ZHUANGZI

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le texte et l'exégèse du « Zhuangzi »

À l'époque du Zhuangzi, la notion d'auteur personnel d'œuvres littéraires ne s'était pas encore dégagée et le Zhuangzi n'est qu'une indigesta moles de rédaction anonyme, encore que le style porte en maints endroits la marque d'un écrivain de génie. C'est la somme scripturaire d'une école, compilée par des disciples immédiats, puis par leurs épigones au cours d'un siècle ou un peu plus : d'où de fortes disparités, de pensée et de style, qui ne facilitent pas la compréhension.

Pendant environ cinq siècles, du iie siècle avant J.-C. au iiie de notre ère, le Zhuangzi subit une éclipse qui en brisa la tradition exégétique et même, dans une large mesure, la transmission textuelle. Cette fâcheuse coupure s'explique par l'histoire générale. La doctrine libertaire du Zhuangzi, sa philosophie d'outre-monde, sa morale frondeuse qui allait contre toute autorité étatique avaient pu s'épanouir dans le désordre et le démembrement féodal de la Chine à l'époque des Royaumes combattants. Avec l'impérialisation des Qin (221-206 av. J.-C.) et des Han (206 av. - 220 apr. J.-C.) et l'instauration d'un État unifié et centralisé qui nécessitait un appareil administratif et militaire solidement structuré, l'idéologie ne put être que d'ordre essentiellement pragmatique (ou religieux), à la manière de l'impérialisme romain, et la philosophie taoïste se vit mettre entre parenthèses, au bénéfice du « légalisme » et du confucianisme. Mais, en Chine, le libertarisme a toujours conservé sa vitalité aussi bien que l'étatisme : ce sont les deux pôles du génie national ; et, lorsque, après la chute des Han, avec les invasions barbares, l'Empire retomba dans le désordre et se reféodalisa, les élites lettrées cherchèrent l'évasion dans les enseignements métaphysiques et mythiques du taoïsme. On assista alors à une véritable résurrection du Zhuangzi.

C'est au cours du iiie siècle de notre ère qu'apparurent les premiers commentaires du Zhuangzi, dont nous est parvenu celui de Guo Xiang, mort v [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  ZHUANGZI [ TCHOUANG-TSEU ], Zhuang Zhou  » est également traité dans :

ZHUANGZI (TCHOUANG-TSEU) (Zhuang Zhou) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Pierre MARSONE
  •  • 1 122 mots

Le Zhuangzi est, après le Daode jing de Laozi, le classique le plus important du taoïsme. Son titre, « Maître Zhuang », rappelle que ce livre est attribué à Zhuang Zhou, philosophe taoïste du ive siècle avant J.-C., qui vécut au royaum […] Lire la suite

CHINOISE (CIVILISATION) - La littérature

  • Écrit par 
  • Paul DEMIÉVILLE, 
  • Jean-Pierre DIÉNY, 
  • Yves HERVOUET, 
  • François JULLIEN, 
  • Angel PINO, 
  • Isabelle RABUT
  •  • 45 738 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les philosophes »  : […] Il ne saurait être question ici d'exposer les doctrines proprement philosophiques de la fin des Zhou ; on n'en retiendra que les aspects littéraires. La plus ancienne des œuvres philosophiques de cette époque, qui nous soit parvenue, est celle de Mencius ( Mengzi, « maître Meng »), qui vécut dans la seconde moitié du iv e  siècle. Comme Confucius, comme Mozi, Mencius était originaire du pays de Lu […] Lire la suite

FORÊT DE BAMBOUS LES SEPT SAGES DE LA (ZHU LIN QI XIAN)

  • Écrit par 
  • Donald HOLZMAN
  •  • 1 454 mots

Dans le chapitre « Qui étaient-ils ? »  : […] Ces Sept Sages comptaient parmi eux le plus grand poète et le plus illustre philosophe de leur époque, et c'est sans doute la personnalité de ces deux hommes géniaux qui a donné le ton, sinon aux rencontres hypothétiques, du moins à l'image que l'histoire en a faite. La poésie de Ruan Ji (210-263) est une longue introspection sur l'impermanence de la vie et une recherche pathétique de valeurs con […] Lire la suite

HUI SHI [HOUEI CHE] ou HUIZI [HOUEI-TSEU] (env. 370-env. 310 av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Kristofer SCHIPPER
  •  • 746 mots

Dialecticien chinois, un des grands sophistes qui ont été rangés dans ce qu'on appelle l'« école des noms » (Mingjia), Hui Shi (ou Huizi), dont aucun ouvrage ne nous est parvenu, est l'auteur d'un système, important et original, qui est connu par son ami Zhuangzi, comme lui originaire du pays de Song (actuelle province du Henan) et son principal interlocuteur, son antagoniste, son meilleur ami. La […] Lire la suite

TAOÏSME

  • Écrit par 
  • Kristofer SCHIPPER
  •  • 8 929 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le Dao du « Vieux Maître » »  : […] S'il n'y a pas eu, dans l'Antiquité, une école taoïste à proprement parler, d'où proviennent alors les maximes et aphorismes qui composent le Daode jing  ? On ignore, à vrai dire, presque tout des origines de ce texte si célèbre, qui compte non seulement des centaines de commentaires en Chine même, mais est encore, depuis sa traduction en sanskrit en 661 apr. J.-C., le livre chinois le plus tradui […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Paul DEMIÉVILLE, « ZHUANGZI », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 03 juin 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/zhuangzi/