ZHUANGZI

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La pensée du « Zhuangzi »

Impossible de tirer du Zhuangzi un système ; la notion même de système serait un contresens. L'exposé des idées est rarement discursif ; il use de l'illustration concrète, souvent du mythe traité en procédé littéraire. Il y a aussi beaucoup d'éléments se rattachant à de vieilles croyances magico-religieuses, à des pratiques chamaniques, à des techniques psychophysiques favorisant la longue vie : qui dira s'il faut prendre à la lettre ces « superstitions », qui devaient prendre tant d'ampleur dans la « religion » taoïste du Moyen Âge, ou n'y voir dans le Zhuangzi qu'allégories poétiques ? L'ignorance où nous laisse le manque de toute exégèse ancienne ne porte pas seulement sur les allusions historiques ou mythiques, mais surtout sur les procédés d'association des idées, qui déroutent le lecteur moderne : il faut deviner, suppléer des maillons dans la chaîne du raisonnement, recourir à une intuition dont nous sommes mal armés. La notion centrale est celle du Dao, ce « chemin », cette Voie selon laquelle procèdent toutes choses, tous les « êtres » (wu) comme dit le Zhuangzi. Dans cet ouvrage, le Dao est élevé à la hauteur d'un absolu métaphysique, une manière de « Dieu » à la chinoise ; il est l'Un indifférencié, auquel se ramènent toutes les différenciations, les déterminations du monde empirique. Métaphysique centrée sur l'homme, comme le veut l'humanisme chinois : à l'homme de faire retour à l'Un absolu par-delà toute relativité, de conformer sa conduite à la spontanéité naturelle du Dao qui nous embrasse de toute part « sans qu'on le voie ».

La première section du Zhuangzi, « Libres Errances », s'ouvre par un hymne à la liberté du taoïste parcourant à sa guise l'univers, tel le Phénix mythique qui, pareil au chamane dans ses randonnées extatiques, s'élève dans le ciel infini d'où il survole le monde, alors que la cigale – ou la caille, ou la tourterelle, selon des variantes –, lorsqu'elles prennent leur essor, vont se cogner contre l'arbre voisin ou s'abattre parmi les herbes, images de l'homme médiocre qui n'a que « petit savoir » et s'at [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  ZHUANGZI [ TCHOUANG-TSEU ], Zhuang Zhou  » est également traité dans :

ZHUANGZI (TCHOUANG-TSEU) (Zhuang Zhou) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Pierre MARSONE
  •  • 1 122 mots

Le Zhuangzi est, après le Daode jing de Laozi, le classique le plus important du taoïsme. Son titre, « Maître Zhuang », rappelle que ce livre est attribué à Zhuang Zhou, philosophe taoïste du ive siècle avant J.-C., qui vécut au royaum […] Lire la suite

CHINOISE (CIVILISATION) - La littérature

  • Écrit par 
  • Paul DEMIÉVILLE, 
  • Jean-Pierre DIÉNY, 
  • Yves HERVOUET, 
  • François JULLIEN, 
  • Angel PINO, 
  • Isabelle RABUT
  •  • 45 739 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les philosophes »  : […] Il ne saurait être question ici d'exposer les doctrines proprement philosophiques de la fin des Zhou ; on n'en retiendra que les aspects littéraires. La plus ancienne des œuvres philosophiques de cette époque, qui nous soit parvenue, est celle de Mencius ( Mengzi, « maître Meng »), qui vécut dans la seconde moitié du iv e  siècle. Comme Confucius, comme Mozi, Mencius était originaire du pays de Lu […] Lire la suite

FORÊT DE BAMBOUS LES SEPT SAGES DE LA (ZHU LIN QI XIAN)

  • Écrit par 
  • Donald HOLZMAN
  •  • 1 454 mots

Dans le chapitre « Qui étaient-ils ? »  : […] Ces Sept Sages comptaient parmi eux le plus grand poète et le plus illustre philosophe de leur époque, et c'est sans doute la personnalité de ces deux hommes géniaux qui a donné le ton, sinon aux rencontres hypothétiques, du moins à l'image que l'histoire en a faite. La poésie de Ruan Ji (210-263) est une longue introspection sur l'impermanence de la vie et une recherche pathétique de valeurs con […] Lire la suite

HUI SHI [HOUEI CHE] ou HUIZI [HOUEI-TSEU] (env. 370-env. 310 av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Kristofer SCHIPPER
  •  • 746 mots

Dialecticien chinois, un des grands sophistes qui ont été rangés dans ce qu'on appelle l'« école des noms » (Mingjia), Hui Shi (ou Huizi), dont aucun ouvrage ne nous est parvenu, est l'auteur d'un système, important et original, qui est connu par son ami Zhuangzi, comme lui originaire du pays de Song (actuelle province du Henan) et son principal interlocuteur, son antagoniste, son meilleur ami. La […] Lire la suite

TAOÏSME

  • Écrit par 
  • Kristofer SCHIPPER
  •  • 8 930 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le Dao du « Vieux Maître » »  : […] S'il n'y a pas eu, dans l'Antiquité, une école taoïste à proprement parler, d'où proviennent alors les maximes et aphorismes qui composent le Daode jing  ? On ignore, à vrai dire, presque tout des origines de ce texte si célèbre, qui compte non seulement des centaines de commentaires en Chine même, mais est encore, depuis sa traduction en sanskrit en 661 apr. J.-C., le livre chinois le plus tradui […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Paul DEMIÉVILLE, « ZHUANGZI », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 13 septembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/zhuangzi/