Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

DARDANELLES EXPÉDITION DES (mars-déc. 1915)

Afin de rouvrir, par le Bosphore et la mer Noire, des communications faciles avec la Russie, les Britanniques (sous l'impulsion de Winston Churchill) ont imaginé, dès la fin de 1914, de porter un coup décisif à Constantinople. Il leur faut d'abord forcer le détroit des Dardanelles par une opération navale à laquelle la France accepte de participer. Malheureusement cette opération, décidée en janvier 1915 et à laquelle la surprise aurait peut-être valu le succès, ne s'effectue que le 18 mars après une longue période de bombardements et de dragage de mines. Elle échoue avec de lourdes pertes : sur onze cuirassés alliés engagés, trois sont coulés (dont le Bouvet) et quatre gravement endommagés (dont le Suffren et le Gaulois).

Expédition des Dardanelles

Expédition des Dardanelles

Les Alliés décident alors de reprendre l'opération sous forme terrestre à la faveur d'une diversion française à Koum-Kalé, sur la rive asiatique ; le corps expéditionnaire du général Hamilton (dix divisions britanniques et deux françaises) débarque le 25 avril à Sabd ul-Bahr, au sud de la presqu'île de Gallipoli. Mais la Ve armée turque, commandée par le général allemand Liman von Sanders, l'immobilise dès le 28 avril devant les hauteurs de Krithia, Atchi-Baba et Sari-Baïr. À quatre reprises (6 mai ; 18 juin ; 12 juillet ; 12 août) les Alliés tentent vainement d'élargir leur tête de pont. Les opérations sont bloquées lorsque les Bulgares entrent dans la guerre et menacent la Serbie.

Le gouvernement français comprend que l'intérêt stratégique des Alliés n'est plus dans les Dardanelles et finit par imposer ses vues aux Britanniques. Avant la fin de 1915, la totalité des forces françaises et une partie des forces britanniques auront été transportées à Salonique pour y former l'armée d'Orient. Il faudra attendre les victoires de Franchet d'Espérey (1918) pour que, dans cette région, les Alliés retrouvent le prestige que leur a fait perdre l'expédition des Dardanelles.

— Pierre GOBERT

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : ancien élève de l'École polytechnique, général

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Média

Expédition des Dardanelles

Expédition des Dardanelles

Autres références

  • GUERRE MONDIALE (PREMIÈRE)

    • Écrit par Marc FERRO
    • 12 473 mots
    • 51 médias
    ...de chaque côté de la Manche, on appelait les « Orientaux ». Ils l'emportèrent sur le haut commandement, mais celui-ci ménagea tellement son aide que l' expédition des Dardanelles se solda par un échec cuisant. Sous-estimant la capacité de résistance des Turcs, que conseillait utilement Liman von Sanders,...
  • NOUVELLE-ZÉLANDE

    • Écrit par Daniel de COPPET, Jean-Pierre DURIX, Universalis, Alain HUETZ DE LEMPS, Isabelle MERLE
    • 12 802 mots
    • 11 médias
    ...troupes, c'est la défaite de Gallipoli en 1915, premier site de débarquement de l'A.N.Z.A.C. (Australian and New Zealand Army Corps, formé en 1914), dans les Dardanelles, qui marque profondément les esprits : 2 700 soldats néo-zélandais y perdent la vie face aux Turcs mais l'événement devient le symbole d'une...
  • PREMIÈRE GUERRE MONDIALE - (repères chronologiques)

    • Écrit par Sylvain VENAYRE
    • 207 mots

    28 juin 1914 À Sarajevo, assassinat de l'archiduc d'Autriche François-Ferdinand par Gavrilo Princip.

    3 août 1914 L'Allemagne déclare la guerre à la France ; les troupes allemandes entrent en Belgique.

    6-13 septembre 1914 Bataille de la Marne ; les Allemands sont stoppés à quelques...

Voir aussi