PROPP VLADIMIR IAKOVLEVITCH (1895-1970)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Folkloriste soviétique, Vladimir Propp appartient à ce groupe de formalistes russes dans lequel figurent Jakobson, Tomachevski, Chklovski, Bakhtine et qu'unit une réflexion commune sur les rapports du langage et de l'œuvre littéraire. Moins éclectique que beaucoup de ses compagnons, il s'est consacré exclusivement à l'étude du folklore, sans se livrer à des généralisations théoriques. De l'analyse du conte de fées, qui constitue sans aucun doute l'essentiel de ses travaux et qui occupa vingt années de sa vie, il tire une méthode qu'il applique, sans rigueur excessive et avec un bonheur inégal, à la byline : Russkij Geroičeskij Epos (1955, L'Épopée russe), aux fêtes agraires : Russkie Agrarnye Prazdniki (1963, Les Fêtes agraires russes), à divers sujets du folklore russe et international. Il poursuit parallèlement, pendant quarante ans, son enseignement à l'université de Leningrad.

Dans son premier ouvrage, La Morphologie du conte (Morfologijaskazki, 1928), Propp reprend le problème embrouillé de la typologie des contes : comment mettre de l'ordre dans une matière aussi protéiforme et fugace que les contes de fées ? La question est anodine, mais la réponse ne l'est pas dans son irrévérence : toute classification est inutile, ou d'importance secondaire, car il n'existe qu'un seul conte, diversement modulé. En se fondant sur l'analyse d'un corpus, les contes merveilleux recueillis par Afanassiev dans la Russie du milieu du xixe siècle, Propp démontre que tout conte peut être ramené à une séquence unique, composée d'une série de fonctions : méfait initial, départ du héros, acquisition d'un auxiliaire magique, combat victorieux et retour triomphal sont parmi les principales. Certaines peuvent manquer (on en compte trente et une au total), mais l'ordre de leur succession est immuable. La prolifération des épisodes est ainsi réduite à une monotone simplicité ; le dragon qui ravit la reine, la jument qui piétine c [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  PROPP VLADIMIR IAKOVLEVITCH (1895-1970)  » est également traité dans :

ACTANT

  • Écrit par 
  • Robert SCTRICK
  •  • 454 mots

Si l'on récuse comme entachée de mentalisme l'opposition entre sujet (ou thème) et prédicat, véritable fourre-tout auquel on peut notamment reprocher d'aplanir les reliefs de la structure, on est conduit à remanier la description des rapports formels qui lient les différents éléments d'une phrase. Par exemple, on ne peut manquer d'être frappé par l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/actant/#i_1133

CONTE

  • Écrit par 
  • Bernadette BRICOUT
  •  • 5 800 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Transcription ou trahison ? »  : […] Parole vivante, le conte est inséparable d'un corps. Les intonations du récitant, le timbre de sa voix, ses silences et ses pauses, les accélérations brusques et les lenteurs calculées de la narration, les gestes qui prolongent le message, le dramatisent ou le nuancent, voilà ce qui fait le charme du conte, un charme si fort qu'il crée autour du ré […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/conte/#i_1133

FORMALISME RUSSE

  • Écrit par 
  • Georges NIVAT
  •  • 3 392 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'héritage »  : […] L'héritage des formalistes russes est important et varié. Il semble qu'on peut le classer sous trois rubriques. La première est celle des recherches théoriques : manifestes, travaux, études de courts textes-échantillons, recueils d'articles. Il y a dans cet amas de textes du meilleur et du pire, des outrances démodées et des analyses d'une virtuosi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/formalisme-russe/#i_1133

LITTÉRATURE - La littérature comparée

  • Écrit par 
  • Pierre BRUNEL
  •  • 11 123 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L'étude des motifs »  : […] Le motif est un élément concret, qui s'oppose à l'abstraction et à la généralité du thème. C'est ainsi que le peintre Basil Hallward, dans le roman d'Oscar Wilde Le Portrait de Dorian Gray (1891), pouvait présenter Dorian Gray à lord Henry comme « un motif artistique ». Il va être le sujet de toutes ses toiles, même de celles dont il est apparemme […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/litterature-la-litterature-comparee/#i_1133

MERVEILLEUX

  • Écrit par 
  • Jacques GOIMARD
  •  • 6 673 mots

Dans le chapitre « Le conte »  : […] Le conte merveilleux est un récit de pur divertissement reçu comme fictif par son auditoire, ce qui permet au conteur d'inventer des variantes mais l'oblige à déployer tout son talent pour produire une illusion qui n'est protégée par aucune croyance. La complicité fonctionne parce que l'enjeu est mineur : les dieux et les héros des mythes et des l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/merveilleux/#i_1133

ORALE TRADITION

  • Écrit par 
  • Pascal BOYER
  •  • 4 909 mots

Dans le chapitre « De l'analyse textuelle aux contextes d'énonciation »  : […] L'étude des « formules » et de la composition orale est sans doute une étude partielle, puisqu'elle laisse de côté ce qui semble le plus important, à savoir la thématique de ces littératures. Cet aspect a été, par contre, le principal objet de deux entreprises théoriques essentielles pour l'étude ethnographique de la littérature orale, à savoir l'é […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tradition-orale/#i_1133

QUÊTE, littérature

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre BORDIER
  •  • 687 mots

Notion « fonctionnelle » fondamentale dans le conte populaire, tel que l'a décrit Vladimir Propp, et dans le mythe, la quête est accomplie par le héros en vue de combler le « manque », caractéristique de la situation initiale. À ce titre, elle intervient aussi dans n'importe quel type de récit, d'une façon moins évidente parfois, et que seule l'ana […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/quete-litterature/#i_1133

RÉCIT

  • Écrit par 
  • Louis MARIN, 
  • Jean VERRIER
  •  • 8 852 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre «  Logiques du récit »  : […] Pour décrire une structure narrative, il faut d'abord définir une unité constante de mesure, de comparaison et de classement des différents récits. C'est ce qu'ont cherché Joseph Bédier dans les fabliaux ou Vladimir Propp dans les contes russes. Pour Propp, c'est la fonction, c'est-à-dire l'action d'un personnage, définie du point de vue de sa sig […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/recit/#i_1133

RURALE CIVILISATION

  • Écrit par 
  • Emmanuel LE ROY LADURIE
  •  • 14 397 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La culture orale »  : […] Le folklore cependant déborde très largement le terrain des cultes et des sanctuaires. Il se concrétise aussi par la vivacité d'une culture orale : celle-ci s'incarne par exemple dans le conte populaire, déposé dans la mémoire de conteurs spécialisés qui apprennent leurs histoires par cœur. L'âge venant, ils transmettent les récits à un jeune homm […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/civilisation-rurale/#i_1133

SÉQUENCE, poétique

  • Écrit par 
  • Véronique KLAUBER
  •  • 180 mots

La séquence en narratologie est la combinaison d'au moins trois fonctions (ou atomes narratifs découverts et décrits par Vladimir Propp dans La Morphologie du conte ). Elles correspondent d'une manière générale, et dans l'ordre, à une virtualité d'action, à sa réalisation et au résultat de celle-ci (cf. Claude Bremond, « La Logique des possibles na […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sequence-poetique/#i_1133

Pour citer l’article

André BÉRÉLOWITCH, « PROPP VLADIMIR IAKOVLEVITCH - (1895-1970) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 janvier 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/vladimir-iakovlevitch-propp/