VIṢṆU ou VISHNU ET VICHNOUISME

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

On ne peut véritablement séparer le vichnouisme de l'ensemble religieux de l'Inde brahmanique : il n'est qu'un des aspects de l'hindouisme. Les germes en remontent aux temps védiques et, depuis deux millénaires, la forme qu'il revêt n'a pas profondément changé. Parallèle au shivaïsme, en étroite liaison avec lui, il présente la même ancienneté et évolue de façon analogue au cours des siècles. Bien que de nombreux textes proclament Viṣṇu « dieu des brâhmanes », il n'en reçoit pas moins, de même que Śiva, un culte populaire, tantôt comme l'une des divinités majeures de l'hindouisme, tantôt – et c'est alors qu'on peut parler de vichnouisme – comme l'Absolu personnifié auquel se subordonnent tous les autres dieux : plus exactement, ceux-ci ne sont plus considérés dans ce contexte que comme des manifestations secondaires de Viṣṇu, Dieu suprême.

Viṣṇu

Viṣṇu (autres transcriptions non retenues ici : Vishnu, Vichnou), l'une des deux grandes figures du panthéon hindou, est, comme Śiva, une divinité complexe qui a, au cours des siècles, drainé nombre de courants issus de traditions diverses.

Origine et identifications à Nārāyaṇa, le Puruṣa et Bhagavant

L'étymologie du nom de Viṣṇu reste incertaine ; plusieurs ont été proposées, qui toutes relèvent plus d'un désir d'explication en rapport avec le personnage même que d'une démarche philologique assurée. On peut être tenté de voir dans cette difficulté d'interprétation une preuve de l'origine lointaine de cette dénomination, déjà attestée aux temps védiques. Viṣṇu était alors associé à d'autres êtres divins, les Āditya, fils d'Aditi, la « Sans limites » ; les sept Āditya primitifs devinrent huit, puis, à une époque plus récente, douze, et on les assimile alors aux mois de l'année.

L'une des plus vieilles légendes concernant Viṣṇu est celle du nain Vāmana, qui se mue soudain en géant et parcourt en trois pas – deux visibles, le troisième invisible – la triade des mondes. On y a vu la trace d'attaches solaires du dieu : les trois pas (trivikrama) seraien [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 14 pages



Médias de l’article

Vishnu, art de l'Inde

Vishnu, art de l'Inde
Crédits : Bridgeman Images

photographie

Statuette de Vishnu, art de l'Inde

Statuette de Vishnu, art de l'Inde
Crédits : Bridgeman Images

photographie





Écrit par :

  • : directeur d'études honoraire à l'École pratique des hautes études (Ve section)

Classification


Autres références

«  VISNU ou VISHNU ET VICHNOUISME  » est également traité dans :

ADVAITA

  • Écrit par 
  • Jean FILLIOZAT
  •  • 1 576 mots

Dans le chapitre « Rāmānuja et la réalité du monde »  : […] La deuxième des formes majeures de l' advaita est le viśiṣṭādvaita enseigné par Rāmānuja ( xii e  siècle), populaire chez les adorateurs de Viṣṇu, particulièrement chez les Śrīvaiṣṇava. L'Être suprême sans second n'existe pas seulement à part, isolé du monde illusoire, mais encore il est présent dans les choses particularisées ( viśiṣṭa ) du monde phénoménal, et notamment dans les manifestations d […] Lire la suite

ĀLVĀR

  • Écrit par 
  • Jean FILLIOZAT
  •  • 1 254 mots

Les Āḻvār (« Plongés » en Dieu) sont des poètes tamouls du sud de l' Inde, révérés comme saints, auteurs de poèmes de dévotion à Viṣṇu, et dont le groupe fait pendant au groupe des dévots de Śiva, les Nayanmār. Les transports de la mystique animent leurs œuvres qui marquent l'essor d'un grand mouvement religieux, la bhakti. […] Lire la suite

ANGKOR

  • Écrit par 
  • Bruno DAGENS, 
  • Claude JACQUES, 
  • Albert LE BONHEUR
  •  • 4 576 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Angkor Vat »  : […] L'achèvement classique de l'architecture khmère est Angkor Vat (« la ville qui est un temple »), extraordinaire par l'impression d'ascension vertigineuse que donne son massif central sommé d'un sanctuaire cruciforme, et par la belle ordonnance horizontale, qui a fait penser à Versailles. Ce temple vichnouite, construit par Sūryavarman II (1113-1145), est le plus vaste (1 500 × 1 200 m pour le con […] Lire la suite

AVATĀRA

  • Écrit par 
  • Anne-Marie ESNOUL
  •  • 853 mots

Le terme avatāra (formé du préfixe ava , qui marque un mouvement de haut en bas, et de la racine tṛ « traverser »), en son sens originel et restreint, désigne une descente , c'est-à-dire une incarnation du dieu Viṣṇu, dans le dessein de rétablir l'ordre cosmique et moral troublé par des puissances démoniaques. Cette notion s'est étendue par la suite à Lakṣmī, la parèdre du dieu, ainsi qu'à d'autr […] Lire la suite

BHAGAVAD GĪTĀ

  • Écrit par 
  • Anne-Marie ESNOUL
  •  • 2 183 mots

La Bhagavad Gītā , « Chant du Bienheureux Seigneur », est un des longs passages spéculatifs insérés dans le Mahābhārata , la grande Épopée indienne, mais sa composition et son inspiration en font un tout autonome. Elle expose l'enseignement métaphysique et mystique donné par Viṣṇu, sous la forme de Kṛṣṇạ, à l'un des princes, héros de la guerre qui va mettre aux prises deux clans rivaux et apparen […] Lire la suite

BHĀGAVATA PURĀṆA

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 328 mots

Ouvrage qui compte parmi les plus illustres des textes sacrés hindous de langue sanskrite, connus sous le nom de Purānas. C'est le livre sacré des Bhāgavatas, dévots de Vishnu, qui est vénéré sous le nom de Bhagavant, le « Gracieux Seigneur ». Le Bhāgavata Purāṇa (« Histoires anciennes du Seigneur »), peut-être le plus récent des Purānas, est vraisemblablement postérieur au x e  siècle ; on situe […] Lire la suite

BHAKTI

  • Écrit par 
  • Anne-Marie ESNOUL
  •  • 1 449 mots

Dans le chapitre « Les origines »  : […] Quoique cet aspect du culte soit sans doute fort ancien, le terme lui-même n'est attesté qu'à l'époque de l'Épopée ( Mahābhārata ) ; le célèbre épisode de la Bhagavad Gītā l'inclut dans son énumération des trois voies d'accès à la libération : le bhaktimārga , chemin de la dévotion, y est déclaré supérieur aux deux autres (celui du rite et celui de la gnose). Probablement contemporaine des passag […] Lire la suite

BRAHMANISME

  • Écrit par 
  • Anne-Marie ESNOUL
  •  • 3 618 mots

Dans le chapitre « Les divinités »  : […] Le brahmanisme et l'hindouisme qui en est issu se caractérisent par la facilité avec laquelle ils assimilent les divinités et les croyances qu'ils rencontrent. Ainsi le brahmanisme, héritier du védisme, va conserver la plupart de ses divinités, en même temps qu'il adoptera, les assimilant à ses dieux, celles auxquelles rendaient un culte des groupes sinon autochtones, du moins installés antérieu […] Lire la suite

CAITANYA ou CHAÏTANYA (1485-1534)

  • Écrit par 
  • Jean VARENNE
  •  • 487 mots

Né dans une famille de brahmanes orthodoxes du Bengale, Caitanya (Chaïtanya) devint fameux lorsqu'il prêcha une forme nouvelle de religion de bhakti (« dévotion ardente ») dans laquelle Krishna n'était plus présenté comme un simple avatar de Vishnu, mais comme le dieu suprême dont les autres divinités (y compris Vishnu lui-même) ne sont que des manifestations secondaires. Fondant sa prédication su […] Lire la suite

ELLORĀ

  • Écrit par 
  • Rita RÉGNIER
  •  • 1 314 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les grottes brahmaniques et jaïnas, le Kailāsa »  : […] Le groupe brahmanique – seize grottes – témoigne d'une puissante vitalité et de qualités esthétiques indéniables. Les salles sont le plus souvent rectangulaires et abritent un sanctuaire sur lequel veillent des gardiens ( dvārapāla ) et les déesses fluviales Gaṅgā et Yamunā. Aux murs alternent des parties nues et des panneaux sculptés illustrant les caractères des divinités majeures, Çiva et Viṣṇu […] Lire la suite

GĪTA-GOVINDA

  • Écrit par 
  • Jean VARENNE
  •  • 477 mots

L'un des plus célèbres poèmes lyriques de la littérature sanskrite. Attribué avec la plus grande vraisemblance à un brahmane bengali du xii e  siècle, nommé Jayadéva, le Gīta-Govinda (« célébration du bouvier Krishna ») est, en fait, un petit drame à deux personnages, Krishna et Rādhā, auxquels s'ajoutent quelques comparses. Avatāra (« incarnation ») du dieu Vishnu, le jeune prince Krishna parcour […] Lire la suite

GUJARĀTĪ LITTÉRATURE

  • Écrit par 
  • Françoise MALLISON
  •  • 2 600 mots

Dans le chapitre « Gujarātī médiéval (XVe-XIXe siècle) »  : […] Née avec le début du règne des sultans indépendants du Gujarāt (1411-1573), la littérature en gujarātī médiéval est presque exclusivement hindoue, peut-être patronnée par les féodaux rājpūts des suzerains musulmans d'Ahmedabad. Elle se regroupe autour de deux thèmes : l'expression d'une dévotion personnelle à Dieu ( bhakti ) en de courts hymnes ( pada ), et la transmission de la culture hindoue p […] Lire la suite

HANUMANT ou HANUMAN

  • Écrit par 
  • Jean VARENNE
  •  • 243 mots
  •  • 1 média

Divinité hindoue que l'iconographie représente comme un singe à visage vaguement humanisé et à laquelle la dévotion populaire voue, en Inde, un culte particulier . Hanumant est un des personnages majeurs de l'épopée classique. Le Rāmāyana met en effet en scène une incarnation ( avatāra ) de Vishnu, le prince Rāma, que diverses circonstances amènent à rechercher l'alliance du roi des singes pour r […] Lire la suite

ÉPOPÉE

  • Écrit par 
  • Emmanuèle BAUMGARTNER, 
  • Maria COUROUCLI, 
  • Jocelyne FERNANDEZ, 
  • Pierre-Sylvain FILLIOZAT, 
  • Altan GOKALP, 
  • Roberte Nicole HAMAYON, 
  • François MACÉ, 
  • Nicole REVEL, 
  • Christiane SEYDOU
  •  • 11 798 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « L'univers épique »  : […] Le contenu de cette tradition épique est un tissu de mythologie et d'histoire inscrites dans des conceptions définies des êtres, de l'espace et du temps. Les êtres qui animent les récits sont d'espèces très diverses. Les dieux sont les principaux protagonistes. Ils sont hiérarchisés en classes et en fonction de leur personnalité. Il y a un être suprême, Śiva, Viṣṇu ou Devī, etc., selon la religio […] Lire la suite

HINDOUISME

  • Écrit par 
  • Anne-Marie ESNOUL
  •  • 9 181 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Le courant vishnouite »  : […] À l'époque où les textes de la tradition shivaïte signalaient la secte des pāśupata, en milieu vishnouite s'affirmaient les sectes bhāgavata et pāñcarātra , qui présentent entre elles de nombreuses similitudes, mais que les ouvrages vishnouites eux-mêmes distinguent les unes des autres. Les deux groupes adorent également Kṛṣṇa-Vāsudeva, mais les bhāgavata semblent appartenir à la filiation direct […] Lire la suite

HOLI ou FÊTE DES COULEURS

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 422 mots

La fête des couleurs, Holi, est une journée fériée en Inde ; elle est célébrée massivement par les hindouistes dans l’Inde du Nord au printemps, le jour de la pleine lune du mois de ph ā lguna (en février-mars). Elle partage de nombreuses caractéristiques avec l’antique fête romaine des saturnales, à l’instar du carnaval dans certains pays chrétiens. Les participants se jettent de l’eau et des po […] Lire la suite

INDE (Arts et culture) - Les doctrines philosophiques et religieuses

  • Écrit par 
  • Jean FILLIOZAT
  •  • 16 833 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Philosophies des religions »  : […] Les grandes épopées, Mahābhārata et Rāmāyaṇa , montrent dans une affabulation épique la merveille des incarnations divines. Dans le Mahābhārata , ce sont des incarnations des dieux védiques dont les héros sont des fils et aussi l'incarnation directe en Kṛṣṇa de l'Être suprême, Viṣṇu. Dans le Rāmāyaṇa , c'est l'incarnation de Viṣṇu encore en Rāma. Ces textes contiennent des enseignements philosoph […] Lire la suite

INDE (Arts et culture) - L'art

  • Écrit par 
  • Raïssa BRÉGEAT, 
  • Marie-Thérèse de MALLMANN, 
  • Rita RÉGNIER
  •  • 49 132 mots
  •  • 62 médias

Dans le chapitre « Vichnouisme »  : […] Viṣṇu est caractérisé par une haute tiare d'orfèvrerie, par une longue guirlande tombant jusqu'à ses genoux et par quatre attributs : la fleur de nelumbium, le disque, la massue, la conque. Il est souvent figuré couché sur le corps lové d'un serpent polycéphale symbolisant l'Éternité, et qui sert de lit de repos au dieu dans l'intervalle des avatāra de celui-ci. Les avatāra , « descentes transitoi […] Lire la suite

KABĪR (1440-1518)

  • Écrit par 
  • Charlotte VAUDEVILLE
  •  • 2 672 mots

Dans le chapitre « Les « Paroles » de Kabīr »  : […] On sait peu de choses de Kabīr, si ce n'est qu'il était un Julāhā, c'est-à-dire un tisserand musulman, et qu'il vivait à Bénarès, la cité sainte de l'hindouisme, alors soumise comme toute l'Inde septentrionale et centrale à l'hégémonie musulmane. Les Julāhās, artisans de basse caste passés à l'islam, n'étaient que superficiellement islamisés. On a même douté que Kabīr, en dépit de son nom musulman […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Anne-Marie ESNOUL, « VIṢṆU ou VISHNU ET VICHNOUISME », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 février 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/visnu-vishnu-et-vichnouisme/