REICH WILHELM (1897-1957)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La physiopsychologie reichienne

Dans L'Analyse caractérielle, Reich apporte une contribution psychanalytique essentielle à la notion de caractère. Il ne considère pas le caractère comme la conséquence d'un refoulement, même s'il constitue un mécanisme de défense source des résistances du patient. À ses yeux, « le caractère est en premier lieu un mécanisme de protection narcissique ». Défini comme un appareil défensif à la fois psychique et physique comportant plusieurs strates, la notion de caractère débouche chez Reich sur une conception originale de la psychosomatique. En fonction de son importance et de sa structure (blocage, rigidité, cuirasse, etc.) le caractère permet de se défendre contre les excitations internes ou externes. Constitué en cuirasse, elle-même composée de l'ensemble des attitudes caractérielles développées dès l'enfance afin de lutter contre les excitations émotionnelles, le caractère a une fonction autorépressive. Reich postule également l'existence de ce qu'il nomme la « cuirasse musculaire », expression corporelle de la cuirasse caractérielle qui correspond à un ensemble d'attitudes musculaires défensives développées pour lutter contre l'apparition d'émotions et de sensations végétatives. Tout symptôme repose sur un caractère névrotique. Solidement établi, pouvant constituer une véritable « cuirasse », le caractère rend le refoulement superflu, mais représente la résistance la plus importante dont l'analyse est un préalable. Reich dégage une typologie des caractères : caractères compulsif, hystérique, masochiste, génital. Ses travaux sur cette entité le conduisent à modifier la technique psychanalytique classique de l'analyse des symptômes et à proposer ce qu'il nommera une technique « caractéro-analytique », laquelle privilégie l'analyse du caractère et les résistances caractérielles.

La sexualité constitue le fil conducteur de l'œuvre reichienne. Dans le sillage des premiers travaux de Freud sur les névroses actuelles, pathologies consécutives à un mésusage de la sexualité, Reich prend conscience du rôle néfaste joué par la répression de l [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages

Écrit par :

  • : docteur en histoire, professeur de psychologie clinique et de psychopathologie, psychanalyste

Classification

Autres références

«  REICH WILHELM (1897-1957)  » est également traité dans :

FREUDO-MARXISME

  • Écrit par 
  • Jacquy CHEMOUNI
  •  • 1 740 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Les freudo-marxismes »  : […] Chaque freudo-marxisme puise différemment dans l'œuvre de Freud, mais aussi, dans une moindre mesure, dans celle de Marx, de sorte qu'il existe presque autant de freudo-marxismes que de freudo-marxistes. Ce mouvement fut essentiellement une préoccupation de psychanalystes, parmi lesquels Alfred Adler, Siegfried Bernfeld, Carl Furmüller, Wilhelm Reich – son représentant le plus éminent –, Otto Feni […] Lire la suite

JOUISSANCE

  • Écrit par 
  • Raoul VANEIGEM
  •  • 1 413 mots

Dans le chapitre « Émancipation contemporaine »  : […] Le xx e  siècle a vu s'émanciper, ou commencer à s'émanciper, ce qu'une tradition, inébranlée jusque-là, n'avait cessé de refouler et d'opprimer : la classe des travailleurs manuels, la femme, l'enfant et le corps humain. Freud montre le rôle des désirs insatisfaits dans les traumatismes qui perturbent l'équilibre mental et somatique. Wilhelm Reich va plus loin quand il attribue à la stase, ou ru […] Lire la suite

NEILL ALEXANDER SUTHERLAND (1883-1973)

  • Écrit par 
  • C. GAUDOIS
  •  • 777 mots

Né à Forfar, Écosse, Alexander Neill est mort le 23 septembre 1973 à Londres. Il publia plusieurs ouvrages : A Dominie's Log (Journal d'un instituteur de campagne) ; A Dominie Dismissed (Renvoi d'un instituteur) ; A Dominie's Doubts (Les Incertitudes d'un instituteur) ; The Problem Child (L'Enfant difficile) ; The Problem Family (La Famille difficile) ; The Free Child (L'Enfant libre), 1953  […] Lire la suite

PSYCHANALYSE (théories et pratiques)

  • Écrit par 
  • Jacques SÉDAT
  •  • 6 680 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Scissions et dissidences »  : […] Les nombreuses scissions et dissidences qu'a connues le mouvement psychanalytique ne sont pas étrangères à ce symptôme majeur de la culture, repéré par Freud : se fuir soi-même dans une indivision avec autrui, comme l'exprime Hölderlin, quand il évoque un monde déserté par les dieux, dans la seconde version du poème intitulé Mnemosyne  : « Nous sommes un signe sans interprétation. » Être en attent […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jacquy CHEMOUNI, « REICH WILHELM - (1897-1957) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 05 août 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/wilhelm-reich/