BOUTIQUECONTACTASSISTANCE
Zone de recherche

AltasAuteursRecherche thématiqueDictionnaire

ARABISME

Au-delà des théoriciens que le nationalisme arabe a tardé à se donner, encore qu'ils furent précédés par les pionniers de ce qui est un proto-nationalisme, l'arabisme est d'abord le sentiment d'appartenance à l'ethnie ou à la nationalité arabe. Il y a lieu, en effet, de parler – et très tôt – d'une conscience ethnique diffuse. Et ce que l'arabisme suggère d'une doctrine ne s'entend, bien entendu, qu'à partir de ce sentiment, de cette conscience diffuse – et des situations objectives qui les fondent – dont le nationalisme arabe est une des expressions historiques.

1.  La conscience ethnique diffuse

Les tribus arabes d'avant l'Islam formaient objectivement une unité, une ethnie, elles parlaient la langue arabe et avaient en commun un certain nombre de traits culturels plus ou moins spécifiques. À ce titre, les étrangers distinguaient nettement un peuple arabe. Il est vrai qu'ils confondaient avec lui les populations de langue sud-arabique parce qu'elles habitaient également l'Arabie. Mais celles-ci, également, considéraient les Arabes ('a‘râb) comme des étrangers. Les multiples tribus arabes étaient distinctes et souvent en lutte entre elles. Mais la conscience d'une certaine unité apparaît dans les désignations, fondées sur la langue commune, qui opposent les Arabes (al-‘Arab) aux « étrangers » (al-‘Adjam), même si le premier terme ne s'est appliqué d'abord qu'à certains éléments de cette ethnie. Elle s'exprime aussi par les généalogies fictives qui, très anciennement sans doute, rattachent les tribus les unes aux autres et qui seront, plus tard, adaptées au schéma biblique du chapitre x de la Genèse. Les joutes oratoires et littéraires, les grandes foires, les sanctuaires communs où beaucoup se rendent en pèlerinage, d'autres institutions intertribales (trèves sacrées, calendrier, etc.) renforcent ce sentiment d'unité. En 328, un chef de tribu se prétend, certainement avec beaucoup d'exagération, « roi de tous les Arabes ».

Au début du viie siècle, Mahomet considère qu'il prêche une doctrine universellement valab [...]

1 2 3 4 5

… pour nos abonnés, l'article se prolonge sur  8 pages…

 

Pour citer cet article

Maxime RODINSON,  E.U., « ARABISME  », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le  . URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/arabisme/

Classification thématique de cet article :

  

Offre essai 7 jours

« ARABISME » est également traité dans :

ALGÉRIE

Écrit par :  Charles-Robert AGERONUniversalisJean LECASid-Ahmed SOUIAHBenjamin STORA

Dans le chapitre "L'évolution des musulmans et la politique indigène"  : …  à ses revendications d'égalité que la citoyenneté française, une autre voie lui fut indiquée par les ‘ulamā et les champions de l'arabisme : la « Nation algérienne ». Par l'enseignement, le scoutisme et la propagande écrite et orale, les ‘ulamā insufflèrent à la jeunesse un idéal patriotique, à la fois arabo-musulman et algérien… Lire la suite
ARABIE SAOUDITE

Écrit par :  Philippe DROZ-VINCENTGhassan SALAMÉ

Dans le chapitre " La politique extérieure"  : …  sa position régionale. D'un pays sur la défensive, le royaume se mue progressivement en gardien de la solidarité arabe, modérateur des plus extrémistes et médiateur entre les Arabes et l'Occident. C'est à Riyad que le sommet mettant fin à la première phase du conflit libanais se réunit, c'est l'Arabie Saoudite qui joue les bons offices entre la… Lire la suite
BAATH, BA'TH ou BAAS

Écrit par :  Françoise MEUSY

Parti socialiste de la renaissance arabe, le Baath est un parti politique fortement structuré qui, dépassant les frontières des États, se veut un mouvement unitaire arabe et socialiste. Fondé en 1943 à Damas par un chrétien orthodoxe, Michel Aflak, le philosophe du parti, et Ṣālah al-Biṭar, qui en sera le tacticien et… Lire la suite
BAKR AHMED HASSAN AL- (1912-1982)

Écrit par :  Philippe RONDOT

Zaki al-Arsouzi, un Alaouite, Michel Aflak, un chrétien, et Salah Bitar, un musulman, et qui catalyse les aspirations nationalistes arabes. Le Baas, dont la doctrine est résumée dans sa devise : « Unité-Socialisme-Liberté », se veut panarabe, anti-impérialiste, laïque et progressiste. C'est un parti d'encadrement de masses plus qu'un parti de masse… Lire la suite
CAIRE LE

Écrit par :  Éric DENISGaston WIET

Dans le chapitre "Une métropole débordée"  : …  C'est aussi à cette époque (entre 1940 et 1960) que le Caire s'affirme comme la capitale du monde arabe, devenant le centre du panarabisme qui s'imposera dans le mouvement des non-alignés, porté par les discours enflammés de Nasser, par la voix d'Oum Kalthoum et par le cinéma égyptien. C'est ici que s'invente la rue arabe dont l'humeur inquiète… Lire la suite
DJAMĀL AL-DĪN AL-AFGHĀNĪ (1838-1897)

Écrit par :  Gilbert DELANQUE

Iranien, formé en milieu shī‘ite duodécimain, et non sunnite comme il l'a laissé croire, al-Sayyid Muḥammad b. Ṣafdar Djamāl al-dīn al-Afghānī se prétend afghān (d'où le nom ethnique d'al-Afghānī). Il fait des études à Qazwin, à Téhéran et à Najaf. À partir de 1856, il mène la vie errante d'un propagandiste ; si ses idées et… Lire la suite
ÉGYPTE - L'Égypte républicaine

Écrit par :  Sandrine GAMBLINRobert SANTUCCI

Dans le chapitre "L'affirmation de l'Égypte à l'extérieur"  : …  libéré de la présence britannique, réagit vivement à cette perspective et propose une alliance régionale arabe dans le cadre de la seule Ligue arabe. Une campagne intense de propagande se déchaîne au Moyen-Orient, où se distingue « la Voix des Arabes », une émission spécialement conçue pour prolonger au-delà des frontières l'influence de la… Lire la suite
FAYṢĀL Ier (1885-1933) roi d'Irak (1921-1933)

Écrit par :  Universalis

en Irak et en Syrie donne la mesure du sentiment nationaliste arabe régnant dans tout le Croissant fertile. En tant que leader panarabe, Faysal Ier n'a pas d'attaches politiques particulières en Irak, il tient son autorité de son habileté à modérer les divers éléments en conflit. Il apprécie l'amitié des Britanniques, tout en continuant de s'… Lire la suite
ḤUSAYN IBN ‘ALĪ (1856-1931)

Écrit par :  Robert SANTUCCI

Né au Hedjaz, Ḥusayn ibn ‘Alī appartient aux ‘Abadila, l'un des clans de descendants du Prophète, qui, depuis 961, fournit les responsables locaux de la ville sainte, nommés par les califes de l'Islam. Il reçoit d'abord une éducation dans le milieu tribal avant de séjourner, de 1881 à 1908, dans la capitale ottomane. Il… Lire la suite
HUSSEIN (1935-1999) roi de Jordanie (1953-1999)

Écrit par :  Nadine PICAUDOU

jordanien se trouve pris dans la tourmente de la guerre froide. Menacée de déstabilisation par la vague montante du nationalisme arabe qui revêt alors le visage charismatique de Nasser, la monarchie doit prendre ses distances avec l'allié britannique. La menace extérieure exacerbe la vulnérabilité interne d'un pays aux deux tiers peuplé de… Lire la suite
IRAK

Écrit par :  Loulouwa AL RACHIDBrigitte DUMORTIERPhilippe RONDOTPierre ROSSI

Dans le chapitre "La révolution des 17 et 30 juillet 1968"  : …  Baas est résumée dans sa devise : « Unité-Socialisme-Liberté » et sa profession de foi : « Une seule nation arabe à la mission éternelle. » Tous ses principes sont contenus dans une constitution, à laquelle il est fait constamment référence, dont l'une des idées fondamentales est celle-ci : « Les Arabes forment une seule nation ; la patrie forme… Lire la suite
IRAK-IRAN (GUERRE)

Écrit par :  Philippe RONDOT

Dans le chapitre "Des causes multiples"  : …  guerre du Golfe. Pour l'Irak, et pour les États arabes qui vont lui prêter appuis et concours, il s'agit d'un combat aux confins de l'arabisme, en vue de sauvegarder les intérêts de celui-ci. Pour l'Iran, la guerre, ressentie comme défensive, est essentiellement islamique, dirigée contre le gouvernement de Bagdad tenu pour mécréant et laïc… Lire la suite
ISLAM (Histoire) - Le monde musulman contemporain

Écrit par :  Françoise AUBINOlivier CARRÉNathalie CLAYERUniversalisAndrée FEILLARDMarc GABORIEAUAltan GOKALPDenys LOMBARDRobert MANTRANAlexandre POPOVICCatherine POUJOLJean-Louis TRIAUD

Dans le chapitre "Nation(s) et nationalisme(s)"  : …  et en Palestine. Dans les autres pays – Syrie et Irak principalement –, l'inspiration prédominante était l'arabisme, tandis que la Tunisie suivait surtout une inspiration réformiste constitutionnaliste. Après les indépendances, les inspirations non islamiques se sont répandues dans tout le monde arabe et ont prédominé… Lire la suite
ISLAM (La civilisation islamique) - Islam et politique

Écrit par :  Louis GARDETOlivier ROY

Dans le chapitre " Islam et État"  : …  issus de la décolonisation n'avait guère à voir avec l'islam. Beaucoup de penseurs du nationalisme arabe, comme Michel Aflak, étaient par ailleurs des chrétiens. Par contraste avec ce modernisme, les monarchies traditionnelles (Maroc, Arabie Saoudite) et les émirats du Golfe fondaient leur légitimité sur une logique à la fois tribale et… Lire la suite
JORDANIE

Écrit par :  Philippe DROZ-VINCENTPhilippe RONDOT

Dans le chapitre "De crises en complots"  : …  Abdel Nasser, prenant la suite du général Neguib en avril 1954, apporte un nouvel élan au nationalisme arabe, avec un succès qui ne laisse pas indifférente l'opinion publique jordanienne. Cette situation oblige le souverain hachémite à pratiquer une politique d'équilibre qui se révèlera non exempte d'ambiguïté et de danger. Un jour donc, il s'… Lire la suite
KĀDHĀFI MU‘AMMĀR AL- (1942-2011)

Écrit par :  Nora LAFI

Benghazi, d'où il sort diplômé en 1966. Affecté dans le corps des ingénieurs avec le grade de lieutenant, il développe rapidement, dans le sillage du leader égyptien Nasser, une sensibilité politique nationaliste arabe. Il s'oppose à la tutelle américaine et britannique imposée sur la Libye après la Seconde Guerre mondiale, malgré l'… Lire la suite
KAWĀKIBI ‘ABD AL-RAḤMĀN AL- (1849-1903)

Écrit par :  Yves THORAVAL

Né à Alep, d'une célèbre famille musulmane syrienne, ‘Abd al-Raḥmān al-Kawākibi devient juriste et journaliste. Il dénonce la tyrannie ottomane, ce qui lui vaut la prison jusqu'en 1898. À cette date, il s'exile en Égypte puis entreprend un voyage auprès des Arabes habitant la Somalie, le Zanzibar et le Lire la suite
LIBAN

Écrit par :  Philippe DROZ-VINCENTElizabeth PICARDÉric VERDEIL

Dans le chapitre "La crise de 1958"  : …  La frustration devant les élections manipulées de juin 1957 et l'enthousiasme pour la nouvelle République arabe unie (février 1958), qui place la Syrie sous la houlette de Nasser, se conjuguent pour faire monter la tension. Bombes et assassinats précèdent de vastes manifestations de rue et, à partir de mai 1958,… Lire la suite
LIGUE ARABE ou LIGUE DES ÉTATS ARABES (L.E.A.)

Écrit par :  Universalis

Créée le 22 mars 1945 au Caire par l'Arabie Saoudite, l'Égypte, l'Irak, le Liban, la Syrie, le Yémen et la Transjordanie (l'actuelle Jordanie), la Ligue regroupe, depuis 1993, vingt-deux… Lire la suite
PALESTINIENNE AUTORITÉ

Écrit par :  Olivier CARRÉUniversalisAude SIGNOLES

Dans le chapitre "Le sentiment national palestinien avant 1914"  : …  alors la vaste communauté musulmane qu'Istanbul incarne depuis plusieurs siècles de manière prestigieuse. Certes, un nationalisme arabe – panarabisme – est latent, du fait de la langue arabe, mais il ne s'exprime vraiment qu'à la fin de la première décennie du xxe siècle. Or, au même moment, le mouvement du… Lire la suite
PANISLAMISME

Écrit par :  Robert SANTUCCI

Mot créé à la fin du xixe siècle pour exprimer l'idée d'une cohésion défensive de la communauté musulmane contre les ambitions des puissances européennes qui tendaient à dominer la quasi-totalité du monde musulman. Le panislamisme repose sur le sentiment d'appartenance à la Cité musulmane fondée par… Lire la suite
PROCHE ET MOYEN-ORIENT CONTEMPORAIN

Écrit par :  Nadine PICAUDOUAude SIGNOLES

Dans le chapitre " Les évolutions décalées de l'entre-deux-guerres"  : …  le courant nationaliste arabe prépare ses triomphes à venir. Héritier du premier arabisme politique, il connaît une double évolution. Tandis qu'il élargit ses bases sociales dans les couches nouvelles de la petite et moyenne bourgeoisie urbaine, il fait l'objet d'une théorisation plus achevée dans des cercles d'intellectuels syriens occidentalisés… Lire la suite
ROUGE MER

Écrit par :  Colette DUBOISUniversalisJean-Pierre PINOT

Dans le chapitre "Des liens culturels resserrés"  : …  Dans cette zone de contacts, les communautés juives, musulmanes, chrétiennes, animistes, voire hindouistes, avaient appris à vivre en harmonie jusqu'au moment où la montée du sionisme et du panarabisme a exacerbé les rapports… Lire la suite
SYRIE

Écrit par :  Fabrice BALANCHEJean-Pierre CALLOTPhilippe DROZ-VINCENTPhilippe RONDOTCharles SIFFERT

Dans le chapitre " Le régime des colonels"  : …  l'avènement d'une série de coups d'État. La conscience aiguë de leur appartenance à l'arabisme, le traumatisme subi à la suite de la guerre en Palestine et la rancœur des vaincus de 1948 ébranlent le régime. Mais cela ne suffit pas à entraîner le changement radical auquel aspirent les cadres de l'armée ; hypersensibilisés… Lire la suite

Afficher la liste complète (24 références)

  

Voir aussi

  

Accueil - Contact - Mentions légales
Consulter les articles d'Encyclopædia Universalis : 0-9 A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
Consulter le dictionnaire de l'Encyclopædia Universalis
© 2017, Encyclopædia Universalis France. Tous droits de propriété industrielle et intellectuelle réservés.