WANG YANGMING (1479-1529)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Wang Yangming, le plus grand des penseurs de l'époque Ming, a donné tout son développement à une variante du néo-confucianisme proposée d'abord par Lu Jiuyuan (alias Lu Xiangshan, 1139-1193) et connue sous le nom de « philosophie de la conscience » (xinxue). Sa doctrine est caractérisée par l'intériorisation de la « raison [des choses] » (li) que Zhu Xi avait identifiée à l'Être absolu. Aussi a-t-elle souvent été présentée comme un exemple chinois d'idéalisme ; cependant, la réflexion dont elle part reste tout à fait étrangère à la critique de la connaissance et demeure réflexion sur l'action, dans le droit fil de la tradition confucianiste. De tous les philosophes chinois, Wang Yangming est même celui dont la pensée est le plus étroitement tributaire des expériences de la vie, d'une vie marquée pour lui de toutes les vicissitudes associées à l'activité politique.

Méditation et action

Wang Shouren, plus connu sous le nom de Wang Yangming, une de ses appellations, naquit dans une famille de la haute aristocratie mandarinale du Zhejiang. Son père, reçu premier au concours triennal, fut grand secrétaire du département de la Fonction publique. Lui-même fit preuve d'une rare précocité dans la composition littéraire, tout en affirmant très tôt sa résolution de rechercher avant tout la sainteté. À dix-sept ans, le jour de son mariage, il se rend au temple taoïste le plus proche, y voit un moine en méditation et se met à méditer avec lui en oubliant de rentrer se marier. À vingt et un ans, au cours d'un séjour dans la capitale, il imagine avec un ami de faire l'épreuve de la philosophie de Zhu Xi, qu'il vient de découvrir, en s'efforçant de pénétrer le li (raison d'être) des bambous de son jardin par le seul moyen d'une observation fixe des plantes poursuivie sans relâche des jours durant. N'ayant réussi qu'à se rendre malade, il va désormais se rabattre, déçu, sur les études académiques, non sans revenir épisodiquement au néo-confucianisme, s'instruire accessoirement de l'art de la guerre et se p [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  WANG YANGMING (1479-1529)  » est également traité dans :

CONFUCIUS & CONFUCIANISME

  • Écrit par 
  • ETIEMBLE
  •  • 14 466 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Formation de la doctrine »  : […] pères fondateurs, et si peu orthodoxe qu'elle aboutira tout naturellement à l'attitude de Wang Shouren (1472-1529), plus connu sous le nom que lui donnèrent ses étudiants, Wang Yangming. À force de persévérer dans la direction suggérée par Zhu Xi (on prétend que sept jours et sept nuits durant il s'efforça de scruter le li du […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/confucius-et-confucianisme/#i_35548

LI ZHI [LI TCHE] (1527-1602)

  • Écrit par 
  • Jacques GERNET
  •  • 826 mots

Philosophe et critique littéraire chinois, originaire des environs du grand port de Quanzhou au Fujian. Célèbre pour son indépendance d'esprit, ses attaques contre la morale et contre les conceptions régnantes, Li Zhi se rattache aux penseurs de l'école de Taizhou fondée par l'ancien saunier […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/li-zhi-li-tche/#i_35548

Voir aussi

Pour citer l’article

Léon VANDERMEERSCH, « WANG YANGMING (1479-1529) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 novembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/wang-yangming-1479-1529/