REICH WILHELM (1897-1957)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'engagement politique

L'engagement politique de Reich est inséparable de ses conceptions psychanalytiques. Convaincu que les problèmes et souffrances psychologiques sont la conséquence des conditions sociales, il jette dès 1929 dans Matérialisme dialectique, matérialisme historique et psychanalyse les bases d'une théorie qui allie Freud et Marx. Il visite cette même année la Russie en compagnie de sa femme Annie. Il en revient enchanté et loue le régime en place, avant de le condamner plus tard. Il milite alors activement au sein du Parti communiste allemand, une expérience amère qu'il relate dans Les Hommes dans l'État. En 1930, il quitte Vienne pour Berlin où il poursuit son activisme politique, créant la Société socialiste d'information et de recherche sexuelles. Il est également à l'origine de la fondation de l'Association allemande pour une politique sexuelle prolétarienne, plus connue sous le nom de Sexpol, qui comptera jusqu'à 40 000 adhérents. L'objectif de cette association soutenue par le Parti communiste consiste à lutter contre le capitalisme dont la morale est source de la misère sexuelle. Sa lecture des travaux de Malinowski sur la vie sexuelle des Trobriandais confirme sa thèse selon laquelle la famille occidentale patriarcale serait de nature coercitive, ainsi que son hypothèse de l'origine culturelle du complexe d'Œdipe. L'absence de désordres sexuels chez les Trobriandais le convainc que les psychoses, les névroses et les perversions sont dues au refoulement de la sexualité génitale. Plusieurs de ses ouvrages, en particulier La Lutte sexuelle des jeunes et L'Irruption de la morale sexuelle parus tous deux en 1932, ont pour objectif de proposer des outils prophylactiques afin de lutter contre l'apparition des névroses. Il reproche bientôt au Parti communiste de ne pas prendre en compte la nécessité d'une révolution sexuelle, ce qui conduira à son exclusion en 1933. Un an plus tard, en raison probablement autant de ses conceptions psychologiques que de ses engagements politiques, il n'est plus membre de l'Association psychanalytique internationale (I.P.A.). Certains historiens assurent qu'il en fut exclu, d'autres au contraire affirment qu'il coupa lui-même les ponts avec le mouvement psychanalytique.

Les élections allemandes de novembre 1932 et de mars 1933, qui permettent à Hitler d'accéder au pouvoir, poussent Reich à s'interroger sur les raisons de ce succès. Il rédige alors son plus important ouvrage politique : Psychologie de masse du fascisme qu'il publie au Danemark en 1933. Le triomphe du fascisme, dont le nazisme est la version la plus radicale, serait dû à l'irrationnel humain qui trouve ses racines dans la société bourgeoise, la répression sexuelle, la famille autoritaire, etc. Ni les engagements, ni les conceptions politiques, à l'intérêt pourtant indéniable, d'Adler, de Bernfeld, de Simmel, de Fenichel ou même de Fromm, n'offriront une réflexion freudo-marxiste aussi originale et approfondie que celle de Reich. Hormis les adlériens qui s'engagèrent dans l'expérience municipale sociale-démocrate à Vienne (« Vienne la rouge », de 1919 à 1934), aucun représentant du courant freudo-marxiste ne mettra ses idées politiques à l'épreuve de la réalité sociale.

Reich sera l'objet de virulentes attaques venant tout autant du milieu psychanalytique que des communistes. Dans la revue Partisan qu'il anime, Boris Fraenkel résume assez bien les insultes politiques dont Reich fut l'objet : « Révolutionnaire pour les réformistes, réformiste pour certains „révolutionnaires“, trotskyste pour les staliniens orthodoxes, stalinien pour les trotskystes hyper- ou infra-orthodoxes, on pourrait prolonger une énumération qui ne comporte pas ici les épithètes proprement „médicales“ ». Plusieurs psychanalystes le considèrent comme paranoïaque. Selon Helen Deutsch, le rejet de Reich par Freud n'est aucunement motivé par le caractère radical de ses idées politiques mais lié à sa personnalité agressive et psychotique. Les propos que Freud tint à son disciple Joseph Wortis résument assez bien les reproches que ne cessera de lui adresser le milieu psychanalytique : « Reich, qui est un psychanalyste très doué, sera probablement amené à quitter le mouvement psychanalytique parce qu'il est devenu communiste et qu'il a modifié ses vues. Il est convaincu, par exemple, que l'instinct d'agression et [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages

Écrit par :

  • : docteur en histoire, professeur de psychologie clinique et de psychopathologie, psychanalyste

Classification

Autres références

«  REICH WILHELM (1897-1957)  » est également traité dans :

FREUDO-MARXISME

  • Écrit par 
  • Jacquy CHEMOUNI
  •  • 1 740 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Les freudo-marxismes »  : […] Chaque freudo-marxisme puise différemment dans l'œuvre de Freud, mais aussi, dans une moindre mesure, dans celle de Marx, de sorte qu'il existe presque autant de freudo-marxismes que de freudo-marxistes. Ce mouvement fut essentiellement une préoccupation de psychanalystes, parmi lesquels Alfred Adler, Siegfried Bernfeld, Carl Furmüller, Wilhelm Reich – son représentant le plus éminent –, Otto Feni […] Lire la suite

JOUISSANCE

  • Écrit par 
  • Raoul VANEIGEM
  •  • 1 413 mots

Dans le chapitre « Émancipation contemporaine »  : […] Le xx e  siècle a vu s'émanciper, ou commencer à s'émanciper, ce qu'une tradition, inébranlée jusque-là, n'avait cessé de refouler et d'opprimer : la classe des travailleurs manuels, la femme, l'enfant et le corps humain. Freud montre le rôle des désirs insatisfaits dans les traumatismes qui perturbent l'équilibre mental et somatique. Wilhelm Reich va plus loin quand il attribue à la stase, ou ru […] Lire la suite

NEILL ALEXANDER SUTHERLAND (1883-1973)

  • Écrit par 
  • C. GAUDOIS
  •  • 777 mots

Né à Forfar, Écosse, Alexander Neill est mort le 23 septembre 1973 à Londres. Il publia plusieurs ouvrages : A Dominie's Log (Journal d'un instituteur de campagne) ; A Dominie Dismissed (Renvoi d'un instituteur) ; A Dominie's Doubts (Les Incertitudes d'un instituteur) ; The Problem Child (L'Enfant difficile) ; The Problem Family (La Famille difficile) ; The Free Child (L'Enfant libre), 1953  […] Lire la suite

PSYCHANALYSE (théories et pratiques)

  • Écrit par 
  • Jacques SÉDAT
  •  • 6 680 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Scissions et dissidences »  : […] Les nombreuses scissions et dissidences qu'a connues le mouvement psychanalytique ne sont pas étrangères à ce symptôme majeur de la culture, repéré par Freud : se fuir soi-même dans une indivision avec autrui, comme l'exprime Hölderlin, quand il évoque un monde déserté par les dieux, dans la seconde version du poème intitulé Mnemosyne  : « Nous sommes un signe sans interprétation. » Être en attent […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jacquy CHEMOUNI, « REICH WILHELM - (1897-1957) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 juin 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/wilhelm-reich/