ZHU XI [TCHOU HI] (1130-1200)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Moins une carrière qu'une vie studieuse

Né à Youqi dans le Fujian, fils d'un fonctionnaire provincial bon lettré, fort bien éduqué après la mort de son père par trois amis de celui-ci eux-mêmes très cultivés, Zhu Xi, remarquablement intelligent, réussit dès dix-neuf ans au concours triennal. Il va dès lors poursuivre dans la fonction publique une carrière qu'il se refusera toujours à pousser au-delà des postes de second ordre auxquels il sera successivement affecté, déclinant plusieurs fois des invitations à prendre à la capitale de plus hautes responsabilités. Aussi bien, il se consacre plus à l'étude qu'aux affaires administratives, non sans se risquer néanmoins à adresser occasionnellement à l'empereur des pétitions relativement audacieuses, et même, dans l'une d'elles, en 1163, à prendre position pour la guerre de reconquête du nord du pays, contre la politique de compromis avec les envahisseurs barbares pratiquée par le Premier ministre Tang Situi. D'abord séduit par le bouddhisme, que prisaient fort ses premiers tuteurs, ce n'est qu'à vingt-quatre ans qu'il est initié au néo-confucianisme par Li Dong, un héritier indirect de l'enseignement de Cheng Yi. Par la suite, il va se consacrer entièrement à propager à son tour une doctrine qu'il contribuera plus qu'aucun de ses prédécesseurs à fortifier par la vigueur de sa réflexion et à nourrir de son immense érudition ; ce qui lui vaudra, partout où il passera, de si nombreux disciples que le pouvoir finira par en prendre ombrage. Accusé de subversion, il est privé de tous ses titres et démis de sa charge en 1196. Il obtient cependant un décret de mise à la retraite régulière en raison de son grand âge en 1200, juste avant de mourir de la dysenterie. Mais son renom, qui continue de croître, fait bientôt plus qu'effacer la disgrâce de ses dernières années : en 1227, Zhu Xi est anobli à titre posthume, et, en 1241, sa tablette funéraire est introduite dans le temps de Confucius.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  ZHU XI [ TCHOU HI ] (1130-1200)  » est également traité dans :

CONFUCIUS & CONFUCIANISME

  • Écrit par 
  • ETIEMBLE
  •  • 14 466 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Formation de la doctrine »  : […] P. Demiéville a signalé que Han Yu lui-même, qui condamne sans nuance ni réserve le bouddhisme, n'aurait probablement point écrit comme il fit en faveur de la « voie » confucéenne si une littérature bouddhiste en langue vulgaire (d'où sortiront le théâtre et le roman chinois) n'avait profondément agi sur les lettres traditionnelles. De la même façon, Zhu Xi ne condamnera le bouddhisme que pour mie […] Lire la suite

DAI ZHEN [TAI TCHEN] (1724-1777)

  • Écrit par 
  • Paul DEMIÉVILLE
  •  • 497 mots

Une des plus fortes têtes du xviii e  siècle chinois qui en compta tant, Dai Zhen, alias Dai Dongyuan, participa au grand mouvement de réforme du confucianisme qui s'attaquait au « néo-confucianisme » de l'école de Zhu Xi, devenu orthodoxie officielle depuis plusieurs siècles. Ses adversaires l'accusaient d'être entaché d'un transcendantalisme emprunté au taoïsme et, surtout, au bouddhisme indien, […] Lire la suite

LU JIUYUAN [LOU KIEOU-YUAN] (1139-1193)

  • Écrit par 
  • Kristofer SCHIPPER
  •  • 371 mots

Penseur confucéen, plus connu sous le nom de Lu Xiangshan. Contemporain de Zhu Xi, Lu Jiuyuan est aussi le principal antagoniste de ce dernier, auquel il reproche son rationalisme dogmatique. L'orientation intellectualiste que prend la philosophie néo-confucianiste avec Cheng Yi lui répugne profondément. Lu préfère le frère aîné Cheng Hao et son approche idéaliste. Il rejette toute discussion comp […] Lire la suite

WANG YANGMING (1479-1529)

  • Écrit par 
  • Léon VANDERMEERSCH
  •  • 1 510 mots

Dans le chapitre « La philosophie de la conscience »  : […] La révélation qui a touché Wang Yangming en 1508, c'est que le saint doit tirer le vrai savoir de lui-même, et non le quérir dans le monde extérieur. Les contrariétés de la fortune ont manifesté que la vertu de lumière, pour reprendre les termes de l'antique Grande Étude ( Daxue ), seule capable d'éclairer la Voie, se trouve tout entière dans la « conscience » ( xin, littéralement le cœur) et qu' […] Lire la suite

Pour citer l’article

Léon VANDERMEERSCH, « ZHU XI [TCHOU HI] (1130-1200) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 juin 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/zhu-xi-tchou-hi/