ARNIM ACHIM VON (1781-1831)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Il n'y a pas si longtemps, l'œuvre du poète et romancier berlinois Arnim suscitait chez ses rares lecteurs des réactions contradictoires parce que l'écrivain est resté longtemps dissimulé derrière le patriote et le junker conservateur. André Breton exprimait alors son « enthousiasme... à la découverte des toujours plus originales et inégalables beautés » cachées dans les trois nouvelles réunies un siècle auparavant par Théophile Gautier sous le titre circonspect de Contes bizarres. Deux ans après André Breton, un maître de l'Université estimait, lui, que l'œuvre d'Arnim « est d'un accès difficile et exige du lecteur beaucoup de patience », et il déclarait préférer faire « connaître l'homme, plus intéressant que l'auteur ». Mais l'auteur seul a fait d'Arnim ce qu'il est à présent pour nous.

Solitude et indécision

« Encore une journée passée dans la solitude de la poésie », écrivait Arnim en tête de sa préface aux Gardiens de la Couronne. La solitude de la poésie et de l'homme est le trait le plus constant de son génie, et elle en fait un poète authentiquement romantique si celui-ci, comme l'a écrit Thomas Mann, « n'est pas chez lui dans le monde ». Cette solitude dessine, dans l'œuvre et dans la vie d'Arnim, comme des ondes concentriques dont la source est au cœur même du poète. Orphelin de mère à sa naissance, il est abandonné par son père à une grand-mère qui le confie à des précepteurs tyranniques. Arnim s'est ainsi trouvé très tôt seul et désemparé vis-à-vis de lui-même, il semble avoir toujours été hésitant sur son propre caractère, n'avoir jamais pris sa destinée en main propre et s'être longtemps avancé dans la vie comme à tâtons. Après avoir contemplé une chute d'eau, il écrivait un jour à Brentano : « Je ne sais vraiment rien de moi, si je suis eau, vapeur ou glace, ou un fragment de l'arc-en-ciel aux couleurs ardentes. » Cette incertitude se manifeste tout au long de son existence, dans la recherche d'une position sociale, dans ses longues fiançailles avec Bettina, la sœur de [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages



Écrit par :

Classification


Autres références

«  ARNIM ACHIM VON (1781-1831)  » est également traité dans :

BRENTANO BETTINA (1785-1859)

  • Écrit par 
  • Jean MASSIN
  •  • 803 mots

« Mon âme est une danseuse passionnée ; elle va dansant sur une musique intérieure qu'elle est seule à percevoir », disait d'elle-même cette attirante et inquiétante Bettina, qui pour ses raisonnables détracteurs n'est qu'une extravagante mythomane et, pour ceux qui restent sensibles à ses dons d'enchanteresse, demeure une des plus poétiques intelligences du romantisme allemand. Petite-fille de So […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bettina-brentano/#i_6622

FOLKLORE

  • Écrit par 
  • Nicole BELMONT
  •  • 12 223 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Histoire du folklore comme discipline »  : […] Il est important de tenter de retracer la préhistoire de l'étude du folklore pour en saisir la spécificité. Lorsque cette discipline est née, au début du xix e siècle, l' ethnologie, en effet, existait déjà, même si elle n'en portait pas encore le nom. Elle s'était constituée à partir de la découverte au xvi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/folklore/#i_6622

Voir aussi

Pour citer l’article

Jacques PEYRAUBE, « ARNIM ACHIM VON - (1781-1831) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 11 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/achim-von-arnim/