BOUTIQUECONTACTASSISTANCE
Zone de recherche

AltasAuteursRecherche thématiqueDictionnaire

LOCKE JOHN (1632-1704)

Dans le devenir des idées, certaines œuvres paraissent des jalons privilégiés et ont une portée qui leur donne le statut d'« événements ». L'Essai sur l'entendement humain du philosophe anglais John Locke est de celles-là. Paru en 1690, constamment réédité, l'Essai était devenu, dès 1692, l'ouvrage de base de l'enseignement philosophique au Trinity College de Dublin. Au siècle suivant, la philosophie des Lumières lui faisait un accueil enthousiaste. Selon Voltaire, « jamais il ne fut peut-être un esprit plus sage, plus méthodique, un logicien plus exact que Locke ; cependant, il n'était pas un grand mathématicien ». L'allusion est lourde de sens. Descartes est un grand mathématicien et son œuvre est également un événement décisif dans l'histoire des idées. Avant Locke, il a amorcé le renouveau d'une pensée où les idées claires et distinctes doivent remplacer le discours simplement vraisemblable, toujours suspect de n'être qu'une vaste logomachie. Or, le Discours de la méthode et les Méditations ont donné congé à la philosophie scolastique, respectivement en 1637 et en 1640. C'est donc seulement un demi-siècle après son illustre prédécesseur que Locke s'exprime, et on peut supposer qu'il le fait largement contre Descartes. En effet, on ne se pose qu'en s'opposant, et le voisinage historique des deux philosophes justifie l'hypothèse d'un anti-cartésianisme de Locke, plus ou moins conscient, plus ou moins explicite.

1.  L'opposition à Descartes

N'y aurait-il pas au départ une différence fondamentale de « tempérament philosophique » entre Descartes et Locke ? On a souligné le caractère essentiellement politique de la pensée du second. L'Essai (Essay Concerning Human Understanding) est un ouvrage de maturité. Locke, né à Wrington dans le Somersetshire, a alors beaucoup voyagé et, aux côtés du comte de Shaftesbury, a vécu de près les révolutions et tentatives de révolutions contre les Stuart, les disgrâces et les retours de faveur dans l'Angleterre agitée de ce temps. Avant son Essai, Locke a produit ses fameuses [...]

1 2 3 4 5

… pour nos abonnés, l'article se prolonge sur  6 pages…

 

Pour citer cet article

Geneviève BRYKMAN, « LOCKE JOHN - (1632-1704)  », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le  . URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/john-locke/

Classification thématique de cet article :

  

Offre essai 7 jours

« LOCKE JOHN (1632-1704) » est également traité dans :

ESSAI SUR L'ENTENDEMENT HUMAIN, livre de John Locke

Écrit par :  François TRÉMOLIÈRES

L'Essai sur l'entendement humain (An Essay Concerning Human Understanding) de John Locke (1632-1704) , paru en 1690 (la même année que ses Deux Traités sur le gouvernement civil et la seconde Lettre sur la tolérance), marque sans nul doute une rupture, qui fait de lui… Lire la suite
ART (Aspects esthétiques) - Le beau

Écrit par :  Yves MICHAUD

Dans le chapitre "L'esthétique, une philosophie de l'art"  : …  dans ses Nouveaux Essais sur l'entendement humain (1690), où il répond au philosophe empiriste anglais John Locke, il innove en reprenant certains apports de ce dernier concernant la nature de nos idées. Locke distingue entre nos idées de qualités premières, qui représentent les propriétés des choses, et nos idées de qualités… Lire la suite
BARBEYRAC JEAN DE (1674-1744)

Écrit par :  Patricia BUIRETTE

Jurisconsulte, philosophe et publiciste français né à Béziers, fils d'un célèbre pasteur calviniste. Après avoir suivi les cours du collège calviniste de Montagnac, Jean de Barbeyrac doit émigrer en Suisse avec sa famille à la suite de la révocation de l'édit de Nantes. Envoyé par son père, en 1693, à Genève pour étudier la théologie, il renonce… Lire la suite
CITOYENNETÉ

Écrit par :  Dominique SCHNAPPER

Dans le chapitre "La légitimité politique"  : …  de séparation entre l'Église et l'État avait été formulée dans les Lettres sur la tolérance (1689) écrite par Locke à la suite des affrontements des guerres de Religion. La neutralité religieuse de l'État lui apparaissait comme le moyen d'organiser la tolérance à l'égard de toutes les religions et d'éviter que les hommes se… Lire la suite
CONNAISSANCE

Écrit par :  Michaël FOESSELYves GINGRASJean LADRIÈRE

les mêmes termes qu'initialement, en particulier dans le débat opposant l'empirisme de John Locke et l'innéisme de G. W. Leibniz. Pour Locke, l'esprit est d'abord une table rase, et les objets matériels causent en lui la présence de sensations qu'il compose en idées, qui doivent être vérifiées empiriquement pour accéder au… Lire la suite
CONTRAT SOCIAL

Écrit par :  Michel TROPER

Dans le chapitre "La doctrine du « trust »"  : …  Ce schéma est repris par Locke. Pour lui, l'état de nature est un état de paix, de bonne volonté, d'assistance mutuelle et de conservation, et qui comporte pour les hommes des obligations et des droits découlant de la loi naturelle. Il y manque seulement une autorité commune et c'est pour établir cette autorité que les… Lire la suite
CULTURE - Culture et civilisation

Écrit par :  Pierre KAUFMANN

Dans le chapitre "La civilisation conçue comme actualisation de la culture"  : …  C'est à Locke et à l'Essai sur l'entendement humain (1690) qu'appartient la formulation générale de la relativité des normes : « Qui prendra la peine – peut-on lire dans le premier livre, Que nuls principes de pratique ne sont innés – de lire avec soin l'histoire du genre humain, et d'examiner d'un œil… Lire la suite
EMPIRISME

Écrit par :  Edmond ORTIGUES

« empiriste ». Dans les Nouveaux Essais sur l'entendement humain, Leibniz présente ainsi la philosophie de Locke : « En gros, [l'illustre anglais] est assez dans le système de Gassendi, qui est dans le fond celui de Démocrite. Il est pour le vide et les atomes ; il croit que la matière pourrait penser, qu'il n'y a point d'idées innées, que notre… Lire la suite
ENLIGHTENMENT

Écrit par :  Olivier JUILLIARD

Si l'Enlightenment peut être distingué assez aisément de la « philosophie des Lumières » française, cela se voit, dès l'abord, en ce que l'Enlightenment ne se préoccupe pas de lutter contre l'Église ; de même, l'Aufklärung, à l'origine, n'a pas d'accent antireligieux et se… Lire la suite
ESSENCE, philosophie

Écrit par :  Françoise ARMENGAUD

Important terme philosophique ayant une très longue histoire. L'essence d'un être, c'est ce qu'il est vraiment, ce qui fait qu'il est ce qu'il est. « L'essence coïncide avec ce qu'il y a de plus intime et de presque secret dans la nature de la chose, bref ce qu'il y a en elle d'essentiel » (É. Gilson : L'Être Lire la suite
EXPÉRIENCE

Écrit par :  Pascal ENGEL

Dans le chapitre "La subjectivité de l'expérience"  : …  » (sa nature qualitative). Les philosophes classiques (à partir de Boyle et de Locke) appelaient en ce sens « qualités secondes » les propriétés phénoménales des expériences sensorielles (telles que couleur, odeur ou saveur), qu'ils distinguaient des « qualités premières » des objets, telles que leur taille, leur texture ou leur forme,… Lire la suite
FAMILLE - Les enjeux de la parentalité

Écrit par :  Daniel BORRILLO

Dans le chapitre " L'ordre familial « naturel »"  : …  I, chap. II), que « la plus ancienne de toutes les sociétés, et la seule naturelle, est celle de la famille ». Locke voit dans celle-ci la communauté la plus proche de l'état de nature. L'ordre patriarcal est présenté par ces auteurs comme allant de soi et servant même de prototype pour l'organisation sociale. Rousseau conclut ainsi que : « La… Lire la suite
IDENTIFICATION

Écrit par :  Pierre KAUFMANN

substantialité du moi. « Le soi (Self), écrit Locke, est cette chose pensante consciente (de quelle substance elle est formée, spirituelle ou matérielle, simple ou composée, il n'importe) qui est sensible au plaisir et à la peine ou en est consciente, capable de bonheur ou de malheur, et qui ainsi est intéressée (concerned)… Lire la suite
INNÉISME

Écrit par :  Jean-Louis DUMAS

Doctrine philosophique d'après laquelle sont en quelque sorte inscrits ou présents dans l'esprit humain des idées, des vérités (rapports entre idées) ou des principes. On la fait parfois remonter jusqu'à Platon (théorie de la réminiscence : l'âme conserve le souvenir confus des idées contemplées avant cette vie). La… Lire la suite
LUMIÈRES

Écrit par :  Jean Marie GOULEMOT

Dans le chapitre "L'Europe des Lumières"  : …  La première traduction française de L'Essai philosophique concernant l'entendement humain de John Locke date de 1723. Il s'en publiera huit éditions auxquelles s'ajoutent trois éditions d'un Abrégé. Cet ouvrage est la source du Traité des sensations de Condillac, paru en 1754, et du sensualisme que Diderot applique… Lire la suite
NATUREL DROIT

Écrit par :  Marie-Odile MÉTRAL-STIKER

Dans le chapitre "La nature dissociée de la perfection"  : …  existe d'une manière immédiate et naturelle », repensent néanmoins cette nature à partir des notions de faillibilité comme chez Locke, de passion et d'affectivité comme chez Hobbes et chez Rousseau. Pour Locke, la loi naturelle trouve son expression exhaustive et parfaite dans le Nouveau Testament et garantit la paix et la conservation de tout… Lire la suite
OBJET

Écrit par :  Gilles Gaston GRANGER

Dans le chapitre "Réalisme et nominalisme"  : …  comme des constructions de langage, renvoyant en dernier ressort à des sensations. Pour Locke, ils consistent en relations d'idées, non de fait dont l'exacte manipulation a surtout pour effet de procurer une habitude de « raisonner rigoureusement avec ordre » (De la conduite de l'entendement, paragr. 7, p. 35). Selon Berkeley,… Lire la suite
ORIGINE

Écrit par :  Pierre-François MOREAU

Dans le chapitre "L'actuel et l'originaire"  : …  de la tradition. La polémique entre Filmer, l'auteur du Patriarcha (posthume, 1680), et Locke est à cet égard révélatrice. Le premier justifie la monarchie de droit divin en faisant remonter le pouvoir des rois au pouvoir paternel d'Adam sur l'ensemble de l'humanité. Locke lui oppose une reconstruction de l'origine de l'Lire la suite
ROYAUME-UNI - Histoire

Écrit par :  Bertrand LEMONNIERRoland MARX

Dans le chapitre "La Glorieuse Révolution"  : …  la révolution est d'autant plus populaire dans la mémoire anglaise qu'elle a eu un idéologue de génie en John Locke, qui définit en 1690 les théories du contrat, de la souveraineté populaire, des droits naturels des hommes. Seule l'Irlande, où les « jacobites » trouvent un terrain favorable, est en marge : la guerre y sévit en 1690-1691 et… Lire la suite
VIE

Écrit par :  Georges CANGUILHEM

Dans le chapitre "La genèse du concept"  : …  ce pouvoir singulier de la nature. Un philosophe-médecin, John Locke, écrit en 1690 : « Il n'y a point de terme plus commun que celui de vie, et il se trouverait peu de gens qui ne prissent pour un affront qu'on leur demande ce qu'ils entendent par ce mot. Cependant, s'il est vrai qu'on mette en… Lire la suite

Afficher la liste complète (20 références)

  

Voir aussi

COGITO    IDÉE    PRINCIPE    RÉFLEXION philosophie    SAVOIR    SENSATION philosophie

  

Accueil - Contact - Mentions légales
Consulter les articles d'Encyclopædia Universalis : 0-9 A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
Consulter le dictionnaire de l'Encyclopædia Universalis
© 2017, Encyclopædia Universalis France. Tous droits de propriété industrielle et intellectuelle réservés.