YEN

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Une sortie de crise fragile

La crise asiatique de 1997 a marqué un tournant et plusieurs initiatives régionales ont vu le jour, souvent à l’initiative du Japon, afin de réduire la vulnérabilité de la zone aux chocs externes, et parmi elles l’initiative de Chiang Mai en 2000, qui établit un fonds régional de réserves de change permettant de lutter contre la spéculation sur le change ou encore le lancement d’une série d’accords de libre-échange entre pays asiatiques.

De 2002 à 2007, le Japon a renoué avec la croissance et connu la période d'expansion la plus longue depuis la Seconde Guerre mondiale.

Cette expansion est essentiellement due à la bonne santé du commerce extérieur, favorisée par la dépréciation du yen et par l’intégration grandissante du marché asiatique.

Depuis le début des années 2000, le Japon a fortement accru son intégration avec l’Asie, région en forte croissance (8 p. 100 par an en moyenne). La part de l’Asie dans les exportations japonaises est passée de 41 p. 100 en 2000 à 55 p. 100 en 2012, sa part dans le stock d’IDE (investissements directs à l’étranger) japonais passant quant à elle de 18 p. 100 à 27 p. 100.

De 2000 à 2007, la dépréciation effective réelle du yen aura atteint près de 40 p. 100, ce qui a favorisé la relance des exportations et contribué à soutenir l'activité. La politique de change consiste clairement à résister à l’appréciation du yen. Cela se traduit par le maintien de taux d’intérêt plus faibles qu’en Europe ou aux États-Unis et par des interventions massives sur le marché des changes. Un record d’interventions dans le sens de la dépréciation du yen intervient entre janvier 2003 et avril 2004 (128 interventions, soit plus d’un jour sur quatre). Ces interventions vont totalement s’interrompre ensuite pendant six ans, jusqu’en septembre 2010.

Alors qu’en mars 2002, le ratio « réel » de capital des banques atteint seulement 1,36 p. 100, malgré les injections de fonds publics, le plan Takenaka, lancé en octobre 2002, renforce la gouvernance et la supervision des banques, accélère le nettoyage des bilans et conduit à la nationalisation de la banque Resona, une des plus grandes banques japonaises. Ce durcissement de la politique de régulation bancaire permet de sortir de la crise bancaire à partir de 2005.

La politique monétaire traditionnelle ayant perdu toute marge de manœuvre dans un contexte de taux d’intérêt proches du plancher zéro, une politique inédite d'augmentation des liquidités à la disposition des banques est mise en place en mars 2001, dans l'espoir de voir ces dernières offrir des crédits à l'économie et de sortir de la trappe monétaire où les encaisses sont systématiquement englouties (Baba et al., 2005). Cette politique monétaire « non conventionnelle » consiste à favoriser la croissance rapide de la base monétaire (quantitative easing policy), mais également à élargir le champ des actifs éligibles au refinancement (qualitative easing policy). Elle est amplifiée en mars 2003, en soutien du plan Takenaka. La déflation semble s'achever avec la réapparition d'une timide hausse des prix au printemps de 2006, après huit années consécutives de baisse. La Banque du Japon abandonne la politique d'aisance de la liquidité (politique de taux zéro).

La crise des subprimes aux États-Unis en 2007 va mettre fin à la période d’expansion japonaise. Bien que les banques japonaises aient été, a priori, peu exposées aux emprunts toxiques, ce qui a permis à l’économie d’échapper à la crise financière, le Japon a souffert des répercussions de la crise mondiale. L’économie est entrée en récession fin 2008 en raison de l’effondrement des exportations, en lien avec la chute de la demande mondiale, dans un contexte de remontée brutale du yen. Jouant le rôle de valeur refuge, le yen s’est apprécié de 30 p. 100 en termes réels entre juin 2007 et mars 2009, les exportations baissant de 25 p. 100 sur la période, la production industrielle de 35 p. 100, tandis que le Nikkei perdait plus de la moitié de sa valeur.

Plus de vingt ans après l'éclatement de la bulle des prix des actifs, le Japon reste prisonnier de la déflation : les prix continuent de baisser malgré la politique monétaire accommodante, alors que le ratio de dette publique n'a cessé d'augmenter pour dépasser aujourd'hui 200 p. 100 du PIB. L'instabilité politique du pays, qui a vu se succéder cinq Premiers ministres entre 2008 et 2012, a rendu difficile la mise en œuvre d’une stratégie cohé [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 12 pages

Écrit par :

  • : docteure en sciences économiques, professeure des Universités en sciences économiques
  • : professeur de sciences économiques à l'université de Bordeaux-IV-Montesquieu, directeur du Groupe de recherche en analyse et politique économiques, unité mixte du C.N.R.S. 5113

Classification

Autres références

«  YEN  » est également traité dans :

DOLLAR

  • Écrit par 
  • Dominique LACOUE-LABARTHE
  •  • 11 211 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La volatilité du dollar »  : […] Au début de la phase de flottement des monnaies, de 1973 à 1975, le dollar connaît deux chutes prononcées suivies de remontées à peu près équivalentes. De 1976 à 1978, la chute du dollar est générale contre toutes les monnaies, de 13 à 45 p. 100 respectivement vis-à-vis du franc et du yen. La dépréciation se justifie face à la concurrence de l'Allemagne et du Japon, mais elle est insuffisante pour […] Lire la suite

ÉCONOMIE MONDIALE - 2008 : de la crise financière à la crise économique

  • Écrit par 
  • Nicolas SAGNES
  •  • 3 178 mots

Dans le chapitre « Volatilité des marchés monétaire et boursier »  : […] Il n'est pas surprenant que, dans un tel contexte, les taux de change aient été particulièrement volatils. Le taux de change euro-dollar s'est fortement apprécié, de 1,46 en début d'année pour culminer à environ 1,60 au printemps et à l'été, avant de redescendre aux alentours de 1,40 en fin d'année. La forte dépréciation observée s'expliquait par une dégradation de la situation économique en zone […] Lire la suite

ÉCONOMIE MONDIALE - 2007 : zone de turbulences

  • Écrit par 
  • Nicolas SAGNES
  •  • 3 034 mots

Dans le chapitre « Le ballet des changes  »  : […] Sur le front des taux de change, l'année 2007 aura été marquée par le repli des stratégies dites de carry trade et la forte dépréciation de la devise américaine. Une stratégie dite de carry trade consiste à s'endetter dans une devise à faible taux d'intérêt (le yen par exemple) et à placer les fonds empruntés dans une autre devise à taux d'intérêt plus élevé (comme le dollar américain, la couro […] Lire la suite

ÉCONOMIE MONDIALE - 1999 : la fin des turbulences ?

  • Écrit par 
  • Jacques ADDA
  •  • 3 423 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Sortie de crise accélérée dans l'Asie émergente »  : […] La crise asiatique avait surpris la plupart des observateurs en 1997 par sa soudaineté et sa gravité. La sortie de crise de la plupart des pays d'Extrême-Orient en 1999 n'est pas moins étonnante. Dans les économies de marché de la région, à l'exception du Japon, la croissance a rebondi à près de 4 p. 100 en moyenne en 1999 après un recul de — 6,5 p. 100 en 1998. Elle atteindrait 9 p. 100 en Corée […] Lire la suite

ÉCONOMIE MONDIALE - 1996 : sur la voie de la convergence

  • Écrit par 
  • Tristan DOELNITZ
  •  • 7 696 mots

Dans le chapitre « Asie : les champions s'essoufflent »  : […] Après trois années de croissance lente et hésitante, la reprise économique amorcée au Japon au cours du second semestre de 1995 s'est nettement affirmée au début de 1996. Le principal facteur en a été le plan de relance de 14 220 milliards de yen annoncé par le gouvernement en septembre 1995. Il s'y est ajouté un redémarrage de l'investissement fixe des grandes entreprises ainsi qu'une forte augm […] Lire la suite

ÉCONOMIE MONDIALE - 1995 : vers une redistribution des ressources mondiales

  • Écrit par 
  • Tristan DOELNITZ
  •  • 6 188 mots

Dans le chapitre « La maîtrise de l'inflation »  : […] Les principales analyses de l'économie mondiale en 1995 font à peine mention de la politique monétaire. L'inflation, en effet, est généralement maîtrisée dans les pays industrialisés, et la baisse des taux d'intérêt est intervenue en fonction de deux paramètres : d'une part, le succès de la politique budgétaire et, d'autre part, le maintien de l'activité à distance raisonnable des risques de surch […] Lire la suite

ÉCONOMIE MONDIALE - 1990 : de l'euphorie à la crainte

  • Écrit par 
  • Régis PARANQUE
  •  • 14 988 mots

Dans le chapitre « L'anémie des grandes monnaies »  : […] La stabilisation des relations monétaires internationales s'est poursuivie en 1990. Certes, elle a fait montre également de sa fragilité et de ses faiblesses persistantes ; mais, grâce à la concertation entre banques centrales et entre gouvernements des principales puissances monétaires, ces dernières ont pu conserver une relative maîtrise du système, qui ne s'est pas démentie sous l'effet de la […] Lire la suite

JAPON (Le territoire et les hommes) - L'économie

  • Écrit par 
  • Evelyne DOURILLE-FEER
  •  • 10 723 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Une succession de chocs internes »  : […] Alors qu'une reprise est attendue en 1995 après l’absorption partielle de la forte contraction des actifs boursiers et immobiliers, le tremblement de terre qui touche Kōbe stoppe cet élan et se répercute sur la production et la consommation des ménages, effet qui est prolongé par l'émotion suscitée quelques mois plus tard par l'attentat terroriste au gaz sarin perpétré par la secte Aum Shinri-Kyo […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

1er-4 janvier 1999 Union européenne. Succès du lancement de l'euro

Le 4, au lendemain d'un week-end consacré aux opérations de bascule et de conversion dans les banques, l'euro s'apprécie par rapport au dollar et au yen lors de son premier jour de cotation. L'introduction de la monnaie européenne est saluée par de fortes hausses des Bourses européennes, qui enregistrent d'importants volumes de transactions.  […] Lire la suite

4-26 août 1998 Crise financière asiatique. Extension de la crise financière

Le yen continue à perdre de la valeur face au dollar. Le 7 également, la dévaluation de 7 p. 100 du dong vietnamien relance la crainte d'une dévaluation du yuan chinois qui poursuit sa dépréciation, entraîné par la chute du yen. Le 11, devant l'aggravation de la crise asiatique, les places financières connaissent un « mardi noir ». Le 17, le gouvernement russe annonce une dévaluation de facto du rouble. […] Lire la suite

12-24 juin 1998 Japon. Entrée en récession et chute du yen

L'absence d'annonce de mesures gouvernementales concrètes conduit à une rechute du cours du yen à partir du 24.  […] Lire la suite

24 avril 1998 Japon. Adoption d'un plan de relance sans précédent

Jusqu'alors privilégié, l'assainissement des comptes publics cède la place à des dépenses nouvelles (12 000 milliards de yen), notamment pour des grands travaux (7 700 milliards) auxquelles s'ajoutent des réductions d'impôts (à hauteur de 4 600 milliards). Les experts restent sceptiques sur la capacité de ce plan à relancer la consommation intérieure. […] Lire la suite

3-28 novembre 1997 Crise financière asiatique. Le Japon et la Corée du Sud frappés à leur tour par la crise financière

Il met en garde Tōkyō contre la tentation de laisser chuter le yen, ce qui aggraverait le déficit commercial des États-Unis vis-à-vis du Japon. Le président américain somme les autorités japonaises d'adopter des mesures urgentes de « revitalisation de l'économie » en vue de mettre un terme à la crise financière asiatique.  […] Lire la suite

Pour citer l’article

Sophie BRANA, Dominique LACOUE-LABARTHE, « YEN », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 août 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/yen/