UNGARETTI GIUSEPPE (1888-1970)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le plus grand poète moderne de l'Italie avec Montale et Quasimodo, mais surtout le plus lu, le plus commenté, le plus traduit, le plus universellement reconnu, tel est Ungaretti. Alexandrin cosmopolite, de formation française, cet éternel exilé est enraciné dans la terre de ses ancêtres toscans et lié à sa tradition nationale ; hermétique, il a pourtant tendu aux écrivains et aux hommes des civilisations les plus excentriques un miroir clair-obscur où ils ont cru reconnaître leur reflet. Homme de lecture et de méditation, mais aussi homme des cafés, de la conversation et des voyages ; homme de souffrance – uomo di pena –, comme il s'est défini lui-même, mais aussi de sensualité et de joie, d'où le titre ambigu d'un premier recueil, Allegria dei naufragi (Joie des naufrages). Prosateur superbe, poète, journaliste, professeur de littérature italienne à Rome et au Brésil, Ungaretti garda jusqu'à la fin sa figure complexe et insaisissable de jeune vieillard.

Cosmopolite et exilé

Peu de poètes ont été autant qu'Ungaretti marqués par les ambiguïtés de ses appartenances. Fils d'émigrés toscans, originaires de Lucques, Giuseppe naît en 1888 à Alexandrie d'Égypte, fantôme d'une ville vibrant encore de tous les mythes légués à l'Occident. Il restera toujours conscient de cette dualité et déchiré par elle : éblouissement et frayeur du désert, fascination des mirages, quête de l'oasis, mais aussi nostalgie de la terre italienne et plus précisément toscane (dont sa mère lui transmet le parler dans ses nuances les plus savoureuses) qui finissent par se confondre en un même rêve semi-fabuleux de Terre promise (Terra promessa, 1950), titre d'un de ses recueils poétiques. Il n'a jamais cessé, d'une certaine manière, d'être un exilé et un nomade, comme son ami arabe Mohammed Chéhab, frère aimé et qui semble être un double de lui-même auquel il dédie cet émouvant poème :

Giuseppe Ungaretti

Giuseppe Ungaretti

Photographie

Avec Eugenio Montale, Giuseppe Ungaretti est un des poètes italiens majeurs du XXe siècle. 

Crédits : De Agostini

Afficher

    Descendant    d'émirs de nomades    il se suicida    parce qu'il n'avait plus    de patrie    il aima la France [...]    mais il n'était point Français    et il ne savait plus    vivre    sous la tente des siens.

Mê [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

  • : ingénieur de recherche en littérature générale et comparée à l'université de Paris-III-Sorbonne nouvelle, traductrice

Classification


Autres références

«  UNGARETTI GIUSEPPE (1888-1970)  » est également traité dans :

ITALIE - Langue et littérature

  • Écrit par 
  • Dominique FERNANDEZ, 
  • Pierre LAROCHE, 
  • Angélique LEVI, 
  • Jean-Paul MANGANARO, 
  • Philippe RENARD, 
  • Jean-Noël SCHIFANO
  •  • 29 122 mots
  •  • 17 médias

Dans le chapitre « Une intériorité inquiète : Saba, Ungaretti, Montale »  : […] Un panorama de la poésie du xx e  siècle, fût-il succinct, ne peut se priver de la mention des futuristes. On peut les assimiler aux poètes de la première génération : Marinetti (1876-1944), P.  Buzzi (1874-1956), A.  Soffici (1879-1965), L.  Folgore (1888-1966), A.  Palazzeschi, surtout (1885-1974), tentent de faire sauter l'édifice de la poésie t […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/italie-langue-et-litterature/#i_43630

NÉO-CLASSICISME (littérature)

  • Écrit par 
  • François TRÉMOLIÈRES
  •  • 1 009 mots

Il semble aller de soi que le néo-classicisme se définit par rapport au classicisme. Or, au moins en littérature, ce dernier est une notion étroite, d'ailleurs problématique : elle ne vaudrait que pour la France, et durant une courte période (les années 1660-1680). Faut-il en déduire qu'il n'y aurait de néo-classicisme que français, ou en rapport […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/neo-classicisme-litterature/#i_43630

SENTIMENT DU TEMPS, Giuseppe Ungaretti - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Bernard SIMEONE
  •  • 700 mots
  •  • 1 média

Publié en 1936, Sentiment du temps est le troisième recueil de Giuseppe Ungaretti (1888-1970) . Mais dans Vie d'un homme , où se trouve réorganisée son œuvre poétique intégrale, il constitue le livre second. Situé entre L'Allégresse (1931, qui prend source dans Allégresse des naufrages paru en 1919) et La Douleur (1947), il est le livre central […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sentiment-du-temps/#i_43630

Voir aussi

Pour citer l’article

Angélique LEVI, « UNGARETTI GIUSEPPE - (1888-1970) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 05 avril 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/giuseppe-ungaretti/