HAWTHORNE NATHANIEL (1804-1864)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Des germes de rêveries fantasques et tragiques déposés dans une âme enfantine, la hantise d'une malédiction ancestrale aboutirent, chez le jeune Nathaniel Hawthorne, à la naissance d'images stylisées, allégoriques, pourtant chargées d'ambiguïté, parmi lesquelles des figures tantôt angéliques, tantôt démoniaques – souvent les deux à la fois –, féminines et masculines, maternelles et paternelles s'affrontent de façon dramatique et symbolique. Car l'enfer et le paradis sont, pour Hawthorne, des provinces de sa propre conscience. Le domaine théologique de la psyché se confond chez lui avec le domaine onirique : les meilleurs Contes de l'auteur et La Lettre écarlate en fournissent l'illustration. En revanche, les œuvres postérieures à 1850 marquent un déclin et l'emprise de la sclérose allégorique sur la vitalité créatrice. Car l'être créateur qui naît grâce à des circonstances particulières évolue, grandit, finit souvent par disparaître avant l'homme qui lui a donné asile. Reste alors l'œuvre ; celle de Hawthorne a marqué la littérature des États-Unis.

Nathaniel Hawthorne

Nathaniel Hawthorne

Photographie

L'écrivain américain Nathaniel Hawthorne, auteur de romans et de nouvelles (1804-1864). 

Crédits : Hulton Getty

Afficher

Les germes oniriques

Nathaniel Hawthorne naquit à Salem dans le Massachusetts ; il mourut en voyage à Porstmouth dans le New Hampshire à l'âge de soixante ans. Très tôt orphelin de père – le capitaine Hawthorne était mort en Guyane hollandaise alors que son fils avait quatre ans –, le jeune Nathaniel fut élevé par une mère très belle, mais que son veuvage rendait distante et quelque peu austère ; il se vit, de surcroît, condamné accidentellement à l'immobilité pendant des mois. L'imaginaire prenant le pas sur le réel, l'esprit de l'enfant fut bientôt le lieu de rencontre de tous les fantômes qui hantaient plus ou moins la communauté où il vivait et, tout particulièrement, sa famille. La tradition voulait que le juge Hawthorne, persécuteur de quakers et de sorcières, ait reçu la malédiction d'une de ses victimes : « Dieu vous donnera du sang à boire ! » Nathaniel vit-il dans l'accident qui le privait de l'usage de ses jambes une conséquence lointaine de ce cri lancé du hau [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages




Écrit par :

  • : professeur de littérature américaine à la faculté des lettres de Clermont-Ferrand

Classification


Autres références

«  HAWTHORNE NATHANIEL (1804-1864)  » est également traité dans :

LA LETTRE ÉCARLATE, Nathaniel Hawthorne - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Michel FABRE
  •  • 1 058 mots
  •  • 1 média

Les expériences et les tendances contradictoires de Nathaniel Hawthorne (1804-1864), écrivain qui est peut-être le plus représentatif des États-Unis du xixe siècle, convergent dans La Lettre écarlate, son meilleur roman, publié en 1850, et que […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/la-lettre-ecarlate/#i_2617

ÉTATS-UNIS D'AMÉRIQUE (Arts et culture) - La littérature

  • Écrit par 
  • Marc CHÉNETIER, 
  • Rachel ERTEL, 
  • Yves-Charles GRANDJEAT, 
  • Jean-Pierre MARTIN, 
  • Pierre-Yves PÉTILLON, 
  • Bernard POLI, 
  • Claudine RAYNAUD, 
  • Jacques ROUBAUD
  •  • 40 197 mots
  •  • 25 médias

Dans le chapitre « Le déraciné »  : […] Pendant longtemps, en effet, l'un des grands thèmes a été celui de l'enracinement et du déracinement, les deux faces d'un même problème. Hawthorne ou Cooper fouillent les origines de l'histoire nationale. D'autres, en revanche, se contentent du présent et, comme Whitman ou Twain, ils puisent dans l'expansion géographique et l'immensité du continen […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/etats-unis-d-amerique-arts-et-culture-la-litterature/#i_2617

JAMES HENRY (1843-1916)

  • Écrit par 
  • Diane de MARGERIE
  •  • 2 125 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le regard »  : […] Dès l'abord, que ce soit dans ses vingt romans, dans ses nouvelles, qui dépassent la centaine, dans ses trois volumes autobiographiques ou même dans ses textes de réflexion critique, cette œuvre frappe par l'importance du regard. Pour James, en effet, voir c'est connaître, et connaître c'est posséder. Mais ce privilège est réservé à ceux de ses per […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/henry-james/#i_2617

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean NORMAND, « HAWTHORNE NATHANIEL - (1804-1864) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 07 avril 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/nathaniel-hawthorne/