REICH WILHELM (1897-1957)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Prolongements

Ses travaux sur la génitalité le conduisent à développer le concept d'orgasme : phénomène psycho-physiologique d'excitabilité et de relâchement de la tension sexuelle génitale caractérisé par la capacité de s'abandonner sans inhibition au flux de l'énergie biologique et de décharger son excitation sexuelle au moyen de contractions corporelles involontaires. En 1940, il définit l'orgasme comme un phénomène de décharge électrique, plus précisément de bioélectricité, selon un rythme à quatre temps dit « formule de l'orgasme » : tension mécanique (érection) → charge électrique (excitation intense) → décharge électrique (décharge en contraction musculaire) → relaxation mécanique (relaxation des organes génitaux après la décharge). Ce rythme à quatre temps de l'orgasme, appelé également « fonction TC », n'est pas particulier à l'orgasme, mais affecte toutes les fonctions vitales comme le cœur, les poumons, la vessie, l'intestin, etc. Cette formule sera au cœur de la nouvelle méthode psychothérapeutique reichienne dite « végétothérapie » centrée sur les fonctions neurovégétatives, qui tend à restaurer la motilité et l'équilibre biophysiques en dégageant des énergies végétatives bloquées par la cuirasse caractérielle. Reich ne cessera d'ailleurs de répéter que l'orgasme est le problème fondamental de tous les processus psychosomatiques. La végétothérapie préfigure ainsi nombre de thérapies psychocorporelles des médecines douces ou naturelles en vogue aujourd'hui.

Les travaux de Reich sur la bioélectricité de la matière le conduisent, lors de son exil à Oslo, à entreprendre des recherches pour déterminer si les mouvements orgastiques du corps humain et ceux des protozoaires sont identiques. De ses expériences sur les protozoaires il conclut que la matière inorganique recèle également une énergie élémentaire, les « bions ». Il s'agirait de vésicules microscopiques chargées d'une énergie élémentaire, l'orgone. Reich pensera avoir mis en évidence de manière expérimentale l'existence de cette énergie de vie. Il affirme qu'il est possible de créer des bions aussi bien à partir de la matière organique que de la matière inorganique. Dans La Fonction de l'orgasme, il écrit que les bions « se propagent comme des bactéries [et] peuvent aussi se développer spontanément dans le sol ». Reich en vient même à se demander si les cellules cancéreuses ne proviendraient pas d'une même source que les cellules des protozoaires. Si l'on en croit ses conclusions, les cellules cancéreuses, exprimant des mouvements identiques aux protozoaires et se développant surtout dans les zones corporelles qui, lors des thérapies reichiennes, manifestent des difficultés énergétiques, proliféreraient à partir de tissus désintégrés en bions. Alors qu'il tentait avec ses collaborateurs de traiter des cas de cancer par la thérapie orgonique et se préparait à regrouper tous ses travaux sous le terme « orgonomie », Reich voit son aventure brutalement interrompue par la justice.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages

Écrit par :

  • : docteur en histoire, professeur de psychologie clinique et de psychopathologie, psychanalyste

Classification

Autres références

«  REICH WILHELM (1897-1957)  » est également traité dans :

FREUDO-MARXISME

  • Écrit par 
  • Jacquy CHEMOUNI
  •  • 1 740 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Les freudo-marxismes »  : […] Chaque freudo-marxisme puise différemment dans l'œuvre de Freud, mais aussi, dans une moindre mesure, dans celle de Marx, de sorte qu'il existe presque autant de freudo-marxismes que de freudo-marxistes. Ce mouvement fut essentiellement une préoccupation de psychanalystes, parmi lesquels Alfred Adler, Siegfried Bernfeld, Carl Furmüller, Wilhelm Reich – son représentant le plus éminent –, Otto Feni […] Lire la suite

JOUISSANCE

  • Écrit par 
  • Raoul VANEIGEM
  •  • 1 413 mots

Dans le chapitre « Émancipation contemporaine »  : […] Le xx e  siècle a vu s'émanciper, ou commencer à s'émanciper, ce qu'une tradition, inébranlée jusque-là, n'avait cessé de refouler et d'opprimer : la classe des travailleurs manuels, la femme, l'enfant et le corps humain. Freud montre le rôle des désirs insatisfaits dans les traumatismes qui perturbent l'équilibre mental et somatique. Wilhelm Reich va plus loin quand il attribue à la stase, ou ru […] Lire la suite

NEILL ALEXANDER SUTHERLAND (1883-1973)

  • Écrit par 
  • C. GAUDOIS
  •  • 777 mots

Né à Forfar, Écosse, Alexander Neill est mort le 23 septembre 1973 à Londres. Il publia plusieurs ouvrages : A Dominie's Log (Journal d'un instituteur de campagne) ; A Dominie Dismissed (Renvoi d'un instituteur) ; A Dominie's Doubts (Les Incertitudes d'un instituteur) ; The Problem Child (L'Enfant difficile) ; The Problem Family (La Famille difficile) ; The Free Child (L'Enfant libre), 1953  […] Lire la suite

PSYCHANALYSE (théories et pratiques)

  • Écrit par 
  • Jacques SÉDAT
  •  • 6 680 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Scissions et dissidences »  : […] Les nombreuses scissions et dissidences qu'a connues le mouvement psychanalytique ne sont pas étrangères à ce symptôme majeur de la culture, repéré par Freud : se fuir soi-même dans une indivision avec autrui, comme l'exprime Hölderlin, quand il évoque un monde déserté par les dieux, dans la seconde version du poème intitulé Mnemosyne  : « Nous sommes un signe sans interprétation. » Être en attent […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Jacquy CHEMOUNI, « REICH WILHELM - (1897-1957) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 01 juillet 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/wilhelm-reich/