POGGE GIANFRANCESCO POGGIO BRACCIOLINI dit LE (1380-1459)

Philologue, historien et traducteur, Pogge étudia les lettres latines chez Jean de Ravenne et s'initia au grec en écoutant les leçons de Chrysoloras (1350-1415).

Secrétaire apostolique sous Boniface IX et sous d'autres papes, il participe au concile de Constance (1414) et assiste au jugement de Jérôme de Prague. Il fut secrétaire de la République de Florence. Il consacre la majeure partie de son activité à exhumer des manuscrits des auteurs de l'Antiquité qu'il recherche dans diverses contrées de l'Europe. Il découvre un Quintilien complet, le De architectura de Vitruve, un traité de grammaire de Priscien, à peu près tout Lucrèce, les Bucoliques de Siculus Calpurnius, un livre du Satiricon, les Puniques de Silius Italicus, les Argonautiques de Valerius Flaccus, huit discours et traités de Cicéron dont le Brutus, douze comédies de Plaute, etc. Historien, il retrace les guerres soutenues par ses compatriotes de 1350 à 1455. Il est également l'auteur d'un certain nombre d'ouvrages rédigés en latin comme le De avaritia (1428-1429) ou le De miseria humanae conditionis (1455). On lui doit encore des traités de morale, un pamphlet contre le clergé et, au milieu d'une telle gravité, des Facetiae (1438-1452) qui ne doivent leur survie qu'à leur caractère licencieux, genre auquel, quel que soit leur horizon idéologique, ont sacrifié la plupart des écrivains de l'époque.

—  Angélique LEVI

Écrit par :

  • : ingénieur de recherche en littérature générale et comparée à l'université de Paris-III-Sorbonne nouvelle, traductrice

Classification


Autres références

«  POGGE GIANFRANCESCO POGGIO BRACCIOLINI dit LE (1380-1459)  » est également traité dans :

RENAISSANCE

  • Écrit par 
  • Eugenio BATTISTI, 
  • Jacques CHOMARAT, 
  • Jean-Claude MARGOLIN, 
  • Jean MEYER
  •  • 31 105 mots
  •  • 19 médias

Dans le chapitre « La prose latine en Italie (XVe s.) »  : […] Ces écrivains sont rarement clercs comme Aeneas Silvius Piccolomini, auteur d'un roman d'amour et futur Pie II (1405-1464), mais souvent hommes d'État, tels C. Salutati (1331-1406) et L.  Bruni (1370-1444) à Florence, G. Pontano (1426-1503) à Naples ; employés laïques à la curie comme Pogge (1380-1459), L. B.  Alberti (1404-1472), L.  Valla (1407-1 […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/renaissance/#i_50742

Pour citer l’article

Angélique LEVI, « POGGE GIANFRANCESCO POGGIO BRACCIOLINI dit LE (1380-1459) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 15 février 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/pogge/