BURROUGHS WILLIAM (1914-1997)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Une écriture de l'âge électronique

Le séjour parisien de Burroughs entre 1958 et 1960, au célèbre Beat Hotel de la rue Gît-le-Cœur, se traduit par une phase intense d'expérimentations. Le peintre et poète Brion Gysin met au point la technique du cut-up (découpage). Burroughs se passionne pour les résultats de cette pratique : « Même taillé en pièces et recomposé selon la fantaisie de Bill, le texte de Rimbaud était toujours compréhensible et [...] les mots prenaient des significations nouvelles, plus fortes, plus cinglantes » (B. Gysin). Ces jeux littéraires donnent lieu à des compositions collectives qui remplacent les cadavres exquis. Burroughs emploie d'autres techniques, comme le fold-in (pliage) et les permutations. Les expériences accomplies avec Gysin seront réunies par la suite dans un volume intitulé The Third Mind (Œuvre croisée, 1976). Ce sont ces méthodes radicales qu'il met à contribution pour construire la grande trilogie élaborée entre 1960 et 1964. La Machine molle (1966) en constitue le premier volet. Il s'agit d'une épopée qui se déroule dans un labyrinthe en mouvement ou, mieux, au sein d'un kaléidoscope : des lieux réels se confondent avec des lieux imaginaires, et des figures se travestissant inlassablement sont entraînées dans le passé, le présent, l'avenir. Le Ticket qui explosa (1967) et Nova Express (1969) développent cet « univers des puissances belliqueuses ». Avec le héros-cosmonaute, nous pénétrons dans le Jardin des Délices (Dieu) avec ses Fours Nova, le foyer de tous les dualismes et de toutes les guerres, de tous les paroxysmes et de tous les phantasmes interdits, nous découvrons la Cité de Minraud, le repaire des hommes-insectes. La trilogie s'achève par une insurrection générale contre les forces coercitives, la « police biologique » ou « police Nova ».

Avec ces œuvres, Burroughs excède violemment les frontières du romanesque. Marshall McLuhan note à ce propos qu'il « tente de reproduire en prose ce dont nous nous accommodons chaque jour comme un aspect banal de la vie à l'âge électronique. Si l'existence collective doit être transcrite sur le papier, il faut employer la méthode de “non-histoire discontinue” ». La révolte transgressive, carnavalesque et millénariste animant les damnés évoluant dans ces zones troubles où dominent la terreur et l'abjection est théorisée dans un traité intitulé La Révolution électronique (1971) que Burroughs écrit après son installation à Londres. Et elle constitue le moteur d'une œuvre séparée en deux volumes, Les Garçons sauvages (1970) et Havre des saints (1973), auxquels il faut rattacher Exterminateur ! Là, Burroughs renonce aux cut-up et aux méthodes révolutionnaires qu'il a privilégiées. Il se sert de modèles comme le peep show et l'écriture hiéroglyphique. Les métamorphoses des garçons sauvages prennent une tournure dionysiaque, évoquent une danse au-dessus du volcan de l'ère moderne. Quand il rentre à New York en 1974, Burroughs entreprend un nouveau et ambitieux cycle romanesque. Celui-ci commence avec Les Cités de la nuit écarlate (1981). Trois récits distincts s'enchevêtrent : celui des pirates qui créent leur république à Libertatia au xviiie siècle, l'enquête de Clem Williamson Snide et la traversée des six cités mythiques du désert de Gobi il y a cent mille ans. Le cycle romanesque se poursuit avec Parages des voies mortes (1983). Son héros, Kim Carson, parcourt le temps, de Boulder en 1899 aux grandes plaines de l'Ouest américain jusqu'à 2001. Dans ce western métaphysique, Kim Carson « songe paresseusement à sa mission – localiser le chaînon manquant dans la chaîne de l'évolution, remonter aux racines du langage ». Il se conclut avec Les Terres occidentales (1987), qui est une version moderne du Livre des morts égyptien. Dans ces trois fictions, Burroughs accentue le métissage sémantique, empruntant des scènes appartenant à Joseph Conrad ou à Denton Welch, des décors caractéristiques des tableaux d'Édouard Manet et d'Edward Hopper.

Burroughs s'est souvent exprimé en public ou dans la presse à propos de sa vision de la littérature. Ses conférences et ses articles sont réunis dans deux volumes encore inédits aux États-Unis, les Essais (1981 et 1984). Sa réflexion excède largement le champ de l'écriture. Sa représentation du monde, corrosive et sarcastique, dénonce avec véhémence les préjugés et les injustices qui rendent les sociétés occidentales invivables et virtuellement dangereuses pour l'avenir de l [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  BURROUGHS WILLIAM (1914-1997)  » est également traité dans :

LE FESTIN NU, William Burroughs - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Michel FABRE
  •  • 942 mots

Le Festin nu fut composé en 1957 à Tanger par William Burroughs (1914-1997) à partir de son manuscrit Interzone, réorganisé par son ami Allen Ginsberg. Le titre fut suggéré par Jack Kerouac. Selon Burroughs, il « a exa […] Lire la suite

BEAT GENERATION

  • Écrit par 
  • Pierre-Yves PÉTILLON
  •  • 2 987 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Préhistoire »  : […] Le noyau originel de ce qui allait devenir, l'orchestration publicitaire aidant, la beat generation , naquit de la rencontre à New York, en 1943-1944, d'un trio improbable : Kerouac, Ginsberg et Burroughs. William Burroughs (1914-1997) avait déjà trente ans ; après des études d'anthropologie à Harvard, il vivait de petits métiers et jouait au chat et à la souris avec la brigade des stupéfiants. B […] Lire la suite

HAWTHORNE NATHANIEL (1804-1864)

  • Écrit par 
  • Jean NORMAND
  •  • 2 339 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les germes oniriques »  : […] Nathaniel Hawthorne naquit à Salem dans le Massachusetts ; il mourut en voyage à Porstmouth dans le New Hampshire à l'âge de soixante ans. Très tôt orphelin de père – le capitaine Hawthorne était mort en Guyane hollandaise alors que son fils avait quatre ans –, le jeune Nathaniel fut élevé par une mère très belle, mais que son veuvage rendait distante et quelque peu austère ; il se vit, de surcroî […] Lire la suite

KEROUAC JACK (1922-1969)

  • Écrit par 
  • Pierre-Yves PÉTILLON
  •  • 2 124 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Une recherche du temps perdu »  : […] Jean Louis Kerouac – « Jack », comme il signera plus tard – est né le 12 mars 1922 à Lowell, petite ville industrielle du Massachusetts, sur la Merrimack, au nord de Boston. La famille est de souche québécoise – « Canuck », selon le terme méprisant dont Kerouac ne saura jamais trop s'il fallait en avoir honte ou l'arborer, fièrement, jusqu'à la provocation. Las de peiner dans les terres froides de […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Gérard-Georges LEMAIRE, « BURROUGHS WILLIAM - (1914-1997) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 06 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/william-burroughs/