BOUTIQUECONTACTASSISTANCE
Zone de recherche

AltasAuteursRecherche thématiqueDictionnaire

CAPITALISME Sociologie

Le capitalisme est un système qui s'enracine profondément dans notre histoire. Régime économique fondé sur l'appropriation privée des moyens de production, il se distingue fondamentalement des autres formations sociales par le fait qu'en son sein le capital est à lui-même sa propre fin. L'accumulation et l'expansion continues des richesses vont ainsi de pair avec une généralisation de rapports sociaux qui mettent en présence des capitalistes et des salariés. Le capitalisme, note Karl Marx, finit d'imprimer sa marque sur le corps social lorsqu'il transforme définitivement tous les rapports naturels en rapports d'argent.

Dès le xvie siècle, avec l'épuisement de l'ordre médiéval et corporatif, les activités commerciales servent de support majeur à l'ambition capitaliste. L'économie s'ouvre sur le monde, les marchés s'étendent, les entrepreneurs s'affranchissent des règles anciennes... Au xviiie siècle, la révolution industrielle transforme d'abord l'économie anglaise avant de gagner l'Europe continentale. Avec la division technique du travail, le machinisme soutient le développement d'un capitalisme nouveau. Les théoriciens du libéralisme, Adam Smith en tête, érigent alors la libre régulation par le marché au rang de condition sine qua non de l'enrichissement des nations. À l'opposé, les multiples écoles socialistes qui voient le jour au xixe siècle n'ont de cesse de fustiger un système économique coupable à leurs yeux de produire de la misère et de multiplier les inégalités.

Fille de la révolution industrielle, la sociologie n'a jamais cessé de porter intérêt à ce fait social total qu'est le capitalisme. Les pionniers des sciences sociales en interrogent tôt les origines pour mieux en disséquer les ressorts. Au cours du xxe siècle, les questionnements se déplacent à mesure que se transforme l'ordre économique dominant. Les analystes se délestent alors des tentations nomologiques anciennes. Lorsque, à l'aube du xxie siècle, les marchés financiers reprennent la main tout en participant activement au mouvement multiforme de m [...]

1 2 3 4 5

… pour nos abonnés, l'article se prolonge sur  5 pages…

 

Pour citer cet article

Michel LALLEMENT, « CAPITALISME - Sociologie  », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le  . URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/capitalisme-sociologie/

Classification thématique de cet article :

  

Offre essai 7 jours

« CAPITALISME » est également traité dans :

CAPITALISME - Vue d'ensemble

Écrit par :  Dominique PLIHON

Le capitalisme est le système économique de la plupart des pays de la planète depuis l'effondrement des économies socialistes planifiées en Europe orientale et centrale, symbolisé par la chute du Mur de Berlin, en 1989. Le capitalisme peut être défini par ses deux caractéristiques principales : d'une part, la propriété privée des moyens de… Lire la suite
CAPITALISME - Histoire

Écrit par :  Patrick VERLEY

La notion d'« économie de marché », bien que d'un usage fréquent à partir de la fin du xxe siècle où elle a progressivement remplacé celle de « capitalisme », n'a une signification ni clairement définie ni universellement acceptée par les historiens : il n'existe pas… Lire la suite
CAPITALISME (NOTION DE)

Écrit par :  Dominique PLIHON

Le capitalisme est le système économique de la plupart des pays de la planète depuis l’effondrement des économies socialistes planifiées en Europe orientale et centrale, symbolisé par la chute du Mur de Berlin, en 1989. Le capitalisme peut être défini par ses deux caractéristiques principales : d’une part, la propriété privée des moyens de… Lire la suite
ENTREPRISE - Gouvernance d'entreprise

Écrit par :  Gérard CHARREAUX

Dans le chapitre "Efficacité comparée des systèmes de gouvernance"  : …  de gouvernance sur la construction de compétences a fait l'objet de peu d'investigations. Les recherches inscrites dans la perspective contractuelle, axées sur la résolution des conflits, se sont surtout attachées à identifier les spécificités des systèmes anglo-saxons et germano-nippons, considérés comme des formes polaires du capitalisme : d'un… Lire la suite
MONDIALISATION - Pour une régulation économique internationale

Écrit par :  Michel AGLIETTA

Ce plaidoyer pour un capitalisme débridé a l'avantage de s'appuyer sur l'un des plus puissants résultats de la théorie économique : la loi des avantages comparatifs. L'ouverture internationale est un approfondissement de la division du travail qui équivaut au progrès technique. Ce sont potentiellement des jeux à somme… Lire la suite
MONDIALISATION - Le point de vue internationaliste

Écrit par :  Daniel BENSAÏD

Dans le chapitre "De l'Angleterre victorienne à la mondialisation néolibérale"  : …  raisons que la déraison médiatique veut ignorer : la boulimie d'espace et la frénésie d'accélération inhérentes à la logique de l'accumulation capitaliste. Pour surmonter ses propres limites et les contradictions sociales qu'il génère, pour contrecarrer les tendances à la rentabilité décroissante, le capital élargit sans cesse son champ d'action… Lire la suite
CRISE DES SUBPRIMES

Écrit par :  Dominique PLIHON

Dans le chapitre "Une crise du capitalisme financier"  : …  plus avancés de la planète, à commencer par les États-Unis, qui constituent le centre du capitalisme mondial. C'est là une différence majeure avec les crises financières des années 1990 qui avaient principalement ébranlé les pays de la périphérie nouvellement ouverts à la finance internationale, souvent qualifiés de « marchés émergents ». En… Lire la suite
ÉCONOMIE (Histoire de la pensée économique) - École de la régulation

Écrit par :  Benjamin CORIAT

Dans le chapitre "La finance au cœur d'un régime nouveau d'accumulation"  : …  Ces complémentarités expliquent la persistance au cours du temps de formes spécifiques du capitalisme et, finalement, la variété des capitalismes eux-mêmes. Dans le cas du nouveau régime, ce sont les complémentarités établies entre les formes prises par la déréglementation financière permettant la concentration de l'épargne entre les mains des… Lire la suite
NÉO-LIBÉRALISME

Écrit par :  Liêm HOANG NGOC

Dans le chapitre "Le courant néo-institutionnaliste"  : …  néo-institutionnaliste regroupe un ensemble de travaux ayant pout objet l'explication des phénomènes institutionnels du capitalisme. Il est à l'origine des théories néo-libérales de l'entreprise. L'ouvrage de Oliver Williamson (1985) tente d'en fournir la synthèse. Le postulat de départ est que l'économie n'est pas une somme de purs marchés, mais… Lire la suite
B.R.I.C.S.(Brésil, Russie, Inde, Chine, Afrique du Sud), ex-B.R.I.C.

Écrit par :  Christophe JAFFRELOTJérôme SGARD

Dans le chapitre "Le décollage de nouvelles économies capitalistes"  : …  par ses propres moyens, mis en place en dix ou quinze ans les institutions clés d'une économie capitaliste – un secteur d'entreprise dynamique sachant prendre des risques, des banques relativement efficaces, un droit économique moderne, un marché du travail. Mais cela supposait aussi l'existence d'un État capable d'accompagner la croissance à… Lire la suite
RICHESSE DÉFINITIONS ET MESURES DE LA

Écrit par :  Jean GADREY

Dans le chapitre "La richesse chez les marginalistes et les néoclassiques"  : …  de coexister. Il faut sans doute y voir une expression théorique de la dualité du pouvoir économique dans le capitalisme. D'un côté, celui des industriels, de l'autre, celui des marchands et des banquiers, et plus récemment des producteurs de services marchands et des actionnaires. La comptabilité nationale a constitué un cadre permettant d'… Lire la suite
ENTREPRISE - Financement

Écrit par :  Michel ALBOUYGeneviève CAUSSE

Dans le chapitre "Les « business angels »"  : …  sont l'autofinancement, le crédit interentreprises et le financement par fonds propres. Cependant, face à l'expansion des marchés financiers et à la mondialisation des économies, le « capitalisme à la française », s'appuyant sur un secteur bancaire longtemps entre les mains de l'État, est en train d'évoluer. Depuis les années 1990, le… Lire la suite
ÉTATS-UNIS D'AMÉRIQUE (Le territoire et les hommes) - Économie

Écrit par :  Benjamin CARTON

Dans le chapitre "Une économie très capitaliste"  : …  Les États-Unis sont le pays capitaliste par excellence. Le financement de leur économie s'appuie sur un système financier très développé. Leur taille dans l'économie a presque doublé depuis la fin des années 1970 (passant de 2,5 p. 100 du P.I.B. à plus de 4 p. 100 dans les années 2000) et les exportations de services financiers, même si elles… Lire la suite
FRANCE (Le territoire et les hommes) - Un siècle de politique économique

Écrit par :  Pascal GAUCHONMichel HUSSON

Dans le chapitre "État et capitalisme"  : …  Ce sont les fondements de ce que Michel Drancourt qualifie « d'étato-capitalisme à la française ». Cet étato-capitalisme ne concerne toutefois que les grandes entreprises, et non la majorité des P.M.E. Même les premières conservent d'ailleurs une marge d'action importante qui s'accroît au fur et à mesure qu'elles s'internationalisent et que l'… Lire la suite
INNOVATION

Écrit par :  Abdelillah HAMDOUCH

Dans le chapitre "L'« innovation en grand »"  : …  culturels) reste quelque peu « romantique ». L’innovation naissant dans un garage ou une chambre d’étudiant ne reflète pas les réalités industrielles observables au sein du capitalisme contemporain. En effet, depuis la fin du xixe siècle et tout au long du xxe siècle, la plupart des secteurs économiques (anciens comme nouveaux) sont… Lire la suite
JAPON (Le territoire et les hommes) - Histoire

Écrit par :  Paul AKAMATSUVadime ELISSEEFFValérie NIQUETCéline PAJON

Dans le chapitre "Meiji"  : …  incontestable que le Japon avait accompli un relèvement spectaculaire. Le système capitaliste était désormais fondé ; le renouveau culturel était achevé. La scolarisation au niveau primaire était déjà presque totale ; l'enseignement du second degré se répandait ; les grandes villes étaient dotées d'universités, les unes impériales, les autres… Lire la suite
RUSSIE (Le territoire et les hommes) - Économie

Écrit par :  Julien VERCUEIL

e : le passage d’un système économique de type soviétique à un système de type capitaliste. Les grandes transformations entraînées par ce changement ont été plus longues et plus difficiles que prévu. En vingt ans, l’économie russe est bien devenue capitaliste, mais sous une forme très éloignée des modèles imaginés par les réformateurs du pays… Lire la suite
SERVICES ÉCONOMIE DE

Écrit par :  Jean-Charles ASSELAIN

Dans le chapitre "Les services, activités improductives ?"  : …  Smith ont pourtant en un sens remarquablement résisté à cet élargissement de l'analyse. On retrouve chez Karl Marx l'opposition entre la sphère capitaliste de production matérielle (« la caractéristique des travailleurs productifs [...], c'est que leur travail se réalise dans des marchandises, de la richesse matérielle ») et les activités de… Lire la suite
L'ACCUMULATION DU CAPITAL, livre de Rosa Luxemburg

Écrit par :  Jérôme de BOYER

Dans le chapitre "Croissance et impérialisme"  : …  Dans l'économie capitaliste, la croissance prend la forme d'une accumulation de moyens de production, d'une accumulation de capital. À quelles conditions est-elle possible ? L'ouvrage traite la question en trois parties ; l'édition française de 1972 ajoute, en quatrième partie, la Critique des critiquesLire la suite
ACTIONNAIRES

Écrit par :  Pierre BALLEY

La mise en commun, entre personnes qui se connaissent et se font confiance, des ressources nécessaires à une entreprise et le partage du profit éventuel sont un usage invétéré qui a joué un rôle essentiel dans le développement des premières formes du capitalisme, notamment dans le financement du commerce maritime au long… Lire la suite
AGRICOLE RÉVOLUTION

Écrit par :  Abel POITRINEAUGabriel WACKERMANN

Dans le chapitre "Origines capitalistes de la révolution agricole"  : …  C'est à travers une imprégnation « capitaliste » que les transformations se font jour : pour les partisans de l'« agriculture nouvelle », il est nécessaire, afin d'accroître les rendements et de supprimer les jachères, d'engager dans l'agriculture de très gros capitaux ; cette attitude est véritablement révolutionnaire. Le marquis de Mirabeau… Lire la suite
ALIÉNATION, sociologie

Écrit par :  Jean-Pierre DURAND

Karl Marx à la suite de ses lectures de Hegel. Lors du rapport salarial capitaliste, le résultat du travail de l'ouvrier ne lui appartient pas puisqu'il a échangé un temps de travail contre un salaire. À la fin de cet échange salarial capitaliste, le résultat du travail de l'ouvrier lui est étranger, c'est-à-dire aliéné, puisqu'il est… Lire la suite
ALTERMONDIALISME

Écrit par :  Christophe AGUITONIsabelle SOMMIER

Dans le chapitre "Contre la mondialisation libérale"  : …  notion de « mondialisation » telle qu'elle est ici entendue renvoie aux formes actuelles du capitalisme, en y incluant ses aspects politiques, tant sont liées les mutations du capitalisme, l'ouverture des marchés, la position hégémonique acquise par la puissance américaine et le rôle des institutions internationales, – O.M.C., F.M.I. ou Banque… Lire la suite
BIOPOLITIQUE

Écrit par :  Frédéric GROS

Dans le chapitre "La norme contre la loi"  : …  devient l'administrateur de la vie – ne peut être isolée pour Foucault de l'apparition du capitalisme. Le biopouvoir constitue en effet une des conditions indispensables de son développement. Car il fallait tout à la fois brancher le corps des individus sur des appareils de production concrets (problème du travail) et ajuster des phénomènes… Lire la suite
BOLCHEVISME

Écrit par :  Georges HAUPT

Dans le chapitre "Impérialisme et révolution"  : …  de la situation mondiale concrète qui a été créée par l'impérialisme » (Lukács). Sous l'angle économique, Lénine s'appuie sur les travaux de ses prédécesseurs, Hobson, Hilferding, pour définir le capitalisme monopoliste, son mécanisme et son emprise universelle. Ces conclusions, le processus général qu'il dégage confèrent à ses analyses une… Lire la suite
BOLTANSKI LUC (1940-    )

Écrit par :  Mohamed NACHI

Dans le chapitre "Une sociologie pragmatique de la critique"  : …  de domination. La réponse à ces critiques est fournie dans Le Nouvel Esprit du capitalisme (1999), publié par Boltanski et Ève Chiapello. La perspective adoptée dans cet ouvrage est historique et montre comment le capitalisme contemporain a triomphé en développant une nouvelle organisation en réseau et en récupérant la critique… Lire la suite
BOURGEOISIE FRANÇAISE

Écrit par :  UniversalisRégine PERNOUD

Dans le chapitre "Le Code civil, condensé de l'idéologie bourgeoise"  : …  la propriété, considérée désormais comme le droit d'user et d'abuser. Ce code, dont on a pu dire qu'il était « l'ensemble de la législation du capital » est muet sur la réglementation du travail et des salaires ; il consacre l'état de perpétuelle minorité auquel la femme s'était trouvée acheminée sous l'Ancien Régime, notamment depuis le… Lire la suite
LE CAPITAL, livre de Karl Marx

Écrit par :  Annie SORIOT

Dans le chapitre "Marchandise, plus-value et accumulation"  : …  elle consiste à partir des « entités abstraites » de l'économie politique classique pour ensuite étudier le concret. Le livre I analyse le processus de production capitaliste et débute par les chapitres sur la marchandise et la monnaie, afin d'analyser la « survaleur » et le « surtravail » (la forme moderne de l'exploitation) et d'en exposer les… Lire la suite
CHANDLER ALFRED (1918-2007)

Écrit par :  Jean-Marc DANIEL

qui caractérise l'entreprise est moins coûteux dans les productions complexes que la procédure de recherche du prix d'équilibre sur le marché. Le capitalisme est avant tout pragmatique. Lorsque l'information est trop difficile à rassembler, lorsque la valeur du travail est trop longue à déterminer, l'entreprise la forfaitise dans le salariat… Lire la suite
CHANGEMENT SOCIAL

Écrit par :  François BOURRICAUD

Dans le chapitre "La dimension endogène"  : …  Max Weber sur L'Éthique protestante et l'esprit du capitalisme (1904-1905) constitue de ce point de vue une contribution décisive. Le capitalisme – ou plus généralement la société industrielle – présente avec les formes d'organisation antérieures – que l'on peut, avec Max Weber, appeler « traditionnelles » – un… Lire la suite
CLARK JOHN BATES (1847-1938)

Écrit par :  Jean-Paul HUET

Pionnier du marginalisme américain, John Bates Clark appartient à une lignée d'économistes comme A. Marshall, St. Jevons, L. Walras, K. Menger... qui ont plus cherché à examiner et à comprendre le fonctionnement du système capitaliste dans le détail qu'à exprimer des doutes sur ses mérites fondamentaux et sur son destin final. De caractère généreux… Lire la suite
CLASSES SOCIALES - Penser les classes sociales

Écrit par :  Gérard MAUGER

Dans le chapitre "La conception marxiste des classes sociales"  : …  entre ordre (Stand) et classe (Klasse) pour tracer une ligne de démarcation entre la société capitaliste (« bourgeoise ») et les sociétés précapitalistes : on retrouve, d'ailleurs, ultérieurement, chez Weber comme chez Durkheim, cette distinction entre les sociétés divisées en ordres « fermés » et les sociétés divisées en classes « ouvertes… Lire la suite
CLASSES SOCIALES - Classe dominante

Écrit par :  Gérard MAUGER

Dans le chapitre "Bourgeoisie et élite(s)"  : …  est le rapport social déterminant. Dans le mode de production capitaliste, il oppose les bourgeois, propriétaires des moyens de production, aux prolétaires, détenteurs de leur seule force de travail. « Par bourgeoisie, on entend la classe des capitalistes modernes qui possèdent les moyens sociaux de production et utilisent le travail salarié… Lire la suite
COMMUNISME - Mouvement communiste et question nationale

Écrit par :  Roland LOMME

Dans le chapitre "Nations révolutionnaires et peuples sans histoire"  : …  dire socialiste, du développement des sociétés en passant outre la phase de développement capitaliste, ce n'est pas la leçon que retiennent les marxistes russes de son œuvre. Friedrich Engels lui-même proteste que « en Russie, pas plus qu'ailleurs, il n'est possible de développer, à partir du communisme agraire primitif, une forme de socialisme… Lire la suite
CONSCIENCE DE CLASSE

Écrit par :  Michel LALLEMENT

classe. Pour le philosophe hongrois, aucune société n’a échappé au phénomène marchand. Le capitalisme moderne se distingue cependant des autres formations sociales par la forte emprise qu’y exercent les choses et la valorisation des choses. Cela se traduit notamment par un mouvement d’abstraction et de rationalisation du travail humain au profit de… Lire la suite
CRISES ÉCONOMIQUES

Écrit par :  Jean-Charles ASSELAINAnne DEMARTINIPascal GAUCHONPatrick VERLEY

Dans le chapitre "Les crises du capitalisme industriel"  : …  guère ses fluctuations à la conjoncture générale tant que son importance resta limitée. En Grande-Bretagne, dans la décennie 1830, l'investissement en machines, dans les mines et dans les chemins de fer ne représentaient que 21 p. 100 de la formation brute de capital fixe ; dans la décennie 1840, en revanche, il s'élevait à 41 p. 100, dont 28 p.… Lire la suite
CRISES ÉCONOMIQUES (1980-2012)

Écrit par :  Dominique PLIHON

Depuis ses origines, l'histoire du capitalisme est ponctuée par des crises financières : envolée puis effondrement du cours des bulbes de tulipes en Hollande, en 1634-1637 ; en 1720, crises sur les cours des titres de la Compagnie des Indes en France, et de la South Sea Company en Angleterre. Le xixeLire la suite
CRISES FINANCIÈRES - Instabilité financière

Écrit par :  Dominique PLIHON

Dans le chapitre "L'instabilité et les crises financières au cœur du capitalisme"  : …  Une approche plus radicale, qualifiée d'« hypothèse d'instabilité financière », a été proposée par Hyman Minsky (1982) pour qui les crises sont endogènes au fonctionnement de l'économie capitaliste. Minsky raisonne dans le cadre d'une économie où, contrairement aux hypothèses des théoriciens de l'efficience, les comportements financiers des agents… Lire la suite
DÉCROISSANCE

Écrit par :  Fabrice FLIPO

Dans le chapitre "Sortir du productivisme"  : …  de ces vieux courants anti-autoritaires. Impossible, ensuite, de soutenir encore que la dynamique capitaliste engendre un appauvrissement radical du prolétariat : la classe ouvrière s'est enrichie, du moins dans les pays du centre capitaliste. Elle aura donc beaucoup plus à perdre que ses chaînes dans une révolution. Enfin l'Union soviétique, qui… Lire la suite
DÉCROISSANCE (CRITIQUE DE LA)

Écrit par :  Jean-Marie HARRIBEY

Dans le chapitre "L'économie politique pessimiste sur l'avenir du capitalisme"  : …  Dès sa naissance, l'économie politique avait attiré l'attention sur le risque d'« état stationnaire » qui guettait le capitalisme. En particulier, Ricardo pronostiquait que, en raison de la diminution des rendements agricoles consécutive à la mise en culture de terres de moins en moins fertiles pour répondre aux besoins d'une population… Lire la suite
DES PRINCIPES DE L'ÉCONOMIE POLITIQUE ET DE L'IMPÔT, livre de David Ricardo

Écrit par :  Nicolas CHAIGNEAU

Dans le chapitre "Des mesures de politique économique"  : …  La force de l'approche ricardienne réside dans sa capacité de s'appuyer sur une vision théorique de la dynamique du capitalisme pour énoncer des mesures concrètes de politique économique. Au terme de son ouvrage, Ricardo parvient notamment à démontrer que la législation anglaise en matière de commerce extérieur du blé met en… Lire la suite
ÉCONOMIE (Histoire de la pensée économique) - Les grands courants

Écrit par :  Jérôme de BOYER

Dans le chapitre " La critique marxiste"  : …  travail dépensé pour produire les biens de consommation que l'ouvrier achète avec le salaire monétaire que lui verse le capitaliste). Ainsi Marx considère-t-il avoir découvert le secret du profit et de la dynamique du capitalisme : l'exploitation du travailleur, qui possède la force de travail, par le capitaliste, qui achète cette force de travail… Lire la suite
ÉCONOMIE (Histoire de la pensée économique) - L'école classique

Écrit par :  Daniel DIATKINE

Dans le chapitre "Le travail salarié"  : …  de la division du travail et elle connaît également la monnaie. En revanche, le travail dépendant apparaît caractéristique des « temps avancés ». Il conviendrait mieux de parler à leur propos d'économie capitaliste, puisque ceux-ci sont caractérisés par l'accumulation des capitaux (et l'appropriation des terres). Importante chez Smith, cette… Lire la suite
ÉCONOMIE (Histoire de la pensée économique) - Marxisme

Écrit par :  Michel ROSIER

Dans le chapitre " La production et l'exploitation"  : …  fournit directement à celui-ci le panier nécessaire à l'entretien de sa force de travail. Dans le capitalisme, les capitalistes sont uniquement propriétaires des moyens de production. Mais les autres hommes, ne pouvant pas produire eux-mêmes ce dont ils ont besoin pour vivre, sont contraints de se faire embaucher. Ils vendent leur force de travail… Lire la suite
ÉCONOMIE MONDIALE - 1990 : de l'euphorie à la crainte

Écrit par :  Régis PARANQUE

Dans le chapitre "Le triomphe modeste du moins mauvais des mondes"  : …  Roosevelt, tant décrié à l'époque par la droite américaine, a profondément transformé le capitalisme américain. Il montre que Richard Nixon a, en fait, continué d'agir dans la même voie, bien que se réclamant d'une pensée politique adverse, et que « l'essentiel de ce qu'il est advenu de l'économie américaine dans les années Kennedy, Johnson, Nixon… Lire la suite
EMMANUEL ARGHIRI (1911-2001)

Écrit par :  Claudio JEDLICKI

d'épargne, car il est insuffisant. Étant donné que le profit pur est disponible seulement ex-post, une fois le produit écoulé, le revenu susceptible d'acheter une production déterminée est, à tout moment, insuffisant. Emmanuel voit dans cette inégalité structurelle la source originelle de la crise dans le système capitaliste… Lire la suite
L'ÉTHIQUE PROTESTANTE ET L'ESPRIT DU CAPITALISME, livre de Max Weber

Écrit par :  Éric LETONTURIER

Dans le chapitre "Le salut par le travail"  : …  L'impératif d'abandonner le « domaine des représentations vagues et générales » conduit ensuite Weber à construire, en s'appuyant sur les sermons de Benjamin Franklin, un idéal type de l'esprit du capitalisme qui fait de la poursuite de son intérêt pécuniaire une obligation morale entrant dans le code de conduite quotidien de l'honnête homme. Vécu… Lire la suite
ETHNOCIDE

Écrit par :  Pierre CLASTRES

Dans le chapitre "Ethnocide et capitalisme"  : …  ce qu'il est recul constant de la limite, espace infini de la fuite en avant permanente. Ce qui différencie l'Occident, c'est le capitalisme en tant qu'impossibilité de demeurer dans l'en deçà d'une frontière, en tant que passage au-delà de toute frontière ; c'est le capitalisme, comme système de production pour qui rien n'est impossible, sinon de… Lire la suite
GORZ ANDRÉ (1923-2007)

Écrit par :  Gérard PAUL

Il constate que les évolutions de la nature du travail ont rendu impossible la réalisation des perspectives ouvertes par Marx. Le capitalisme a substitué au prolétariat conscient et organisé une classe de travailleurs adaptée à ses seuls besoins, « dont les intérêts directement conscients, écrit-il, ne concordent pas avec une rationalité socialiste… Lire la suite
GRANDE DÉPRESSION

Écrit par :  Marie-France BAUD-BABIC

Le 9 mai 1873, un vendredi, la Bourse de Vienne s'effondre. Ce sera ensuite au tour de New York d'enregistrer un krach financier. Pendant les trois premiers quarts du xixe siècle, l'économie européenne avait bénéficié d'un dynamisme important, le capitalisme se développant à travers des secteurs… Lire la suite
GUERRE FROIDE (notions de base)

Écrit par :  Universalis

Dans le chapitre "Formation de deux blocs antagonistes"  : …  de deux blocs rivaux qui divisent le monde. Cet antagonisme est d’abord idéologique : le modèle capitaliste des États-Unis, fondé sur la démocratie parlementaire, la libre entreprise et la société de consommation, s’oppose au modèle communiste de l’URSS, fondé sur le parti unique, l’économie collectivisée et l’idéal d’une société sans classes. Ces… Lire la suite
HANSEN ALVIN HARVEY (1887-1975)

Écrit par :  Jean-Paul HUET

À partir des années 1930, beaucoup d'auteurs se montrèrent préoccupés par une crise qui s'aggravait et se prolongeait. À la question fort déprimante de la survie du capitalisme, Alvin Hansen, professeur d'économie à Harvard, et d'autres auteurs américains (B. Higgins, A. Sweezy), répondirent par la thèse de la maturité économique… Lire la suite
HISTOIRE ATLANTIQUE

Écrit par :  Clément THIBAUD

Dans le chapitre "Naissance et affirmation de l'histoire atlantique"  : …  1955-1960), Vitorino Magalhães Godinho ou Fernand Braudel (Civilisation matérielle, économie et capitalisme, 1967) raisonnent déjà en termes d'économie-monde. À leur suite, des intellectuels, comme Immanuel Wallerstein ou André Gunder Frank, privilégient l'échelle d'analyse globale pour décrire l'emprise de l'Occident sur le… Lire la suite
HISTOIRE MONDIALE DE LA SPÉCULATION FINANCIÈRE, DE 1700 À NOS JOURS, livre de Charles P. Kindleberger

Écrit par :  Franck JOVANOVIC

Dans le chapitre "Une approche historique"  : …  économique comparée permet de comprendre les mécanismes économiques et de montrer que les crises financières sont « une structure récurrente de l'économie capitaliste ». Bien que chaque crise financière soit un événement historique unique, Kindleberger montre qu'il n'y a pas lieu de dissocier histoire et économie, même si « l'histoire traite du… Lire la suite
HOBSON JOHN ATKINSON (1858-1940)

Écrit par :  Guy CAIRE

Se décrivant lui-même comme le produit moyen de la couche moyenne de la moyenne bourgeoisie d'une ville des Midlands de taille moyenne, Hobson fut un économiste hérétique pour son temps, mais dont nombre d'idées furent reprises par les économistes ultérieurs. Influencé par Ruskin et par Veblen, le Britannique se… Lire la suite
INDUSTRIE - Industrialisation et formes de société

Écrit par :  Samir AMIN

Dans le chapitre "Les conditions économiques de l'industrialisation. La « société industrielle »"  : …  L'homogénéisation des conditions sociales se manifeste par cinq lois essentielles du mode de production capitaliste achevé (industriel) : homogénéisation de la quantité de travail fourni par individu d'une branche à l'autre ; homogénéisation de la qualité de ce travail (la généralisation du travail simple) ; égalisation de la rémunération du… Lire la suite
INÉGALITÉS - Analyse et critique

Écrit par :  Alain BIHRRoland PFEFFERKORN

Dans le chapitre "Égalité et inefficacité"  : …  Cet argument présuppose la « guerre de tous contre tous », caractéristique de l'économie capitaliste, tout en présentant cette dernière comme un modèle indépassable d'efficacité économique. Or, d'une part, cette efficacité n'a pas pour seule condition la concurrence sur le marché : la forte croissance économique de l'après-guerre a aussi reposé sur… Lire la suite
MONDIALISATION - Globalisation financière

Écrit par :  Philippe MARTINDominique PLIHON

Dans le chapitre "L’instabilité et les crises au cœur de la finance globalisée"  : …  la finance moderne ; ce qui signifie que le rythme des crises devrait se ralentir à l’avenir. Selon une conception plus réaliste découlant des enseignements de l’histoire, l’instabilité est inscrite au cœur du capitalisme ; et elle se trouve amplifiée par le poids considérable pris par la finance libéralisée dans l’économie mondiale contemporaine… Lire la suite
INTÉRÊT (sociologie)

Écrit par :  François VATIN

protestante dont Max Weber a souligné le rôle dans la genèse du capitalisme. C’est, plus généralement, la poursuite de l’intérêt, au sens égoïste du terme, qui devient, dans ce nouveau cadre moral, légitime, en ce que la réussite dans le monde devient le gage de l’élection divine. Albert Hirschman a retracé cette… Lire la suite
JAPON (Le territoire et les hommes) - Géographie

Écrit par :  Philippe PELLETIER

Dans le chapitre "Un capitalisme d'État en restructuration"  : …  Le système japonais est un capitalisme d'État qui s'est forgé dès Meiji (1868) dans le cadre d'un « national-développementalisme », c'est-à-dire d'une priorité nationale, sinon nationaliste, pour sortir du sous-développement… Lire la suite
JAURÈS JEAN (1859-1914)

Écrit par :  Madeleine REBÉRIOUX

Dans le chapitre "Jaurès, la S.F.I.O. et la C.G.T."  : …  dans les luttes corporatives. En France, comme il le dit en 1912 au congrès de Lyon, le capitalisme n'est pas assez fort pour que « la pensée prolétarienne agisse pour ainsi dire par sa propre masse. [...] Nous aurons besoin que, dans notre classe ouvrière, plus dispersée, plus mêlée de paysannerie plus ou moins conservatrice, de petite… Lire la suite
LANDRY ADOLPHE (1874-1956)

Écrit par :  Alain-Pierre RODET

Le renouveau du socialisme en France souhaité par Jean Jaurès (qui trouvait trop étatiste le socialisme allemand incarné par Marx et Engels) devait, selon le fondateur de L'Humanité, s'accorder avec le tempérament individualiste des Français. Adolphe Landry fait partie avec Charles Andler de cette… Lire la suite
LUMPENPROLÉTARIAT

Écrit par :  Claude LEFORT

C'est une importante catégorie de l'analyse marxiste que celle de lumpenprolétariat (prolétariat en haillons). Selon celle-ci, le capitalisme présente un double aspect : d'une part, toutes oppositions antérieures s'effacent progressivement devant celle de la bourgeoisie et du prolétariat, qui reflète la… Lire la suite
LUXE

Écrit par :  Olivier ASSOULY

Dans le chapitre " L'original et la copie"  : …  assurée techniquement par l'industrie et socialement par la mode ? D'abord, la diffusion sociale du luxe est liée au fait que le capitalisme – en témoigne au xxie siècle l'expansion économique de la Chine – modifie les positions sociales dont témoignent la consommation du luxe et l'accroissement des disparités économiques. A contrario, dans… Lire la suite
LUXEMBURG ROSA (1870-1919)

Écrit par :  Jean-Claude KLEIN

Née près de Lublin, en Pologne sous domination russe, Rosa Luxemburg est issue d'une famille de commerçants juifs de tradition libérale… Lire la suite
LA MACHINE À EXPLORER LE TEMPS, livre de Herbert-George Wells

Écrit par :  Jean-François PÉPIN

Dans le chapitre "Une satire sociologique"  : …  à explorer le temps est empreinte d'une double dimension sociologique et satirique. Sociologique d'abord parce qu'elle analyse l'inhumanité de la condition des prolétaires dans la société capitaliste, qui les exclut des bienfaits d'un progrès social réservé à la classe dominante, laquelle s'avère incapable en fin de compte de défendre son propre… Lire la suite
MARCHÉ (sociologie)

Écrit par :  Valérie ASENSIGilles LAFERTÉ

Max Weber l’a compris comme une forme sociale singulière, fondée sur l’échange et la concurrence, insistant sur le caractère impersonnel des forces du marché capitaliste, où les échanges des marchandises priment sur le statut des personnes. Dans L’Éthique protestante et l’esprit du capitalisme, Max Weber développe l’hypothèse que l’… Lire la suite
MARSEILLE JACQUES (1945-2010)

Écrit par :  Paul-André ROSENTAL

, de l'université de Lille à celle de Paris-VIII-Vincennes qui vient d'être créée. Son doctorat, obtenu en 1984 et bientôt publié sous le titre Empire colonial et capitalisme français : histoire d'un divorce (Albin Michel), lui vaut une renommée savante immédiate et durable. Ses conclusions mettent à mal l'idée que l'Empire… Lire la suite
MARXISME - La théorie marxiste

Écrit par :  Étienne BALIBARPierre MACHEREY

Dans le chapitre "Les lois économiques du capitalisme"  : …  des conditions dans lesquelles peut s'exercer la concurrence des capitaux, et se former le « profit moyen », conditions qui se transforment avec l'histoire du capitalisme. Il va de soi également que, au niveau de la société tout entière, la somme des valeurs reste toujours strictement égale à la somme des prix de production… Lire la suite
MARXISME - La réification

Écrit par :  Jacques LEENHARDT

Dans le chapitre "Le domaine économique"  : …  Il fallait l'avènement de la société bourgeoise échangiste et capitaliste, et le développement de l'idéologie égalitariste pour que le contenu réel de la valeur puisse être établi en toute clarté. Or, comme on l'a vu, l'avènement de l'économie marchande provoque une transformation profonde des rapports sociaux. Dans les… Lire la suite
NEGRI ANTONIO (1933-     )

Écrit par :  Victor Manuel MONCAYO

L'élaboration la plus accomplie de sa pensée théorique et politique sur l'ordre capitaliste contemporain dans toutes ses dimensions se trouve dans Empire (2000) et Multitude. Guerre et démocratie à l'époque de l'Empire (2004), écrits en collaboration avec Michael Hardt. Pour Antonio… Lire la suite
PAUPÉRISATION

Écrit par :  Gérard DESTANNE DE BERNIS

Pour Marx, la paupérisation revêt deux formes différentes : la paupérisation relative et la paupérisation absolue. La première est le résultat de l'accroissement de productivité dans les industries produisant les biens de consommation ouvrière (wage goods) : la valeur de la force de travail s'en trouve… Lire la suite
PIKETTY THOMAS (1971-    )

Écrit par :  Frédéric LEBARON

Dans le chapitre "Inégalités, fiscalité et concentration du patrimoine"  : …  Comme Joseph Stiglitz, Paul Krugman et plusieurs autres économistes, Piketty devient donc plus « critique » à la fin des années 2000 à l’égard du capitalisme financier. Son ouvrage de 2013, Le Capital au XXIe siècle, ouvre un vaste débat sur le rôle de l’impôt pour… Lire la suite
POLITIQUE - La philosophie politique

Écrit par :  Éric WEIL

Dans le chapitre "Hegel"  : …  Hegel n'a pas été le premier à constater cette dialectique de la société capitaliste industrielle : Saint-Simon, Comte, Ricardo la discernent également ; mais tandis qu'ils attendent la solution d'une abolition de l'État historique au profit de la société par l'action de ceux qui comprennent le mécanisme socio-économique et… Lire la suite
PRATIQUE ET PRAXIS

Écrit par :  Éric WEIL

Dans le chapitre "De la conscience historique à la praxis marxiste"  : …  société, matériels aussi bien que moraux, privée de ceux-ci parce que privée de ceux-là. La société capitaliste se caractérise ainsi par une contradiction intérieure qu'elle est incapable de surmonter. Marx part de cette analyse, mais refuse de croire à une solution qui recoure à la raison des capitalistes ou des gouvernements. Il serait vain d'en… Lire la suite
PROLÉTARIAT & PROLÉTARISATION

Écrit par :  Serge MALLET

Dans le chapitre "Producteur de plus-value"  : …  contraint, pour survivre, de vendre (ou de louer) sa force de travail aux capitalistes. La plus-value, en tant que forme principale du profit, est un phénomène caractéristique de la société capitaliste : elle s'est substituée aux formes de profit fondées sur la rente foncière ou le gain commercial qui prédominaient aux époques historiques… Lire la suite
PROSTITUTION À L'ÉPOQUE MODERNE (XVe-XVIIIe SIÈCLES)

Écrit par :  Amélie MAUGÈRE

Dans le chapitre "La répression de la prostitution : une pédagogie de la correction"  : …  » et inférieures ne sont pas à l’abri d’une mauvaise conjoncture. La naissance du capitalisme bouleverse une société longtemps restée organisée autour de solidarités locales et qui doit maintenant faire face à une mobilité d’individus issus des couches populaires encore jamais observée. Les institutions ne sont pas préparées à ces changements et… Lire la suite
PROTESTANTISME - Protestantisme et société

Écrit par :  Jean BAUBÉROT

Dans le chapitre "Le lien avec le capitalisme"  : …  Au xixe siècle, le lien avéré entre le protestantisme et le capitalisme était expliqué en termes apologétiques (le protestantisme, religion « supérieure ») ou polémiques (par la Réforme, les puissants se sont soustraits à la tutelle de l'Église et ont opprimé les faibles). Marx… Lire la suite
PURITANISME

Écrit par :  Jean BAUBÉROT

Dans le chapitre "Puritanisme et capitalisme"  : …  Dans son célèbre ouvrage L'Éthique protestante et l'esprit du capitalisme, M. Weber analyse l'influence du protestantisme – et spécialement du puritanisme – sur le développement de l'esprit capitaliste. Selon lui, la doctrine calviniste de la prédestination créant une certaine angoisse, l'activité et le… Lire la suite
RATIONALITÉ, sociologie

Écrit par :  Isabelle KALINOWSKI

de Max Weber que se cristallise la controverse : il est parfois présenté comme le dernier héraut d’une rationalité occidentale qui aurait connu son assomption avec le triomphe de l’économie capitaliste. Les postcolonial ou subaltern studies voient dans la singularité attribuée par Weber à la rationalisation… Lire la suite
RELIGION - Sociologie religieuse

Écrit par :  Olivier BOBINEAU

Dans le chapitre "Analyse wébérienne"  : …  de la musique, de l'architecture, etc. Dans les temps modernes, ce mouvement général de rationalisation connaît un point d'orgue avec l'organisation capitaliste rationnelle du travail formellement libre, avec la séparation de la gestion domestique de celle de l'entreprise et la comptabilité rationnelle. La généralisation systématique de cette «… Lire la suite
RÉVOLUTION INDUSTRIELLE

Écrit par :  Jean-Charles ASSELAIN

Dans le chapitre "Une dynamique mondiale d'inégalités croissantes ?"  : …  La révolution des transports – chemin de fer et navigation à vapeur – accélère la pénétration du capitalisme industriel dans le monde entier, avec des effets destructeurs sur les formes de production traditionnelles, et donne naissance à une division mondiale du travail très tranchée entre pays industriels et pays producteurs de produits primaires… Lire la suite
ROYAUME-UNI - Économie

Écrit par :  Emmanuel HACHE

Dans le chapitre "Les privatisations"  : …  l'État, amélioration de l’utilisation des finances publiques –, le programme britannique voulait faire naître un capitalisme populaire. Le „peuple de propriétaires responsables“, prôné par la doctrine thatchérienne, devenait ainsi le maître d'œuvre de l'économie britannique. Pendant deux décennies, l'essentiel des grandes entreprises britanniques… Lire la suite
SALARIAT

Écrit par :  Denis CLERC

Dans le chapitre "L'âge d'or du salariat"  : …  la donne, une nouvelle fois, a changé. Les idées de Keynes tiennent le haut du pavé : le capitalisme a besoin, pour fonctionner, d'une demande forte et régulière, ce qui implique une intervention de l'État. En matière salariale, cela se traduit par une double mutation. D'abord, l'instauration de mécanismes de protection sociale qui aboutissent à la… Lire la suite
SCHUMPETER JOSEPH ALOYS (1883-1950)

Écrit par :  Claude JESSUA

Dans le chapitre "L'entrepreneur capitaliste et l'innovation"  : …  une création monétaire ; ainsi du capital se forme, qui doit être rémunéré par l'intérêt ; ce dernier sera payé grâce aux profits dégagés par l'innovation. Dire que tout système capitaliste observable comporte des chefs d'entreprise, des investissements, des profits équivaut donc à reconnaître que l'innovation est un élément permanent du système… Lire la suite
SISMONDI JEAN CHARLES LÉONARD SIMONDE DE (1773-1842)

Écrit par :  Hélène FISERA

Économiste et historien, fils d'un pasteur genevois d'origine toscane, Sismondi, en 1803, publia son ouvrage De la richesse commerciale, qui le fit apparaître comme un disciple d'Adam Smith. Après avoir achevé son Histoire des républiques italiennes du Moyen ÂgeLire la suite
SOCIALISME - Les Internationales

Écrit par :  Madeleine REBÉRIOUX

Dans le chapitre "Une organisation maintenue malgré de multiples scissions"  : …  Et pourtant, rien n'est assuré. Les contradictions sociales, et politiques, dont est porteuse l'économie capitaliste, s'étalent au grand jour : elles visent des dizaines de millions de sans-emploi et l'ensemble des salariés dans le monde ; elles mettent à mal des continents entiers, ainsi l'Afrique. Elles suscitent des mouvements divers hostiles à… Lire la suite
SOCIALISME - Social-démocratie

Écrit par :  Philippe MARLIÈRE

dans l'entre-deux-guerres, elle perd ensuite cette radicalité. La social-démocratie souhaitait réformer profondément le capitalisme. En réalité, c'est davantage le capitalisme qui l'a réformée, assagie. Elle n'en a pas moins laissé une empreinte indélébile dans la civilisation européenne, en étant à l'origine du Welfare State, des institutions et… Lire la suite
SOCIOLOGIE WEBERIENNE

Écrit par :  Isabelle KALINOWSKI

Dans le chapitre "Weber et Marx"  : …  le même Sombart, à importer dans le langage technique de la sociologie des concepts « marxistes », à commencer par celui de « capitalisme », qui, jusque là, n'avaient pas droit de cité (pas même pour y être critiqués) dans la langue autorisée d'un corps enseignant pourtant attaché à la réfutation du « matérialisme historique… Lire la suite
SOMBART WERNER (1863-1941)

Écrit par :  Jean-Claude LAMBERTI

Économiste, né à Ermsleben en Allemagne. Son père était industriel et fut élu au Reichstag où il siégea dans les rangs des nationaux-libéraux. Werner Sombart étudia le droit, l'économie, l'histoire et la philosophie à Pise, à Rome puis à Berlin, où il fut reçu docteur en 1888. D'abord secrétaire de la Chambre de commerce de… Lire la suite
SYNDICALISME

Écrit par :  Guy CAIREThomas LOWIT

Dans le chapitre "Adaptation à la globalisation"  : …  qui semble être celui actuellement privilégié nous souhaitons mettre l'accent sur le fait qu'il s'agit là d'une étape spécifique de l'extension mondiale du capitalisme, étape qui s'accompagne d'une série de transformations qu'il nous faut identifier : intensification des échanges internationaux de biens et de services, poids croissant des firmes… Lire la suite
TECHNIQUE

Écrit par :  Cornélius CASTORIADIS

Dans le chapitre "Technique appliquée et luttes sociales dans l'entreprise"  : …  des classes à l'intérieur de l'entreprise. Le fait est que, très tôt, l'évolution de la technologie capitaliste et son application dans la production se sont orientées dans une direction bien définie : supprimer le rôle humain de l'homme dans la production, éliminer le plus possible les producteurs du processus de production. Que le prix du… Lire la suite
TECHNIQUE ET ART

Écrit par :  Marc LE BOT

Dans le chapitre "Art et connaissance"  : …  techniques et la connaissance, dans les perspectives ouvertes par l'instauration du capitalisme industriel : Jean-Baptiste Colbert, dont les encyclopédistes se réclament, a soulevé pour la première fois ces problèmes d'une économie dont les moyens de production soient rationalisés et normalisés, comme ils le seront dans l'… Lire la suite
THÉORIE DE L'ÉVOLUTION ÉCONOMIQUE, livre de Joseph Aloys Schumpeter

Écrit par :  Annie L. COT

Dans le chapitre "Un système général"  : …  Il déduira ensuite de cet enchaînement, selon une thèse d'inspiration très weberienne, l'évolution irréversible du capitalisme qui, de succès en succès, conduira à « mine[r] les institutions sociales qui le protègent » et à « désigne[r] nettement le socialisme comme son héritier présomptif » (Capitalisme, socialisme et démocratieLire la suite
TRAVAIL

Écrit par :  Denis CLERC

David Ricardo (1772-1823), la source de toute valeur, et s'il critique le capitalisme, c'est parce que le travailleur est dépossédé d'une part de la richesse qu'il produit, au profit de la bourgeoisie qui détient les moyens de production. Même si cette analyse (dite de la valeur-travail) est aujourd'hui à… Lire la suite
TRIBALISME

Écrit par :  Jean COPANS

Dans le chapitre "Le développement économique capitaliste"  : …  L'implantation d'une économie coloniale et de marché, l'accentuation du sous-développement ont transformé les conditions d'existence des structures tribales et, donc, du tribalisme. Deux phénomènes se sont produits simultanément : une domination des systèmes tribaux par les mécanismes propres à l'économie capitaliste et la naissance de formes… Lire la suite
WEBER MAX (1864-1920)

Écrit par :  Julien FREUND

Dans le chapitre "L'œuvre sociologique"  : …  dans l'étude célèbre sur L'Éthique protestante et l'esprit du capitalisme pour montrer qu'à l'origine (c'est uniquement cette situation qu'envisage Weber) le capitalisme n'est pas seulement le résultat de l'accumulation du capital, de l'exploitation des hommes comme le disent les marxistes, de la… Lire la suite

Afficher la liste complète (97 références)

  

Voir aussi

  

Accueil - Contact - Mentions légales
Consulter les articles d'Encyclopædia Universalis : 0-9 A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
Consulter le dictionnaire de l'Encyclopædia Universalis
© 2017, Encyclopædia Universalis France. Tous droits de propriété industrielle et intellectuelle réservés.