BOUTIQUECONTACTASSISTANCE
Zone de recherche

AltasAuteursRecherche thématiqueDictionnaire

MAL

Le propre du mal tient en ceci qu'il ne peut être nommé, pensé, vécu qu'en relation avec une certaine idée du bien. Qu'il n'y ait pas de bien en soi, que ce que les hommes appellent le bien soit relatif aux situations et aux cultures, et le mal se trouve radicalement relativisé, lui qui du coup peut être le bien d'hier, de demain ou d'ailleurs. Qu'il y ait un absolu du bien, un « souverain bien » comme l'affirmaient les sages antiques, ou un « unique nécessaire » comme disent les religions du salut, et le mal, sous la forme de la folie ou de la perdition, se trouve ici encore cerné et délimité, au moins sur l'une de ses frontières, comme le contraire de ce bien, tout en gardant quelque chose d'obscur et d'indéfini, semblable – la métaphore est classique – à la part d'ombre dans un monde que la lumière ne saurait visiter. Le mal, contraire du bien, cette apparente lapalissade a donné d'autant plus à penser aux philosophes que la relation du mal au bien est à sens unique, car si le mal n'est jamais tel que par rapport à un bien au moins possible et représentable, le bien paraît avoir une positivité propre qui lui permettrait, quelle que soit sa figure, de se poser dans toute l'innocence de son ignorance du mal. L'idée du mal, qui doit avoir quelque réalité, puisque abondent et surabondent de tout temps et en tout lieu les discours sur le mal, est donc dialectique et interrogative : dialectique, puisqu'elle n'est pensable que par un entrecroisement de négations, c'est-à-dire par référence à la norme ou à la valeur que le mal nie existentiellement, lesquelles à leur tour le nient rationnellement ou idéalement ; interrogative, car le mal, ne pouvant être appréhendé que comme contestation scandaleusement heureuse du bien, pose par l'équivoque même de sa nature le problème de son origine et de sa signification. Le mal, en effet, ne saurait se montrer sans être aussitôt dialectiquement mis en question, et, de plus, il n'y a du mal dans le monde et dans l'histoire que parce qu'il existe pour l'homme […]

1 2 3 4 5

… pour nos abonnés, l'article se prolonge sur  8 pages…

Pour citer cet article

Étienne BORNE, « MAL  », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le  . URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/mal/

Classification thématique de cet article :

 

Offre essai 7 jours

« MAL » est également traité dans :

ANTÉCHRIST

Écrit par :  Hervé SAVON

… *C'est dans un texte du Nouveau Testament — la première Épître de Jean (fin ier/déb. iie s.) — qu'apparaît pour la première fois le mot grec antichristos, dont le français « antéchrist » est le calque imparfait. Cependant, on voit se former l'idée d'un antimessie — c'est ce que signifie proprement Lire la suite
CATHARES

Écrit par :  Christine THOUZELLIER

Dans le chapitre "Le dualisme et les Églises"  : …  *Pour les cathares, le problème crucial est celui du mal, qu'on trouve dans l'univers rempli de créatures vaines et corruptibles, et qu'ils ne peuvent imputer à Dieu. Leur foi repose sur la conviction commune que ce monde visible et tout ce qu'il renferme est l'œuvre du diable. Selon le traité de Bartholomé de Carcassonne, « il y a un autre monde… Lire la suite
ÉRA ou ERRA POÈME D'

Écrit par :  Daniel ARNAUD

… *Poème babylonien qui doit son titre au nom de son protagoniste, le dieu de la Peste et de la Guerre. Le poème d'Éra raconte, en quelque sept cent cinquante vers, la destruction et la restauration de la Babylonie : les Sept, divinités guerrières, excitent leur maître Éra, qui y est déjà enclin, à attaquer les hommes, coupables d'être trop bruyants,… Lire la suite
ÉTHIQUE

Écrit par :  Paul RICŒUR

Dans le chapitre "Le « pôle-tu » de l'éthique"  : …  spécifique, celle de l'esclavage, de l'inégalité et de la guerre. Nous touchons ici, avec ce moment négatif, à ce qu'il y a de plus primitif dans l'expérience du *mal, à savoir le meurtre, comme on le voit dans le récit biblique d'Abel et de Caïn. La tâche de devenir libre est contrariée originellement par le mal primordial du meurtre de la liberté… Lire la suite
FRAZER JAMES GEORGE (1854-1941)

Écrit par :  Nicole BELMONT

Dans le chapitre "Le « Rameau d'or »"  : …  schéma. Les personnages divins prennent sur eux les maux des humains. Cette idée de transfert du* mal trouve son accomplissement aussi bien dans la pratique « ignoble et imbécile » du bouc émissaire que dans la sublime passion du Christ se chargeant des péchés du monde. Frazer apporte une réponse à la première question qu'il a posée au départ de… Lire la suite
GNOSTICISME

Écrit par :  Pierre HADOTMichel TARDIEU

Dans le chapitre "Composantes caractéristiques"  : …  Plotin, Clément, Origène reprochent aux gnostiques de décliner toute responsabilité dans le *mal et de rendre le Créateur responsable de celui-ci. Pour les gnostiques, le monde sensible est créé – ou, au moins, entièrement et absolument dominé – par une Puissance mauvaise, ou inconsciente, ou bornée, ou passionnée, ou désordonnée. C'est elle… Lire la suite
JEAN LIVRE SECRET DE

Écrit par :  Michel PEZIN

… *L'importance de l'écrit gnostique qu'est l'Apokryphon (ou Livre secretde Jean se mesure au nombre des versions antiques qu'on en a retrouvées : trois dans la bibliothèque de Nag Hammadi (Codex IIIII et IV) et celle du papyrus copte de Berlin no 8502. Ce texte, qui était connu par… Lire la suite
KANT (E.)

Écrit par :  Louis GUILLERMIT

Dans le chapitre "La religion rationnelle"  : …  y a de vrai dans le dogme chrétien du péché originel, c'est l'affirmation de l'existence réelle du *mal qui n'est ni un simple défaut, ni un simple effet de notre imperfection, mais qui peut être qualifié de radical parce qu'il est voulu par nous : par un acte situé hors du temps, le libre arbitre renverse l'ordre des rapports entre la… Lire la suite
LOKI

Écrit par :  Régis BOYER

… *Dans la mythologie du Nord, Loki est le dieu du Mal. Mais cette définition est peu éclairante, car la conception que l'on peut se faire du « mal » varie infiniment avec les lieux, les époques, les hommes, les cultures ; et, comme le Nord présente un phénomène caractérisé de brassage (de peuples et d'influences surtout), il est presque décourageant… Lire la suite
MALEBRANCHE NICOLAS (1638-1715)

Écrit par :  Ginette DREYFUS

Dans le chapitre "Le système de l'univers"  : …  Le souci de dégager Dieu de la responsabilité du *mal inspire, pour l'essentiel, la construction malebranchiste du monde. Tâche d'autant plus ardue que, d'une part, on tient Dieu pour la seule cause efficace et que, d'autre part, se refusant à réduire, avec Descartes ou Leibniz, le mal à une simple apparence, à un simple defectus, on… Lire la suite
MANICHÉISME

Écrit par :  Henri-Charles PUECH

Dans le chapitre "La doctrine"  : …  chacune d'elles vivant dans une région séparée : le royaume de Dieu au nord, le royaume du* Mal au sud. L'un a à sa tête le « Père de la Grandeur », assimilé, en terrain chrétien, à Dieu le Père et, ailleurs, au Zurvān mazdéen ; l'autre, le « Prince des Ténèbres » (le Diable du christianisme, l'Ahriman iranien). Le premier, imaginé comme… Lire la suite
MORALE

Écrit par :  Éric WEIL

Dans le chapitre "La morale et la conscience"  : …  morale, distincte de toute conscience purement théorique (de pure vue de ce qui est), *capable et obligé de choisir, non à la vérité entre un bien et un mal préexistant à son choix, mais entre son bien et son mal, sans possibilité de s'adresser à une autre instance. Il est libre, mais il est aussi, parce qu'il est libre, sans… Lire la suite
MU'TAZILISME

Écrit par :  Roger ARNALDEZ

Dans le chapitre "Le problème de la liberté"  : …  et qu'il en sera justement puni en enfer, il aurait dû ne pas le créer. La question du bien et du *mal relativement à l'œuvre divine se pose donc de nouveau. Curieusement, les mu‘tazilites affirment, eux aussi, que Dieu choisit toujours le meilleur (al-aṣlaḥ) et qu'on peut, dans tous les cas, trouver la justification de ses actes. Ainsi… Lire la suite
PÉCHÉ

Écrit par :  Jacques POHIER

Les expériences et les notions ayant trait à l'ordre du *mal sont très diverses : depuis les sentiments plus ou moins conscients de honte, d'impureté ou de culpabilité, jusqu'au jugement moral le plus élaboré de la conscience, en passant par la transgression d'une loi (loi d'un groupe social, loi de la… Lire la suite
PÉCHÉ ORIGINEL

Écrit par :  André-Marie DUBARLEAndré DUMAS

…  de pensée, qu'il s'agisse de mythes, comme chez les primitifs, ou de philosophies élaborées, *le mal est antérieur à l'homme ; il vient d'un principe mauvais s'opposant à un dieu bon, d'une faute commise par un dieu et perturbant l'œuvre des autres dieux, ou de l'intervention d'anges pécheurs enseignant aux hommes les arts pervers de la… Lire la suite
RECHERCHES PHILOSOPHIQUES SUR L'ESSENCE DE LA LIBERTÉ HUMAINE, livre de Friedrich Wilhelm Joseph von Schelling

Écrit par :  Francis WYBRANDS

Dans le chapitre "La liberté et le mal"  : …  *Schelling part de l'opposition entre système et liberté, l'un semblant nier l'autre. Un « système de la liberté » est-il possible ? Pour Schelling, comme pour Hegel, il va de soi que la connaissance vraie est systématique, dans la mesure où la raison est en elle-même systématique. Que la liberté soit définie « comme pouvoir du bien et du mal », et… Lire la suite
SABBATAI TSEVI (1626-1676)

Écrit par :  Bernard DUPUY

Dans le chapitre "L'interprétation de la crise sabbataïste"  : …  obscure, retenue dans les âmes réduites à l'état de « coquilles » (kelippot), n'est pas le *mal ; elle attend d'être libérée ; mais elle donne un semblant d'existence au mal et lui confère une grande force de séduction, car elle projette dans la création un ébranlement dialectique qui a son origine dans l'être divin, ou infini (Ein SofLire la suite
SADE DONATIEN ALPHONSE FRANÇOIS DE (1740-1814)

Écrit par :  Béatrice DIDIER

Dans le chapitre "Théâtre et roman"  : …  version, une sorte d'épopée en prose où souffle le romantisme, avec sa triple fascination du *Mal, du grandiose, des vastes ensembles littéraires. La dernière Justine, c'est l'exaspération du récit, la narration entraînant la narration dans une sorte d'affolement de la matière romanesque. De proche en proche, la force destructrice… Lire la suite
SATANISME, littérature

Écrit par :  Max MILNER

Dans le chapitre "Les ambiguïtés originelles"  : …  influence sur Le Mariage du ciel et de l'enfer (1790-1793), où les symboles du Bien et du *Mal se trouvent systématiquement inversés. Seulement, le « Mal, sois mon Bien ! » qui était pour Milton le défi suprême d'une volonté perverse devient chez Blake la célébration d'une énergie créatrice, qui doit fatalement se heurter au légalisme… Lire la suite
VOLONTÉ

Écrit par :  Paul RICŒUR

Dans le chapitre "Le contexte « théologique » : Augustin"  : …  théologique qui, d'une triple façon au moins, a affecté l'anthropologie philosophique jusqu'à Kant. *C'est d'abord sur le fond d'une méditation sur le mal, ou péché, que s'est affinée et approfondie la psychologie de la volonté. Avec le christianisme, en effet, s'introduit l'infini de la réflexion, dans lequel Hegel discerne le tournant du… Lire la suite

Afficher la liste complète (20 références)

 

Dictionnaire

Définition du mot "MAL"

Accueil - Contact - Mentions légales
Consulter les articles d'Encyclopædia Universalis : 0-9 A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
Consulter le dictionnaire de l'Encyclopædia Universalis
Consulter les articles d'Encyclopædia Britannica.
© 2014, Encyclopædia Universalis France. Tous droits de propriété industrielle et intellectuelle réservés.

chargement du média