MONTGOMERY WES (1923-1968)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le jazzman américain Wes Montgomery, né le 6 mars 1923 à Indianapolis (Indiana), mort le 15 juin 1968 dans cette même ville, est sans conteste l'improvisateur le plus influent de l'après-guerre sur son instrument, la guitare électrique.

John Leslie « Wes » Montgomery n'apprend la guitare électrique que tardivement, vers 1943, après avoir écouté des enregistrements de Charlie Christian. Il effectue ses véritables débuts professionnels au sein du big band de Lionel Hampton, où il officie de mai 1948 au tout début de 1950 (Lionel Hampton and his Orchestra 1948, 1948). Au cours des années suivantes, il joue dans plusieurs formations basées dans sa ville natale, souvent aux côtés de ses frères Charles F. « Buddy » Montgomery (piano et vibraphone) et Monk (William Howard) Montgomery (contrebasse et guitare basse). Il se produit avec eux en trio et dans des formations intitulées Montgomery Brothers, au sein du quintette The Mastersounds (1957-1960 ; Kismet, 1958), puis dans une nouvelle mouture des Montgomery Brothers (1960-1961).

Les meilleurs albums de Wes Montgomery, enregistrés pour le label Riverside – auquel il a été recommandé par Cannonball Adderley –, datent de la période 1959-1963 : The Incredible Jazz Guitar of Wes Montgomery (avec Tommy Flanagan, Percy Heath et Albert Heath, 1960), Movin' Along (avec Sam Jones, Louis Hayes, James Clay et Victor Feldman, 1960), Bags Meets Wes ! (avec Milt Jackson, Philly Joe Jones, Sam Jones et Wynton Kelly, 1961), So Much Guitar ! (avec Ron Carter, Lex Humphries, Ray Barretto et Hank Jones, 1961), Full House (avec Johnny Griffin, Wynton Kelly, Paul Chambers et Jimmy Cobb, 1962). À partir de 1964, il enregistre, accompagné par un orchestre à cordes ou des big bands, une série d'albums qui connaîtront un grand succès auprès du public (Goin' out of my Head, 1965 ; Just Walkin', 1966 ; California Dreaming, 1966 ; A Day in the Life, 1967), mais lui vaudront nombre de critiques de la part des puristes. Wes Montgomery continue cependant de se produire au sein de petits groupes et à jouer avec ses frères. C'est à cette époque que figure, parmi ses nouveaux partenaires, l'organiste Jimmy Smith, avec qui il grave en 1966 The Dynamic Duo : Jimmy & Wes et Further Adventures of Jimmy Smith And Wes Montgomery.

Influencé par Charlie Christian, guitariste de l'ère swing, Wes Montgomery improvise sur des phrases interrompues et des harmonies bop très imaginatives. N'utilisant pas de plectre (médiator), il attaque les cordes avec la partie charnue du pouce de la main droite, créant ainsi, avec un instrument amplifié, des sonorités douces rappelant celles de la guitare acoustique, particulièrement adaptées à son lyrisme chaleureux. Dans ses solos, il joue des mélodies en égrenant les notes une à une dans les premiers chorus (technique dite de la single-note), puis en octaves, avant de terminer par accords. Ce style bien particulier influencera nombre de guitaristes, en particulier George Benson et Pat Martino.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Classification

Autres références

«  MONTGOMERY WES (1923-1968)  » est également traité dans :

O.G.D., SMITH (Jimmy)

  • Écrit par 
  • Eugène LLEDO
  •  • 600 mots

Avec Charlie Christian, dont il est un des héritiers, Wes Montgomery (John Leslie Montgomery, 1925-1968) est l'un des musiciens qui a le plus marqué l'histoire de la guitare jazz. Cet autodidacte appartient à l'orchestre de Lionel Hampton de 1948 à 1950; puis il monte un combo avec deux de ses frères, le vibraphoniste Charles F. «Buddy» Montgomery et le bassiste William Howard «Monk» Montgomery. C […] Lire la suite

Pour citer l’article

« MONTGOMERY WES - (1923-1968) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 11 août 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/wes-montgomery/