VOMISSEMENT

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le vomissement est l'expulsion forcée, par la bouche, du contenu digestif. Sa valeur sémiologique est très variable et elle dépend de son caractère (est-il précédé de nausées ou, au contraire, « en fusée ») et des circonstances anamnestiques.

Certes, le vomissement n'est habituellement que le signe banal d'une intolérance alimentaire et, bien souvent, il oriente l'attention du médecin vers la sphère digestive : affection chronique ou aiguë (le vomissement faisant rarement défaut dans les urgences abdominales). Mais il peut survenir également dans des troubles aussi divers que des maladies infectieuses aiguës, des affections nerveuses (méningites, hypertension intra-crânienne), des cardiopathies (infarctus du myocarde), des affections endocriniennes (diabète décompensé, insuffisance surrénale aiguë). Citons, enfin, les vomissements déclenchés par une intolérance à certains médicaments, à maintes substances vénéneuses ou à diverses toxines microbiennes, sans oublier les fréquents vomissements psychogènes. Dans ce dernier groupe peuvent être rangés notamment les vomissements incoercibles de la grossesse non désirée ou grevée d'anxiété. Car, si l'utérus gravide constitue bien une masse pelvienne capable de déclencher des vomissements réflexes, ceux-ci ne dépassent pas normalement le degré d'un malaise fréquent. Au contraire, la maladie émétisante de la femme enceinte est extrêmement sérieuse. Elle conduit à hospitaliser la malade dont l'état général est rapidement affecté. Des vomissements répétés entraînent, en effet, une perte de l'acide chlorhydrique gastrique, donc de chlore. Il peut s'ensuivre un grave déséquilibre électrolytique qu'il faut compenser en administrant du soluté salé en goutte à goutte rectal ou par voie intraveineuse si l'intolérance aux liquides interdit la voie digestive.

—  François BOURNÉRIAS

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 1 page

Écrit par :

Classification

Autres références

«  VOMISSEMENT  » est également traité dans :

CHOLÉRA

  • Écrit par 
  • Henri-Hubert MOLLARET
  • , Universalis
  •  • 2 885 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Pouvoir pathogène du vibrion cholérique »  : […] Tous les vibrions pathogènes sécrètent une entérotoxine, protéine composée de deux sous-unités (A et B). Libérée dans la lumière intestinale, la toxine se fixe rapidement par la sous-unité B sur les sites récepteurs de l'épithélium intestinal de l'intestin grêle, en particulier du jéjunum. Elle est ensuite internalisée : la sous-unité A migre vers le réticulum endoplasmique des entérocytes et, pa […] Lire la suite

DIGESTIF APPAREIL

  • Écrit par 
  • Jean-Jacques BERNIER, 
  • Jean-Louis FRESLON, 
  • Claude GILLOT
  • , Universalis
  •  • 15 451 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Traitement des nausées et vomissements : antiémétiques »  : […] Le vomissement constitue un acte réflexe complexe sur lequel les substances antiémétiques peuvent agir à différents niveaux. Certaines substances comme les antihistaminiques, les neuroleptiques et le métoclopramide bloquent la commande du réflexe au niveau de certaines zones du cerveau. Les inhibiteurs du système parasympathique agissent de préférence au point de départ périphérique du réflexe. […] Lire la suite

ÉMÉTINE

  • Écrit par 
  • Philippe COURRIÈRE
  •  • 329 mots

De formule brute C 29 H 40 O 4 N 2 , l'émétine a été isolée en 1817 par Pelletier et Magendie des racines et du rhizome de différents ipécas ( Ipecacuanha ), plantes de la famille des rubiacées. C'est le principal alcaloïde des ipécas, qui contiennent aussi de la céphéline, de la psychotrine, de l'émétamine et de l'horthométhylpsychotrine. On isole l'émétine par le procédé Hesse : la racine est fi […] Lire la suite

NERVEUX (SYSTÈME) - Neurobiologie

  • Écrit par 
  • Jean-Marc GOAILLARD, 
  • Michel HAMON, 
  • André NIEOULLON, 
  • Henri SCHMITT
  •  • 13 741 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Noyaux bulbo-mésencéphaliques »  : […] De nombreuses drogues perturbent l'activité des noyaux bulbo-mésencéphaliques impliqués dans la régulation de la vie neurovégétative. Ainsi, la morphine déprime les neurones respiratoires et les neurones sympathiques, pouvant provoquer apnée et hypotension ; elle stimule les neurones vagaux situés au niveau du tractus solitaire et du noyau ambigu, ralentissant le cœur ; elle excite le noyau de […] Lire la suite

Pour citer l’article

François BOURNÉRIAS, « VOMISSEMENT », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 06 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/vomissement/