YEN

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le yen, monnaie de réserve

Bien que le Japon ait été la deuxième économie mondiale en termes de PIB (jusqu’en 2010), sa monnaie ne joue qu'un rôle secondaire dans le système monétaire international.

Durant la période de forte expansion de l’économie japonaise, du milieu des années 1970 à la fin des années 1980, le yen a pourtant connu une phase d’internationalisation. Les autorités japonaises étaient plutôt réticentes à celle-ci, par crainte que les flux de capitaux internationaux déstabilisent le marché des changes et l’économie, et rendent inefficace la politique monétaire. Sous la pression américaine, elles acceptent cependant en novembre 1983 de favoriser l’internationalisation de leur monnaie et la libéralisation des marchés de capitaux.

La part du yen dans les réserves de change et dans les règlements commerciaux va ensuite augmenter significativement, tirée par la forte croissance de l’économie japonaise, par la taille de son secteur exportateur, ainsi que par la forte appréciation du yen qui incite à sa détention en tant que réserve de valeur.

La dimension internationale du yen reste pourtant faible en comparaison des monnaies des autres pays industrialisés. Cette situation paradoxale s'explique d'abord par la structure des échanges de l’économie japonaise : les États-Unis sont le principal partenaire commercial du Japon et ils n'utilisent pas d'autre monnaie que le dollar ; les matières premières et l’énergie, traditionnellement facturées en dollars, représentent plus de la moitié des importations ; des raisons culturelles et politiques jouent aussi leur rôle. Le dollar d'argent dit mexicain a été la monnaie de référence en Asie tout au long du xixe siècle, et il n'est guère surprenant de voir le dollar reprendre ce rôle après 1945. Au cours des années 1980, l’essentiel des échanges commerciaux du Japon s’effectue en dehors de la zone Asie avec des pays développés, ce qui a limité les perspectives d’intégration régionale et les possibilités d’expansion du yen. Aujourd’hui encore, les fluctuations des monnaies d'Asie sont davantage corrélées aux fluctuations du dollar qu’à celles du yen. Il n'y a pas de bloc ou de zone yen et la monnaie japonaise n’a jamais atteint le statut de monnaie véhiculaire internationale.

Après l’avoir subie, les autorités monétaires ont pourtant souhaité, à partir de 1998 promouvoir l’utilisation internationale du yen. Les motivations étaient triples : réduire la dépendance de la zone Asie au dollar, affirmer le yen face à l’avènement en 1999 de l’euro et contribuer à l’attractivité de Tōkyō comme place financière internationale. La crise des années 1990 va pourtant mettre fin à l’expansion du yen dans les échanges internationaux. Si sa part dans le commerce mondial se stabilise (environ 40 p. 100 des exportations japonaises et 25 p. 100 des importations sont libellées en yen), elle diminue dans les réserves de change, passant de 8,5 p. 100 en 1991 à un point bas de 2,9 p. 100 en 2007.

Aujourd’hui, le yen est essentiellement considéré comme une valeur refuge durant les épisodes de crise. C’est une des devises vers laquelle se tournent les investisseurs quand l’aversion au risque augmente. Sa valeur a ainsi progressé de 30 p. 100 par rapport au dollar et de 52 p. 100 par rapport à la livre sterling entre 2007 et la fin de 2008, au moment de la crise financière internationale. Sa part dans les réserves de change est également remontée suite à la crise financière de 2007, passant à 3,7 p. 100 en 2012.

Si le yen reste une monnaie importante en Asie, reflétant l’intégration financière et commerciale de la région, son poids reste là encore faible si on le compare à celui de l’euro en Europe, ou à celui du dollar dans l’ALENA (Accord de libre-échange nord-américain). Le yen va par ailleurs être confronté dans le futur aux ambitions d’internationalisation du yuan, la monnaie chinoise. La Chine et le Japon ont commencé en juin 2012 à échanger directement leurs devises sans passer par l'intermédiaire du dollar, une réforme visant à dynamiser le commerce entre les deux pays, mais également un moyen pour la Chine de développer le rôle international de sa monnaie.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 12 pages

Écrit par :

  • : docteure en sciences économiques, professeure des Universités en sciences économiques
  • : professeur de sciences économiques à l'université de Bordeaux-IV-Montesquieu, directeur du Groupe de recherche en analyse et politique économiques, unité mixte du C.N.R.S. 5113

Classification

Autres références

«  YEN  » est également traité dans :

DOLLAR

  • Écrit par 
  • Dominique LACOUE-LABARTHE
  •  • 11 211 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La volatilité du dollar »  : […] Au début de la phase de flottement des monnaies, de 1973 à 1975, le dollar connaît deux chutes prononcées suivies de remontées à peu près équivalentes. De 1976 à 1978, la chute du dollar est générale contre toutes les monnaies, de 13 à 45 p. 100 respectivement vis-à-vis du franc et du yen. La dépréciation se justifie face à la concurrence de l'Allemagne et du Japon, mais elle est insuffisante pour […] Lire la suite

ÉCONOMIE MONDIALE - 2008 : de la crise financière à la crise économique

  • Écrit par 
  • Nicolas SAGNES
  •  • 3 178 mots

Dans le chapitre « Volatilité des marchés monétaire et boursier »  : […] Il n'est pas surprenant que, dans un tel contexte, les taux de change aient été particulièrement volatils. Le taux de change euro-dollar s'est fortement apprécié, de 1,46 en début d'année pour culminer à environ 1,60 au printemps et à l'été, avant de redescendre aux alentours de 1,40 en fin d'année. La forte dépréciation observée s'expliquait par une dégradation de la situation économique en zone […] Lire la suite

ÉCONOMIE MONDIALE - 2007 : zone de turbulences

  • Écrit par 
  • Nicolas SAGNES
  •  • 3 034 mots

Dans le chapitre « Le ballet des changes  »  : […] Sur le front des taux de change, l'année 2007 aura été marquée par le repli des stratégies dites de carry trade et la forte dépréciation de la devise américaine. Une stratégie dite de carry trade consiste à s'endetter dans une devise à faible taux d'intérêt (le yen par exemple) et à placer les fonds empruntés dans une autre devise à taux d'intérêt plus élevé (comme le dollar américain, la couro […] Lire la suite

ÉCONOMIE MONDIALE - 1999 : la fin des turbulences ?

  • Écrit par 
  • Jacques ADDA
  •  • 3 423 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Sortie de crise accélérée dans l'Asie émergente »  : […] La crise asiatique avait surpris la plupart des observateurs en 1997 par sa soudaineté et sa gravité. La sortie de crise de la plupart des pays d'Extrême-Orient en 1999 n'est pas moins étonnante. Dans les économies de marché de la région, à l'exception du Japon, la croissance a rebondi à près de 4 p. 100 en moyenne en 1999 après un recul de — 6,5 p. 100 en 1998. Elle atteindrait 9 p. 100 en Corée […] Lire la suite

ÉCONOMIE MONDIALE - 1996 : sur la voie de la convergence

  • Écrit par 
  • Tristan DOELNITZ
  •  • 7 696 mots

Dans le chapitre « Asie : les champions s'essoufflent »  : […] Après trois années de croissance lente et hésitante, la reprise économique amorcée au Japon au cours du second semestre de 1995 s'est nettement affirmée au début de 1996. Le principal facteur en a été le plan de relance de 14 220 milliards de yen annoncé par le gouvernement en septembre 1995. Il s'y est ajouté un redémarrage de l'investissement fixe des grandes entreprises ainsi qu'une forte augm […] Lire la suite

ÉCONOMIE MONDIALE - 1995 : vers une redistribution des ressources mondiales

  • Écrit par 
  • Tristan DOELNITZ
  •  • 6 188 mots

Dans le chapitre « La maîtrise de l'inflation »  : […] Les principales analyses de l'économie mondiale en 1995 font à peine mention de la politique monétaire. L'inflation, en effet, est généralement maîtrisée dans les pays industrialisés, et la baisse des taux d'intérêt est intervenue en fonction de deux paramètres : d'une part, le succès de la politique budgétaire et, d'autre part, le maintien de l'activité à distance raisonnable des risques de surch […] Lire la suite

ÉCONOMIE MONDIALE - 1990 : de l'euphorie à la crainte

  • Écrit par 
  • Régis PARANQUE
  •  • 14 988 mots

Dans le chapitre « L'anémie des grandes monnaies »  : […] La stabilisation des relations monétaires internationales s'est poursuivie en 1990. Certes, elle a fait montre également de sa fragilité et de ses faiblesses persistantes ; mais, grâce à la concertation entre banques centrales et entre gouvernements des principales puissances monétaires, ces dernières ont pu conserver une relative maîtrise du système, qui ne s'est pas démentie sous l'effet de la […] Lire la suite

JAPON (Le territoire et les hommes) - L'économie

  • Écrit par 
  • Evelyne DOURILLE-FEER
  •  • 10 723 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Une succession de chocs internes »  : […] Alors qu'une reprise est attendue en 1995 après l’absorption partielle de la forte contraction des actifs boursiers et immobiliers, le tremblement de terre qui touche Kōbe stoppe cet élan et se répercute sur la production et la consommation des ménages, effet qui est prolongé par l'émotion suscitée quelques mois plus tard par l'attentat terroriste au gaz sarin perpétré par la secte Aum Shinri-Kyo […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

1er-4 janvier 1999 Union européenne. Succès du lancement de l'euro

Le 4, au lendemain d'un week-end consacré aux opérations de bascule et de conversion dans les banques, l'euro s'apprécie par rapport au dollar et au yen lors de son premier jour de cotation. L'introduction de la monnaie européenne est saluée par de fortes hausses des Bourses européennes, qui enregistrent d'importants volumes de transactions.  […] Lire la suite

4-26 août 1998 Crise financière asiatique. Extension de la crise financière

Le yen continue à perdre de la valeur face au dollar. Le 7 également, la dévaluation de 7 p. 100 du dong vietnamien relance la crainte d'une dévaluation du yuan chinois qui poursuit sa dépréciation, entraîné par la chute du yen. Le 11, devant l'aggravation de la crise asiatique, les places financières connaissent un « mardi noir ». Le 17, le gouvernement russe annonce une dévaluation de facto du rouble. […] Lire la suite

12-24 juin 1998 Japon. Entrée en récession et chute du yen

L'absence d'annonce de mesures gouvernementales concrètes conduit à une rechute du cours du yen à partir du 24.  […] Lire la suite

24 avril 1998 Japon. Adoption d'un plan de relance sans précédent

Jusqu'alors privilégié, l'assainissement des comptes publics cède la place à des dépenses nouvelles (12 000 milliards de yen), notamment pour des grands travaux (7 700 milliards) auxquelles s'ajoutent des réductions d'impôts (à hauteur de 4 600 milliards). Les experts restent sceptiques sur la capacité de ce plan à relancer la consommation intérieure. […] Lire la suite

3-28 novembre 1997 Crise financière asiatique. Le Japon et la Corée du Sud frappés à leur tour par la crise financière

Il met en garde Tōkyō contre la tentation de laisser chuter le yen, ce qui aggraverait le déficit commercial des États-Unis vis-à-vis du Japon. Le président américain somme les autorités japonaises d'adopter des mesures urgentes de « revitalisation de l'économie » en vue de mettre un terme à la crise financière asiatique.  […] Lire la suite

Pour citer l’article

Sophie BRANA, Dominique LACOUE-LABARTHE, « YEN », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 27 juin 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/yen/