SÉQUENCE, musique

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Forme de composition liturgique monodique qui proliféra du ixe au xive siècle. On en connaît près de 4 500 séquences ; Pie V, au concile de Trente, réduisit leur nombre à cinq dans la liturgie romaine : Lauda Sion, Stabat Mater, Veni Sancte Spiritus, Victimae paschali laudes, Dies irae (cette dernière est d'ailleurs plutôt un planctus). Les théories s'opposent pour en déterminer les origines. Cassiodore mentionne des séquences au vie siècle. On pense traditionnellement que Notker de Saint-Gall (ixe s.), après la rencontre d'un religieux de Jumièges (près de Rouen) qui connaissait l'école de Limoges, utilisa et perfectionna le système des tropes. Primitivement, la séquence désignerait toute vocalise qui suit certaines finales de phrases et de pièces liturgiques, notamment le jubilus ajouté à l'alléluia ; sur ces vocalises, on adapta des paroles selon le procédé des tropes et à chaque note correspondait une syllabe : c'est la sequentia cum prosa. Par la suite, la structure du texte devint strophique, avec répétition verset par verset. Enfin, du texte en prose on passe au poème assonancé, versifié, ou les deux à la fois. Ce poème chanté, de facture strophique avec un mètre ordinairement court, dont les phrases parallèles respectent l'alternance de la strophe, est divisé en incises à cadences stéréotypées ; il possède souvent un vaste ambitus (jusqu'à une douzième). La séquence n'est pas du grégorien, contrairement à ce que l'on pourrait penser ; le planus cantus à valeurs égales lui est antérieur ; ici prédomine le rythme ternaire, sur un vers quantitatif à accent tonique. Enfin, la séquence fut chantée en organum et connut l'accompagnement musical (orgue, rotte, psaltérion). La séquence est une étape qui conduit à la chanson populaire française (lai) et à l'ars nova (rondeau, virelai).

—  Pierre-Paul LACAS

Écrit par :

  • : psychanalyste, membre de la Société de psychanalyse freudienne, musicologue, président de l'Association française de défense de l'orgue ancien

Classification


Autres références

«  SÉQUENCE, musique  » est également traité dans :

CANTILÈNE

  • Écrit par 
  • Pierre-Paul LACAS
  •  • 306 mots

Littéralement, « complainte lyrique ». Cette forme élémentaire de chant profane monodique, sorte d'hymne en langue romane, à caractère lyrique ou épique, en se développant jusqu'au x e siècle aurait donné naissance à la chanson de geste (théorie de Gaston Paris, rejetée par Joseph Bédier, mais reprise récemment avec modifications par Jacques Chai […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cantilene/#i_26909

ESTAMPIE

  • Écrit par 
  • Pierre-Paul LACAS
  •  • 341 mots

Avec l'estampie apparaît, aux xiii e et xiv e  siècles, la première musique instrumentale indépendante de paroles préexistantes ; il s'agit probablement d'un genre inspiré par les musiques à danser, nées en France, et qui se développa tout particulièrement en Angleterre ; l'estampie passa égaleme […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/estampie/#i_26909

MOTET

  • Écrit par 
  • Roger BLANCHARD
  •  • 3 062 mots

Dans le chapitre « Les origines »  : […] Le passage de la monophonie à la diaphonie, ou chant à deux voix, s'effectua à la fin du ix e  siècle. Les principes de cette diaphonie se trouvent consignés dans le traité Musica enchiriadis du Pseudo-Hucbald. Ainsi est décrit sous sa forme la plus primitive le genre connu sous le nom d' organum  : une […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/motet/#i_26909

MOYEN ÂGE - La littérature latine savante

  • Écrit par 
  • Alain MICHEL
  •  • 3 268 mots

Dans le chapitre « La tradition antique détruite et sauvée (VIe-Xe s.) »  : […] Il fallait d'abord survivre à la barbarie. Dès le vii e siècle, la plupart des écoles latines allaient être fermées. Mais on disposait de plusieurs messages, qui venaient d'Augustin, Martianus Capella, Boèce et Cassiodore. Ils disaient que la culture antique, représentée surtout par Virgile, Cicéron, Platon et Aristote, pouvait s'accorder à la tr […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/moyen-age-la-litterature-latine-savante/#i_26909

NOTKER BALBULUS ou LE BÈGUE (840 env.-912)

  • Écrit par 
  • Pierre-Paul LACAS
  •  • 260 mots

Moine bénédictin de Saint-Gall en Suisse, poète, historien, épistolier et musicologue, surtout célèbre en raison de la paternité d'une quarantaine de séquences qu'on lui attribue habituellement. À l'abbaye de Saint-Gall, de grande renommée à cette époque, il fut l'élève d'Ison, commentateur de Prudence et de Moengal, moine irlandais ancien abbé de Bangor. Comme les lettrés contemporains, Notker ab […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/notker-balbulus-le-begue/#i_26909

REQUIEM

  • Écrit par 
  • Philippe BEAUSSANT
  •  • 1 312 mots
  •  • 1 média

Dans la liturgie romaine, le propre des différentes messes porte le nom des premiers mots de l'introït : la messe des funérailles s'appelle ainsi proprement « messe Requiem  ». C'est à l'importance prise par cette cérémonie, en particulier pour des raisons de protocole royal ou princier, autant qu'à l'attirance du thème, à la richesse, à la beauté et à la variété des textes l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/requiem/#i_26909

Pour citer l’article

Pierre-Paul LACAS, « SÉQUENCE, musique », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 29 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/sequence-musique/