DAI ZHEN [TAI TCHEN] (1724-1777)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Une des plus fortes têtes du xviiie siècle chinois qui en compta tant, Dai Zhen, alias Dai Dongyuan, participa au grand mouvement de réforme du confucianisme qui s'attaquait au « néo-confucianisme » de l'école de Zhu Xi, devenu orthodoxie officielle depuis plusieurs siècles. Ses adversaires l'accusaient d'être entaché d'un transcendantalisme emprunté au taoïsme et, surtout, au bouddhisme indien, et contraire à l'immanentisme profond de la pensée chinoise. Il avait reçu dans sa jeunesse les leçons d'un lettré de sa province, versé dans les sciences européennes que les missionnaires jésuites avaient introduites en Chine, et ses premières œuvres portent sur les mathématiques ; on lui doit une résurrection de la littérature mathématique ancienne de la Chine, laissée en désuétude par la scolastique néo-confucianiste. Son attention se porta ensuite sur les disciplines philologiques : paléographie, phonologie et sémantique historiques, qu'il estimait indispensables pour retrouver le sens authentique des textes antiques, des « classiques » confucéens qu'il vénérait comme une bible canonique. Mais la philologie, où il brilla entre tous ses contemporains, n'était pour lui qu'un moyen d'accéder à la philosophie. Son chef-d'œuvre est une Exégèse de termes techniques du Mencius (Mengzi ziyi shuzheng, 1769-1777) ; la vérité, disait-il, s'exprime par des mots, d'où la nécessité de recourir à la philologie pour retrouver la Voie, le dao des anciens, non adultéré par les interprétations médiévales (et néo-confucianistes). Dans un autre de ses traités, Vers le principe du bien (Yuanshan, 1776), il expose les conceptions éthiques qui découlaient de ses théories : la discussion porte surtout autour des rapports entre le li, l'ordre rationnel, le nomos qui préside au cosmos, et le qi, le pneuma, l'énergie matérielle par laquelle le li se manifeste sur le plan physique. Le Moyen Âge, sous l'influence du bouddhisme, et l'école de Zhu Xi, en dépit de ses prétentions d' [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  DAI ZHEN [ TAI TCHEN ] (1724-1777)  » est également traité dans :

CHINOISE (CIVILISATION) - La littérature

  • Écrit par 
  • Paul DEMIÉVILLE, 
  • Jean-Pierre DIÉNY, 
  • Yves HERVOUET, 
  • François JULLIEN, 
  • Angel PINO, 
  • Isabelle RABUT
  •  • 45 737 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La réaction contre le néo-confucianisme et la critique philologique »  : […] Vers le début du xvii e siècle, une réaction avait commencé à se dessiner contre le néo-confucianisme des Song et des Ming, que des esprits vigoureux comme Gu Yanwu (1613-1682) rendaient responsable de la décadence des Ming et de la conquête de la Chine par les Mandchous. Gu Yanwu se proposa de rendre au confucianisme le sens des réalités. Il pré […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chinoise-civilisation-la-litterature/#i_19250

CONFUCIUS & CONFUCIANISME

  • Écrit par 
  • ETIEMBLE
  •  • 14 466 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Une nouvelle orthodoxie et ses critiques »  : […] À la mort de Maître Wang, l'empereur interdit d'enseigner cette doctrine qu'il estimait subversive ; cinquante ans plus tard, les tablettes des deux hérétiques Zhu Xi et Wang Yangming étaient religieusement déposées au temple de Confucius. L'interprétation qu'ils suggéraient du vieux maître deviendra, jusqu'en 1911 et la suppression des examens, le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/confucius-et-confucianisme/#i_19250

Pour citer l’article

Paul DEMIÉVILLE, « DAI ZHEN [TAI TCHEN] (1724-1777) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 janvier 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/dai-zhen-tai-tchen/