VOLTE-FACE,, film de FACE/OFF

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le cinéma comme pyrotechnie

Les producteurs du film l'avaient d'abord conçu comme film de science-fiction, destiné à deux monstres sacrés de l'affrontement viril, Arnold Schwarzenegger et Sylvester Stallone. C'est sur les instances de Woo qu'on préféra Travolta et Cage, acteurs également populaires, mais plus complexes, marqués par des rôles de pervers (Pulp Fiction de Quentin Tarantino, 1994, pour le premier, Sailor et Lula, de David Lynch, 1990, pour le second). De la science-fiction, il ne reste que des traces : le « masque morphogénétique » qui permet d'échanger les visages, la prison futuriste où chaque homme est repéré par ses lourdes bottes magnétiques, et, plus discrets, des noms hautement symboliques, Erewhon pour la prison (anagramme de nowhere, reprenant le titre de l'utopie de Samuel Butler, 1872), Castor et Pollux pour les deux fous criminels (dont le patronyme en outre est Troy, Troie).

Les films hongkongais de Woo mettaient en scène policiers et mafieux de convention, multipliant les scènes de massacre sans souci de réalisme ; on y lisait à nu une double référence aux deux pôles du maniérisme, le pôle brûlant de La Horde sauvage (The Wild Bunch) de Sam Peckinpah (1969) et le pôle glacé du Samouraï (Jean-Pierre Melville, 1967). Volte-face reprend cet oxymore stylistique, mettant en conjonction, d'une part, les effets de montage les plus acrobatiques, le passage du très gros plan au plan d'ensemble, les angles bizarres, les vitesses contradictoires, et, d'autre part, la froideur absolue de combats irréels, où seule compte l'attitude de celui qui vise, et où le résultat (les morts) n'est qu'une conséquence abstraite. L'autre moitié du film, celle qui met en valeur les deux vedettes (chargées l'une et l'autre d'incarner successivement deux personnages que tout oppose), est d'un style quasi classique, et le film dans son ensemble est [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : professeur à l'université de Paris-III-Sorbonne nouvelle, directeur d'études, École des hautes études en sciences sociales

Classification


Autres références

«  VOLTE-FACE (FACE/OFF), John Woo  » est également traité dans :

WOO JOHN (1946- )

  • Écrit par 
  • Frédéric STRAUSS
  •  • 1 019 mots

Volte/Face ( Face/Off , 1997) , le vingt-cinquième film de John Woo après vingt-cinq ans de carrière, est aussi le premier à avoir porté à la connaissance d'un large public le style flamboyant de ce réalisateur de Hong Kong devenu maître du cinéma d'action à Hollywood. Découverts en France à partir de 1993, ses films justifient leur réputation de violence et de maestria grandioses, réputation acq […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/john-woo/#i_37802

Pour citer l’article

Jacques AUMONT, « VOLTE-FACE,, film de FACE/OFF », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/volte-face-film-de-face-off/