BOUTIQUECONTACTASSISTANCE
Zone de recherche

AltasAuteursRecherche thématiqueDictionnaire

NU

Une comparaison entre les sculptures paléolithiques qui représentent le nu féminin et certaines peintures modernes comme le Nu bleu de Matisse, la Femme dans un fauteuil de Picasso ou des sculptures comme la Femme couchée de Henry Moore conduit à admettre que, quoique le but des images préhistoriques soit autre que celui des artistes modernes (la Vénus stéatopyge était un symbole de fertilité), on se trouve dans ces deux cas en face de représentations qui n'ont rien à voir avec le nu que les musées de la tradition humaniste ont rendu familier.

L'Occident vit encore, ou plutôt a vécu jusqu'à hier, sur l'héritage grec. Mais aujourd'hui, la Vénus de Milo est devenue la victime du kitsch, elle est employée comme marque de fabrique pour des cosmétiques, et peu de gens se rendent compte qu'à l'origine de ce qui a été longtemps un des fondements de l'art occidental, le nu, il y a une disposition psychologique propre aux Grecs.

1.  L'idée grecque du nu et son évolution

Chez les Grecs, le culte de la nudité totale était une conséquence de leur sens de la perfection humaine, et possédait donc un aspect éthique, non seulement physique : leur profonde conscience de ce qui était implicite dans la beauté physique leur fit éviter la sensualité et l'esthétisme. Cette fusion du physique et du psychique leur permit de donner une forme humaine à des idées abstraites. Alors furent créées les statues de divinités qui ont obsédé l'imagination de l'Occident pendant des siècles.

Ces œuvres revêtirent ensuite de nouveaux contenus éthiques, tant chrétiens qu'héroïques, jusqu'au moment où, impuissantes à exprimer une idée, elles se réduisirent à une enveloppe de perfection formelle (trop souvent un masque vide) à la période néo-classique. Mais ce masque avait été à l'origine cette « cuirasse esthétique » d'un principe moral qu'est le corps divin de l'Apollon grec dérivé du premier beau nu dans l'art, l'éphèbe de Kritios (env. 480 av. J.-C., musée de l'Acropole à Athènes). Dans son David, Donatello n'a retenu de l'Antiquité que le culte de la beauté physique ; quant à la pose d'Alexandre conquérant, on la retrouve dans le terrible Juge de la Sixtine.

[...]
1 2 3 4 5

… pour nos abonnés, l'article se prolonge sur  3 pages…

 

Pour citer cet article

Mario PRAZ, « NU  », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le  . URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/nu/

Classification thématique de cet article :

  

Offre essai 7 jours

« NU » est également traité dans :

BUTŌ

Écrit par :  Agnès IZRINE

Dans le chapitre " Le créateur d'une nouvelle danse "  : …  ou l'androgynie, ce qui deviendra la marque du butō au même titre que les corps nus ou simplement vêtus d'un string ou d'un étui pénien. La nudité dans le butō n'est pas d'ordre sexuel ou provocateur. Elle est signe d'animalité, renvoie au corps à l'état brut. Mais l'exhibition de poils pubiens étant prohibée dans le Japon des années 1960 et… Lire la suite
MODE - Histoire et composantes

Écrit par :  UniversalisCatherine ORMEN

Dans le chapitre "La construction de l'apparence"  : …  acceptation de l'homosexualité ont en moins de deux décennies bouleversé la perception du corps et, par exemple, pratiquement supprimé le tabou du nu. À condition qu'il s'inscrive dans la norme, qu'il soit bronzé, façonné par le sport et les régimes, le corps des années 1980 s'expose nu (ou seins nus) sur les plages et s'affiche sur les panneaux… Lire la suite

  

Voir aussi

  

Accueil - Contact - Mentions légales
Consulter les articles d'Encyclopædia Universalis : 0-9 A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
Consulter le dictionnaire de l'Encyclopædia Universalis
© 2017, Encyclopædia Universalis France. Tous droits de propriété industrielle et intellectuelle réservés.