BOUTIQUECONTACTASSISTANCE
Zone de recherche

AltasAuteursRecherche thématiqueDictionnaire

FINALITÉ

La finalité d'une action en est le « pourquoi », le sens, par opposition à son « comment », aux mécanismes ou fonctionnements qu'elle met en jeu. Le mot « finalité » et l'expression « cause finale » sont démodés ; on les emploie souvent entre guillemets, comme antiscientifiques.

La finalité est éprouvée comme une évidence lorsque l'on entreprend de faire quelque chose, d'obtenir un résultat. Cette évidence conduit à interpréter comme « finalisée » l'action observée d'un autre : Que veut-il faire ? Quel est le sens de son acte ? On pense observer de la finalité, non seulement dans l'action d'un homme, mais dans le comportement ou la structure d'un organisme, même supposé inconscient, si l'on y voit une certaine adaptation de moyens à une fin, si ses actes ou ses organes semblent appropriés à sa survie. On en trouve de même dans tout système constitué, vivant ou non, lorsque ses parties parais-sent agencées relativement à une fonction de l'ensemble. Un appareil qui résulte de notre « faire » nous savons qu'il est finalisé – par nous. Un équipement industriel sert aux usagers, son fonctionnement a une fin. Par analogie, les systèmes naturels donnent l'impression d'avoir une fonction bénéfique ou maléfique.

L'impression de finalité s'étend à tout être dont la présence, la nature – même sans agencement interne – paraît lourde de sens, semble exprimer quelque chose, avoir une vertu ou une force quelconque.

La finalité est de l'ordre de la compréhension, non de l'explication. Là même où la finalité est intuitive, ou saisissable par analogie directe, elle n'est jamais un ensemble d'« observables », au sens strict du mot, que l'on peut voir, photographier, ou relever par un appareil enregistreur. Elle est seulement descriptible ou observable en gros ; elle échappe à la méthode scientifique rigoureuse. Elle est extraite de l'expérience par une lecture ou une traduction plus ou moins libre, non par une observation scientifique. On perçoit des signes d'intention : un animal gra [...]

1 2 3 4 5

… pour nos abonnés, l'article se prolonge sur  10 pages…

 

Pour citer cet article

RUYER, « FINALITÉ  », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le  . URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/finalite/

Classification thématique de cet article :

  

Offre essai 7 jours

« FINALITÉ » est également traité dans :

ACTION RATIONNELLE

Écrit par :  Michel LALLEMENT

Dans le chapitre "Le logique et le rationnel"  : …  religieuses, esthétiques, politiques... sans tenir compte des conséquences prévisibles de leurs actes. La seconde est rationnelle en finalité (Zweckrational). La définition est extrêmement exigeante. Agit en effet de façon rationnelle en finalité celui qui oriente son action en considérant les moyens, les fins et les conséquences de cette… Lire la suite
ARISTOTE

Écrit par :  Pierre AUBENQUE

Dans le chapitre "Nature et mouvement"  : …  de notre discours sur l'expérience qu'Aristote s'efforce avant tout de dégager. Ainsi la finalité est-elle moins chez Aristote une affirmation dogmatique sur l'ordre qui régnerait dans le monde qu'une condition d'intelligibilité de l'expérience : le concept de hasard ne permet pas de comprendre la réalité de l'ordre ; à l'inverse, le concept de… Lire la suite
BIEN, philosophie

Écrit par :  Monique CANTO-SPERBER

Dans le chapitre "Les biens objectifs et la bonne volonté kantienne"  : …  Doctrine de la vertu, Kant réintroduit le concept de fins et de souverain bien. Le souverain bien est une fin vers laquelle s'oriente la volonté bonne. Ce n'est pas un objet de contemplation. La rencontre des deux principales finalités humaines, accessibles à l'homme sous la forme de l'accord de la vertu et du bonheur, est une… Lire la suite
BONHEUR

Écrit par :  André COMTE-SPONVILLE

(Éthique à Nicomaque, I et X). Tout être tend vers son bien, et le bonheur est le bien de l'homme. Il est donc, dans toute action, dans tout choix, la fin que nous visons et en vue de laquelle nous faisons tout le reste. Fin parfaite, dit Aristote, en ceci que le bonheur est « toujours désirable en soi-même et ne l'est… Lire la suite
CAUSALITÉ

Écrit par :  Raymond BOUDONMarie GAUTIERBertrand SAINT-SERNIN

Dans le chapitre "Critiques de l'idée de cause"  : …  de cause soulève enfin une dernière interrogation, millénaire et toujours renaissante : l'ordre de la nature et l'organisation des êtres vivants constituent-ils un indice probant de l'existence objective d'une causalité orientée vers des fins, comparable à l'action intentionnelle des êtres intelligents ; ou bien peut-on attribuer ce pouvoir de… Lire la suite
COMTE AUGUSTE (1798-1857)

Écrit par :  Bernard GUILLEMAIN

Dans le chapitre "L'idée comtienne de la science"  : …  Cette modestie adogmatique assouplit la pensée. Par exemple, Comte rejette la finalité entendue comme l'action d'une providence, et il préfère parler de « conditions d'existence qui se ramènent à la conception directe et générale de l'harmonie nécessaire de [...] deux analyses, c'est-à-dire de l'accord de [...] deux ordres… Lire la suite
CRITIQUE DE LA FACULTÉ DE JUGER, livre de Emmanuel Kant

Écrit par :  François TRÉMOLIÈRES

finalité, qui permet enfin cette articulation. Dès lors la dernière Critique se développe dans deux directions : esthétique (autour du jugement de goût), comme il était prévisible ; et téléologique, à partir de ce que Kant désigne comme « finalité objective de la nature… Lire la suite
DESCRIPTION ET EXPLICATION

Écrit par :  Jean LARGEAULT

Dans le chapitre "L'explication causale"  : …  La cause finale (au lieu de cette expression, d'origine scolastique, Aristote utilise « le ce en vue de quoi », ou « le but ») : cette espèce de cause est suggérée par l'activité des êtres conscients, qui font des plans et se proposent d'obtenir certains effets. Pour cela, ces êtres conscients ménagent une ou plusieurs causes, qui, dans ce contexte… Lire la suite
DESTIN

Écrit par :  Catherine CLÉMENT

Dans le chapitre "Destin et vocation"  : …  toute vocation s'adresse à l'individu, appelé par son nom, en tant que lui-même. Cet appel peut conférer un nom propre : ainsi d'Israël, ou du processus du baptême. Ce procès d'appel détermine une série de différences reposant sur deux conceptions des rapports entre la finalité et l'individuLire la suite
DÉTERMINISME

Écrit par :  Étienne BALIBARPierre MACHEREY

Dans le chapitre "Liberté humaine et nécessité naturelle"  : …  ou de raison suffisante). Notons que ce point de vue, préformationniste et dynamiste, s'affirme contre le spinozisme, qui est taxé de fatalisme. Leibniz peut ainsi « sauver » simultanément la puissance divine et la liberté humaine, dans une économie du Tout qui justifie l'existence du mal par son inclusion dans un bilan final « globalement positif… Lire la suite
EMPIRISME

Écrit par :  Edmond ORTIGUES

Dans le chapitre "La croyance chez Kant et chez Hume"  : …  ratio de la théologie morale, celle qui oriente vers l'idéal du souverain bien. La raison kantienne est préromantique ; elle aspire à l'Absolu, à la totalité inconditionnée ; elle est investie d'une puissance émotionnelle qui prescrit une finalité impérieuse : « L'expérience nous dit bien ce qui est, mais elle ne nous dit pas qu'il faut que cela… Lire la suite
FORME

Écrit par :  Jean PETITOT

Dans le chapitre "Morphogenèse biologique et structuralisme"  : …  le néo-darwinisme postule l'existence d'une instance organisatrice de la matière. C'est un réductionnisme matérialiste qui admet le primat du fonctionnel, réduit la connexion structurale et l'organisation positionnelle des parties à une simple contiguïté spatiale, et subordonne la « finalité interne » à la « finalité externe », c'est-à-dire à l'… Lire la suite
KANT (E.)

Écrit par :  Louis GUILLERMIT

Dans le chapitre "Le parachèvement de la philosophie critique"  : …  a priori par la faculté de juger au moyen du concept qui lui est propre, celui de la finalité. La critique de la raison pure en son sens le plus large, celui d'un pouvoir de juger selon des principes a priori, doit donc se compléter par une critique de cette faculté de juger. Elle montrera que celle-ci use de son principe… Lire la suite
LIBERTÉ

Écrit par :  Paul RICŒUR

Dans le chapitre "Intention et fin"  : …  successifs de l'action. En faisant ainsi accéder ses désirs au langage par les moyens de « caractères de désirabilité », le sujet parlant place ses désirs eux-mêmes dans un calcul de moyens et de fins. C'est là le premier degré de la liberté : être capable, non seulement de « souffrir », de « subir » ses désirs, mais de les porter au langageLire la suite
MOYEN, philosophie

Écrit par :  Françoise ARMENGAUD

Ce qui rend possible et réel l'accomplissement d'une fin. Un débat traditionnel et toujours actuel de la philosophie morale a pour objet la préséance des moyens ou des fins, leur éventuelle dénaturation réciproque. La structure téléologique de l'action humaine autorise la… Lire la suite
PRAGMATISME

Écrit par :  Gérard DELEDALLE

Dans le chapitre "Une philosophie de la démocratie"  : …  La méthode expérimentale est le modèle de toute démarche qui se veut démocratique. La fin ici ne s'impose jamais de l'extérieur. Ce n'est pas un idéal prédéterminé à atteindre par n'importe quel moyen. La fin, l'idéal, ce sont les conséquences des moyens. Quand le savant propose une hypothèse pour résoudre une difficulté dans une situation donnée,… Lire la suite
RÉDUCTIONNISME & HOLISME

Écrit par :  Jean LARGEAULT

Dans le chapitre "Historique"  : …  rien d'étonnant qu'elles donnent lieu à des controverses. Le gros des arguments tourne autour de la finalité : ils paraissent inspirés par le besoin des uns et des autres soit d'y croire, soit de n'y pas croire. La tendance est fort répandue à attribuer à des thèses spéculatives l'autorité de la certitude qui s'attache aux propositions… Lire la suite
TECHNIQUE

Écrit par :  Cornélius CASTORIADIS

Dans le chapitre "La « neutralité » de la technique"  : …  Les considérations qui précèdent peuvent être éclairées si l'on tente de répondre à cette question : que vaut la distinction traditionnelle entre moyens mis en œuvre et fin visée ? Sans doute, considérée en et pour elle-même, l'activité technicienne ne prend pas en compte la valeur des fins qui lui sont proposées. Valeur,… Lire la suite
TEMPS

Écrit par :  Hervé BARREAUOlivier COSTA DE BEAUREGARD

Dans le chapitre "Interprétation probabiliste"  : …  conçue anthropomorphiquement comme produisant des effets après la cause, tandis que la finalité est philosophiquement conçue comme ordonnant intentionnellement des éléments avant leur réalisation. Accepter en physique la causalité et refuser la finalité, c'est aussi poser un signal « sens interdit », quitte à préciser plus tard son interprétation… Lire la suite

Afficher la liste complète (19 références)

  

Voir aussi

  

Accueil - Contact - Mentions légales
Consulter les articles d'Encyclopædia Universalis : 0-9 A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
Consulter le dictionnaire de l'Encyclopædia Universalis
© 2017, Encyclopædia Universalis France. Tous droits de propriété industrielle et intellectuelle réservés.