FORÊT DE BAMBOUS LES SEPT SAGES DE LA (ZHU LIN QI XIAN)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les Chinois ont de tout temps groupé ensemble penseurs, poètes ou peintres parmi lesquels ils trouvaient certains traits communs. Tantôt ces groupes étaient composés de véritables cénacles d'amis, tantôt (un peu comme les Sept Sages de l'Antiquité grecque) ils n'étaient que des compagnons imaginaires, rassemblés par des historiens qui voyaient entre eux des similitudes dans leur pensée, leur art ou leur façon de vivre. Les Sept Sages de la Forêt de Bambous (en chinois Zhu lin qi xian) vécurent au milieu du iiie siècle de notre ère et sont peut-être le plus célèbre de ces groupes, mais il est difficile de savoir aujourd'hui s'ils formaient un véritable cénacle ou s'ils ont été réunis a posteriori par quelque historien entreprenant. Leur historicité en tant que groupe, qui semble avoir été mise en doute depuis une trentaine d'années seulement, est une question relativement secondaire. Ce qui est important, c'est qu'ils incarnent un certain mode de vie libre, affranchie des rites contraignants et des servitudes de la vie politique qui règlent si étroitement l'existence du lettré chinois.

Qui étaient-ils ?

Ces Sept Sages comptaient parmi eux le plus grand poète et le plus illustre philosophe de leur époque, et c'est sans doute la personnalité de ces deux hommes géniaux qui a donné le ton, sinon aux rencontres hypothétiques, du moins à l'image que l'histoire en a faite. La poésie de Ruan Ji (210-263) est une longue introspection sur l'impermanence de la vie et une recherche pathétique de valeurs constantes dans un monde qui en semble dépourvu. La philosophie de Xi Kang (223-262) est bien moins négative : tout en insistant sur la valeur relative de notre vie mondaine, elle préconise une vie supérieure, immortelle ou presque, qu'on peut atteindre en suivant les exercices spirituels et physiques de la religion taoïste. Aussi différentes que soient leurs conceptions philosophiques, ils se retrouvaient dans leur comportement non conformiste, dans leur opposition aux ritualistes et aux politiciens hypocrites. Les anecdotes montrant cet aspect de leur caractère sont très nombreuses et font ressortir ce qu'on peut appeler leur « grandeur » taoïste : leur indifférence aux mœurs reçues semble les élever à un niveau de « mœurs cosmiques » nietzschéennes, au-delà du bien et du mal des hommes ordinaires. Ruan Ji, déchaînant les foudres des moralistes de la cour, ignore totalement les règles très strictes qui auraient dû gouverner sa conduite pendant le deuil de sa mère. Mais ceux qui le connaissent savent que son deuil est un deuil d'homme « au-delà des limites » (Zhuangzi) et que sa douleur est si profonde qu'il a failli en mourir. Il recevait les hommes vulgaires en roulant les yeux de telle façon que l'on ne voyait que le blanc, mais quand, pendant cette période de deuil, Xi Kang lui rendit visite avec sa cithare sous un bras et une jarre de bon vin sous l'autre (la musique et le vin étant proscrits par les rites en temps de deuil), Ruan Ji se noua d'amitié avec lui. Si la tradition selon laquelle le commentaire du Zhuangzi attribué à Guo Xiang (mort en 312) est en fait un plagiat basé sur l'œuvre de Xiang Xiu, celui-ci serait la troisième figure géniale parmi les Sages. Il était surtout lié avec Xi Kang et se disputa avec lui dans des essais célèbres, leurs points de vue philosophiques étant on ne pourrait plus différents. Mais la philosophie de Xiang Xiu, si elle est, au fond, tout à fait compatible avec le confucianisme bien pensant qui déplaisait tant à Xi Kang et à Ruan Ji, s'inspire tout de même de Zhuangzi et préconise un genre d'évasion mystique où le bon fonctionnaire rangé arrive à dépasser les limites de sa vie quotidienne pour errer dans le cosmos comme un héros taoïste. Shan Tao (205-283), le doyen des Sages, et Wang Rong (234-305), le cadet, se sont distingués comme hommes d'État : le premier, d'origine humble, s'est acquitté de ses fonctions d'une façon irréprochable pendant toute sa longue vie ; le second, d'une famille aristocratique qui allait se maintenir au premier rang de la vie politique chinoise pendant un demi-millénaire, s'est laissé aller avec le temps, s'occupant de ses biens et négligeant la fonction publique. Les deux derniers Sages sont connus surtout comme libertins : Ruan Xian, neveu de Ruan Ji, était un musicien merveilleux qui passe pour avoir inventé une espèce de banjo qui porte son nom. Comme son oncle, il se moquait des rites et s'adonnait à la boisson. De Liu [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par :

  • : ancien directeur d'études à l'École des hautes études en sciences sociales

Classification

Autres références

«  FORÊT DE BAMBOUS LES SEPT SAGES DE LA (ZHU LIN QI XIAN)  » est également traité dans :

CHINOISE (CIVILISATION) - La littérature

  • Écrit par 
  • Paul DEMIÉVILLE, 
  • Jean-Pierre DIÉNY, 
  • Yves HERVOUET, 
  • François JULLIEN, 
  • Angel PINO, 
  • Isabelle RABUT
  •  • 45 739 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le bouddhisme et le taoïsme »  : […] S'il y a des traces d'influence bouddhique chez Tao Qian, on n'en relève pas encore chez les grands écrivains du iii e siècle. Les Sept Sages de la forêt de bambous semblent tout ignorer de cette religion qui avait été importée de l'Inde au 1 er siècle de notre ère, mais était restée cantonnée dans des cercles étroits de Chinois convertis. Ce n'est qu'au cours du iv e siècle qu'après une longue […] Lire la suite

TAOÏSME

  • Écrit par 
  • Kristofer SCHIPPER
  •  • 8 930 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'influence du taoïsme »  : […] En réalité, bien que le taoïsme ait été frappé d'ostracisme par les lettrés bureaucrates, les magiciens taoïstes, maîtres à recettes ( fangshi ) et spécialistes de toutes sortes de techniques n'étaient pas rares à la cour des empereurs Han. De même que les empereurs dépendaient de leurs ministres confucéens pour la politique, ils cherchaient à obtenir des taoïstes l'accroissement de vitalités (les […] Lire la suite

XUANXUE [HIUAN-HIUE]

  • Écrit par 
  • Kristofer SCHIPPER
  •  • 960 mots

Courant philosophique qui apparut en Chine vers la fin de l'Empire des Han ( ii e  s.), le Xuanxue réagit contre la scolastique confucianiste qui était jusque-là la doctrine officielle. En cherchant à retrouver l'enseignement pur et fondamental des grands penseurs de l'Antiquité, ainsi qu'à répondre aux problèmes posés par l'existence dans cette période troublée, les grands esprits du temps se tou […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Donald HOLZMAN, « FORÊT DE BAMBOUS LES SEPT SAGES DE LA (ZHU LIN QI XIAN) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 28 novembre 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/les-sept-sages-de-la-foret-de-bambous/