Angélique LEVI

ingénieur de recherche en littérature générale et comparée à l'université de Paris-III-Sorbonne nouvelle, traductrice

CREMONINI CESARE (1550 env.-1631)

  • Écrit par 
  • Angélique LEVI
  •  • 343 mots

L'un des représentants les plus autorisés de cette école de Padoue qui, durant des siècles, a vu converger les efforts des penseurs italiens pour échafauder une philosophie originale, résolument orientée vers l'expérience, en opposition au courant scolastique relevant de Thomas d'Aquin, Cremonini, dont l'éclectisme s'abreuve à Averroès et à […] Lire la suite

FOLENGO TEOFILO (1491-1544)

  • Écrit par 
  • Angélique LEVI
  •  • 474 mots

Connu sous les divers pseudonymes de Merlino Coccajo, Merlin Coccaie, par lequel le désigne Rabelais, ou Limerno Pitocco, c'est-à-dire « le Gueux », Folengo est une des figures les plus représentatives et l'un des écrivains les mieux doués de son époque. Né à Mantoue, bénédictin à vingt ans, Teofilo jette son froc aux orties en 1524. Sur les raisons de ce geste, les commentateurs ne sont pas d'acc […] Lire la suite

ITALIE - Langue et littérature

  • Écrit par 
  • Angélique LEVI, 
  • Dominique FERNANDEZ, 
  • Jean-Noël SCHIFANO, 
  • Jean-Paul MANGANARO, 
  • Philippe RENARD, 
  • Pierre LAROCHE
  •  • 29 061 mots

Traiter de l'esthétique d'une langue, c'est se faire chasseur d'ombres. La linguistique moderne a assez démontré qu'une langue en soi n'est ni belle ni laide, que les considérations par lesquelles on justifie tel ou tel choix sont inspirées par des goûts personnels, que les règles sur lesquelles il se fonde n'ont rien de rigoureux ni de logique, qu'elles sont toutes extérieures à l'objet qu'elles […] Lire la suite

MARINO GIOVANNI BATTISTA dit LE CAVALIER MARIN (1569-1625)

  • Écrit par 
  • Angélique LEVI
  •  • 2 735 mots

Oublié pendant près de trois siècles, dédaigné en France par les classiques, honni par les romantiques, exhumé par Croce comme modèle d'anti-poésie, le « Cavalier Marin » avait régné sur les lettres de son temps.Grand meneur du jeu baroque, arbitre du goût, champion de la modernité, comptant presque autant d'ennemis que de dévôts, et fascinant peut-être plus […] Lire la suite

PARINI GIUSEPPE (1729-1799)

  • Écrit par 
  • Angélique LEVI
  •  • 1 506 mots

Parini est considéré par les Italiens comme le grand poète d'une époque qui, à vrai dire, n'en fut pas prodigue. Il bénéficie, du reste, d'un amalgame opéré en sa faveur entre l'homme et l'œuvre. Amorcé par Foscolo – qui à la génération suivante allait pourtant prouver que l'Italie pouvait encore produire des poètes originaux et vigoureux –, le mythe d'un Parini, chantre et mage de l'« italianité  […] Lire la suite

POGGE GIANFRANCESCO POGGIO BRACCIOLINI dit LE (1380-1459)

  • Écrit par 
  • Angélique LEVI
  •  • 252 mots

Philologue, historien et traducteur, Pogge étudia les lettres latines chez Jean de Ravenne et s'initia au grec en écoutant les leçons de Chrysoloras (1350-1415).Secrétaire apostolique sous Boniface IX et sous d'autres papes, il participe au concile de Constance (1414) et assiste au jugement de Jérôme de Prague. Il fut secrétaire de la République de Florence. Il consacre la majeure partie de son ac […] Lire la suite

POLITIEN ANGELO AMBROGINI dit ANGE, ou POLIZIANO (1454-1494)

  • Écrit par 
  • Angélique LEVI
  •  • 602 mots

Originaire de Montepulciano (d'où il tire son nom de lettres : il Poliziano, que nous francisons en Politien), Angelo Ambrogini est bien l'une des figures les plus représentatives et en même temps les plus originales du Quattrocento italien, et plus spécifiquement florentin.En une génération plus tournée vers la spéculation philosophique que vers le lyrisme, […] Lire la suite

PULCI LUIGI (1432-1484)

  • Écrit par 
  • Angélique LEVI
  •  • 1 453 mots

Auteur quelque peu oublié, Pulci est avec et avant Boiardo le fondateur d'un genre littéraire qui devait connaître en Italie une fortune extraordinaire et aboutir, en passant par l'immortel Arioste dont le Roland Furieux connaît de nos jours une nouvelle jeunesse, à ce monument de grâce […] Lire la suite

QUASIMODO SALVATORE (1901-1968)

  • Écrit par 
  • Angélique LEVI
  •  • 1 363 mots

Quasimodo forme avec Montale et Ungaretti la trinité des poètes qui a donné à la poésie italienne son visage moderne. Sicilien, autodidacte, traducteur original des grandes œuvres de l'Antiquité grecque, des lyriques aux tragiques, mais aussi de Shakespeare, de Ruskin et de l'Évangile selon saint Jean, successivement poète orphique et difficile, écrivant pour un petit nombre d'initiés, puis clair […] Lire la suite

RUZANTE (1502 env.-1542)

  • Écrit par 
  • Angélique LEVI
  •  • 1 440 mots

Étrange fortune que celle de Ruzante ! Acteur-auteur écrivant en padouan rustique, il est recherché et célèbre dans tous les États de Venise et jusqu'à Ferrare, en cette aube du xvie siècle italien où la vie théâtrale est à la fois la plus florissante et, par suite de la division politique, la plus fragmentée. Grâce au livre, Ruzante survit quelques a […] Lire la suite

SVEVO ITALO (1861-1928)

  • Écrit par 
  • Angélique LEVI
  •  • 1 433 mots

Svevo est, avec Pirandello, le seul prosateur italien moderne dont l'œuvre ait une résonance européenne. Il figure, aux côtés de Joyce et de Proust, parmi les plus grands romanciers contemporains. Ami du premier, qui l'admirait et le fit découvrir, en France, à Benjamin Crémieux et à Valery Larbaud, révélé aux Italiens par le poète Eugenio Montale, t […] Lire la suite

UNGARETTI GIUSEPPE (1888-1970)

  • Écrit par 
  • Angélique LEVI
  •  • 1 334 mots

Le plus grand poète moderne de l'Italie avec Montale et Quasimodo, mais surtout le plus lu, le plus commenté, le plus traduit, le plus universellement reconnu, tel est Ungaretti. Alexandrin cosmopolite, de formation française, cet éternel exilé est enraciné dans la terre de ses ancêtres toscans et lié à sa tradition nationale ; hermétique, il a pourtant tendu aux écrivains et aux hommes des civili […] Lire la suite

VANINI LUCILIO (1585-1619)

  • Écrit par 
  • Angélique LEVI
  •  • 498 mots

Né à Torazino dans la province d'Otrante, le philosophe Vanini tranche sur les penseurs graves et pondérés de l'école de Padoue par un esprit inquiétant et caustique, une vie vagabonde et aventureuse, féconde en feintes et en volte-face, un trépas affreux et à sa manière édifiant. Prêtre, et même carme, il quitte rapidement le couvent pour étudier à Padoue Aristote et Averroès. Il voyage en Bohême […] Lire la suite

VÉRISME

  • Écrit par 
  • André GAUTHIER, 
  • Angélique LEVI
  •  • 4 993 mots

Le mouvement vériste reste peu connu hors d'Italie, à l'exception de son chef de file Giovanni Verga, que ses compatriotes considèrent comme un des plus grands romanciers du xixe siècle. Les autres véristes, grâce à des traductions nouvelles, recommencent parfois à être lus, que ce soit Federico De Robert […] Lire la suite