pénètrent facilement dans le village olympique. Ils investissent le bâtiment 31 de la Connollystrasse, dans lequel réside la délégation israélienne. Moshe Weinberg, un entraîneur de lutte qui tente de s'interposer, et Yossef Romano, un haltérophile qui essaie de donner l'alerte, sont abattus. Le commando se retranche dans le pavillon et prends neuf athlètes en otages. Moins d'une heure après que les terroristes, qui se revendiquent de Septembre noir, se sont introduits dans le village olympique, l'alerte est donnée. Manfred Schreiber, directeur de la sécurité des Jeux, un homme à poigne, prend les choses en main. Les terroristes font connaître leurs revendications. Willy Brandt, chancelier de la République fédérale, contacte Golda Meir, chef du gouvernement israélien. Le C.I.O. attend 15 heures pour décider l'arrêt des Jeux, qui n'est effectif qu'à 16 heures. Vers 22 heures, trois hélicoptères emmènent les terroristes et leurs otages vers l'aéroport de Fürstenfeldbruck, où un Boeing-727, censé décoller vers un pays arabe, les attend. Peu après l'arrivée des hélicoptères, les tireurs d'élite de la police allemande tentent de tuer les Palestiniens ; ces derniers mitraillent les neuf otages. Le bilan est épouvantable : onze Israéliens, cinq des terroristes palestiniens et un policier ont trouvé la mort.

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : historien du sport, membre de l'Association des écrivains sportifs

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Voir aussi