LEGGE WALTER (1906-1979)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le meilleur, au plus grand nombre. Ce pouvait être, après le livre, la mission du disque. D'abord il avait permis que la musique, un peu de musique, soit entendue là où elle n'était pas jouée, et réécoutée à volonté : disponibilité indéfinie de l'œuvre d'art. Avec le disque d'Emile Berliner ou de Thomas Edison, rudimentaire pourtant (en durée, en fidélité), la musique avait trouvé son Gutenberg. Mais fragile, bref, onéreux, s'il connaissait déjà ses pouvoirs de conservateur, il n'avait pas pris conscience de sa vocation de missionnaire. Le microsillon la lui révéla. Avec la longue durée et la haute fidélité, le support devenait digne du message. Beethoven en un seul disque, Verdi ou même Wagner en un album trouvaient leur format, et allaient à leur public : le monde entier.

Les commodités encouragent la facilité. Le monde attendait Mozart. Il l'eût fêté, même trivial, même mis à la hauteur de l'âme d'interprètes pressés. Un homme veillait, Walter Legge. Il avait vu venir la révolution, il sut faire que son bénéfice n'aille pas aux commerçants, mais à Mozart, et au public de Mozart. Il sut faire que Mozart réel fût digne de Mozart rêvé. Les quinze premières années d'une ère sont cruciales. Il les maîtrisa. Ses exigences d'artiste étaient telles, il les communiqua à ses interprètes avec une si contagieuse inflexibilité que contre le « team Legge », en musique, le mercantilisme et la médiocrité, quinze ans durant, n'eurent pas une chance. Même les entreprises rivales durent s'aligner. Les débuts du microsillon, au lieu de balbutiements, furent âge d'or, et apogée. Ce ne fut pas un hasard. Legge vivait pour le disque, depuis toujours, et se tenait prêt.

Un amateur professionnel

Walter Legge était né à Londres le 1er juin 1906. Enfant, il avait consacré son moindre penny à sa gourmandise : le son. Le 78-tours lui révélait le timbre opulent de Rosa Ponselle, le chic d'une ligne de chant, comme chez John McCormack, même dans de simples ballade [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages


Écrit par :

  • : agrégé de l'Université, ancien élève de l'École normale supérieure

Classification


Autres références

«  LEGGE WALTER (1906-1979)  » est également traité dans :

GEDDA NICOLAI (1925-2017)

  • Écrit par 
  • Pierre BRETON
  •  • 783 mots
  •  • 1 média

Repéré au sein d’une chorale religieuse orthodoxe, le ténor suédois Nicolai Gedda a développé sur plus de quarante ans l’une des plus éblouissantes carrières lyriques du xx e  siècle. Dans un vaste domaine qui s’étend de la musique baroque aux partitions contemporaines, il nous laisse un immense legs discographique (plus de 200 enregistrements) qu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nicolai-gedda/#i_12385

PHILHARMONIA ORCHESTRA

  • Écrit par 
  • Alain PÂRIS
  •  • 343 mots
  •  • 1 média

Fondé à Londres en 1945 par Walter Legge, sous le nom de Philharmonia Orchestra, avec les meilleurs instrumentistes de la capitale britannique, cet ensemble a dans l'esprit de ses premiers dirigeants une vocation discographique : il participe aux enregistrements légendaires de la firme E.M.I. au début de l'ère du microsillon avec des chefs comme Arturo Toscanini, Wilhelm Furtwängler, Carlo Maria […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/philharmonia-orchestra/#i_12385

SCHWARZKOPF ELISABETH (1915-2006)

  • Écrit par 
  • Pierre BRETON
  •  • 1 492 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « La voix de son maître »  : […] Walter Legge, infatigable découvreur de talents, la distingue – il l'épousera en 1953 –, lui offre la nationalité britannique et réalise ses premiers enregistrements. Véritable maître à chanter, il lui transmet sa passion pour Hugo Wolf, sa rigueur et sa vaste culture. Après une tournée triomphale en Grande-Bretagne (1947), elle rejoint la troupe du Covent Garden de Londres, où elle va chanter jus […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/elisabeth-schwarzkopf/#i_12385

Pour citer l’article

André TUBEUF, « LEGGE WALTER - (1906-1979) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/walter-legge/