BATESON WILLIAM (1861-1926)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Zoologiste et généticien anglais. Lorsqu'en 1900 Bateson prend connaissance des lois de Mendel, il est biologiste à Cambridge et ses Materials for the Study of Variation Treated with Especial Regards to Discontinuity in the Origin of Species (1894) sont une thèse rigoureuse, mais révolutionnaire, sur les variations discontinues. À partir de 1900, il vérifie les lois mendéliennes, les répand et les défend en Grande-Bretagne (Mendel's Principles of Heredity, 1902) ; il montre leur application aux animaux et aux plantes ainsi qu'aux maladies humaines héréditaires. En 1905, il donne à cette nouvelle science de l'hérédité le nom de génétique.

Il occupe à l'université de Cambridge la première chaire consacrée à cette discipline en Grande-Bretagne (1908). Deux ans plus tard, il est nommé directeur de la John Innes Horticultural Institution à Merton, puis président de la British Association for Advancement of Science (1914). Il est l'un des fondateurs du Journal of Genetics (1910). Après The Methods and Scope of Genetics (1908), il publie Biological Facts and the Structure of Society (1912) et, l'année suivante, les célèbres Problems of Genetics.

—  Jacqueline BROSSOLLET

Écrit par :

Classification


Autres références

«  BATESON WILLIAM (1861-1926)  » est également traité dans :

CONSTRUCTION DE L'ORGANISME ET GÉNÉTIQUE

  • Écrit par 
  • Nicolas CHEVASSUS-au-LOUIS
  •  • 241 mots

C'est en étudiant l'étrange mouche mutante Antennapedia , qui porte des pattes à la place des antennes, qu'Edward Lewis du California Institute of Technology, eut l'intuition de l'existence de gènes indispensables au développement précoce de l'organisme : les gènes homéotiques, en référence au travail du Britannique William Bateson qui avait iden […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/construction-de-l-organisme-et-genetique/#i_10529

ÉVOLUTION

  • Écrit par 
  • Armand de RICQLÈS, 
  • Stéphane SCHMITT
  •  • 15 097 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « La « boîte noire » de l'ontogenèse »  : […] L'avènement de la biologie moléculaire a permis d'ouvrir la « boîte noire » de l'ontogenèse, par trop négligée par la théorie synthétique classique. Dès 1894, William Bateson avait décrit la curieuse anomalie d'une région du corps qui porte un organe normalement porté par une autre, par exemple dans le cas de la mutation du gène antennapedia ch […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/evolution/#i_10529

PLAN D'ORGANISATION DES VERTÉBRÉS

  • Écrit par 
  • Bertrand FAVIER
  •  • 5 774 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « La découverte de l'information de position chez les animaux  »  : […] En 1894, le biologiste britannique William Bateson décrit des variants naturels de certaines espèces, dans lesquels l'identité d'un élément de structure d'un organisme segmenté – un insecte comme une fleur – serait transformée en celle d'un autre élément. Il crée le terme homéose pour définir ce phénomène. Ce terme a été réutilisé ensuite pour dé […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/plan-d-organisation-des-vertebres/#i_10529

Pour citer l’article

Jacqueline BROSSOLLET, « BATESON WILLIAM - (1861-1926) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 15 février 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/william-bateson/