VIENNE (CONGRÈS DE)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Après leur victoire sur Napoléon, au printemps de 1814, les quatre principales puissances victorieuses décident de convoquer à Vienne un congrès de tous les États d'Europe. Vingt années de guerre et de bouleversements territoriaux ne permettent pas d'en revenir simplement au statut de 1789 ; un nouvel ordre européen doit être établi qui perpétuera la paix retrouvée. Dans la capitale autrichienne se trouvent donc réunis, dans les derniers mois de 1814, souverains, princes, hommes d'État, diplomates, courtisans, observateurs, intrigants de toute sorte. Metternich, metteur en scène principal de la grande représentation, occupe les loisirs de cette foule par une série de fêtes (concerts, bals, réceptions, opéras, revues militaires), d'où le mot fameux du prince de Ligne : « Le congrès ne marche pas, il danse. » Les quatre grands (Autriche, Grande-Bretagne, Prusse, Russie) entendent bien régler entre eux les principales questions. Dans ce but, leurs ministres tiennent des réunions préliminaires à la fin de septembre, bien avant l'ouverture officielle du Congrès le 1er novembre 1814. Pour l'Autriche, Metternich est assisté par Friedrich von Gentz ; l'Angleterre est représentée par le Foreign Secretary lord Castlereagh, remplacé à partir de février 1815 par Wellington et lord Clancarty ; c'est le chancelier Hardenberg et Wilhelm von Humboldt qui défendent les intérêts de la Prusse ; quant à la Russie, les ministres Nesselrode et Razoumovski ne sont que les porte-parole du tsar Alexandre Ier. Lorsque Talleyrand, représentant de Louis XVIII, arrive à Vienne le 24 septembre, il va habilement exploiter les rivalités qui naissent entre les vainqueurs au sujet des attributions territoriales et des zones d'influence ; il s'élève contre la « dictature » des quatre alliés, et il est soutenu par l'Espagne et les autres puissances. La direction du Congrès est finalement assumée par un comité des huit signataires du traité de Paris du 30 mai 1814, comprenant, en plus des quatre grands, la France, l'Espagne, le Portugal et la Suède. D'autres commissions spécialisées sont mises en place, parmi lesquelles la plus importante est celle de « statistique », chargée d'évaluer les territoires disputés en fonction de leur surface, de leur population et de leur richesse. Toutefois, les décisions principales continuent à être prises au cours de conférences privées des représentants des Quatre, auxquelles Talleyrand est finalement admis. Les accords, à mesure qu'ils sont obtenus, sont insérés dans des traités signés par les seules parties concernées. Tous ces règlements, au nombre de dix-sept, sont résumés et coordonnés dans un Acte final signé le 9 juin 1815 par les Huit : les autres États sont seulement invités à y « accéder ». Après les premières escarmouches de procédure, le principal conflit porta sur la Pologne. Le tsar souhaitait la rétablir sous la forme d'un royaume autonome dont il aurait été le souverain : la Prusse recevant, en compensation des territoires polonais rétrocédés par elle à la Russie, la Saxe, dont le roi deviendrait souverain en Rhénanie. Ce projet fut fortement combattu par l'Autriche et la Grande-Bretagne. La controverse devint si rude que les Prussiens, soutenus par la Russie, menacèrent de recourir aux armes. Ce à quoi Castlereagh opposa un traité secret d'alliance Grande-Bretagne - Autriche - France signé le 3 janvier 1815. Talleyrand pouvait se vanter d'avoir brisé le front des Alliés. Un compromis fut enfin trouvé : la Prusse conservait une partie de ses anciens territoires polonais (Posnanie), prenait seulement les deux cinquièmes de la Saxe et recevait les territoires rhénans, primitivement destinés à l'indemnisation du souverain saxon. Ainsi devenait-elle la gardienne sur le Rhin contre toute tentative de la France de reprendre ces provinces qu'elle avait occupées depuis vingt ans : seul résultat tangible et durable des habiles manœuvres de Talleyrand.

Congrès de Vienne

Photographie : Congrès de Vienne

Congrès de Vienne (novembre 1814-juin.1815). Séance des plénipotentiaires des huit principales puissances européennes, signataires du traité de Paris du 30 mai 1814. Jean-Baptiste Isabey, Le Congrès de Vienne. Sépia, 1815. Musée du Louvre, Paris. 

Crédits : Erich Lessing/ AKG

Afficher

En bref, les résultats du Congrès sont les suivants : la France est tenue en respect par une couronne d'États tampons (royaume de Piémont-Sardaigne, Confédération helvétique, Rhénanie prussienne, royaume des Pays-Bas comprenant la Hollande et la Belgique) ; le butin territorial est réparti entre les grands vainqueurs ; une Confédération germanique composée de trente-quatre États souverains et de quatre villes libres, liés par un pacte défensif et une diète confédérale à Francfort, est établie ; l'Italie est divisée en sept États sous l'hégémonie autrichienne ; l'internationalisation de la navigation sur le Rhin et le Danube est décidée ; on accepte un code d'étiquette diplomatique.

Le principal reproche formulé contre le Congrès de Vienne est d'avoir disposé des peuples au gré des convenances des souverains sans tenir compte des aspirations nationales dont l'explosion, à partir de 1848 surtout, allait rendre caduque l'œuvre des diplomates de 1815. Mais l'équilibre réaliste établi entre les grandes puissances, le fait que les arrangements avaient été acceptés d'un commun et libre consentement des parties jetaient les bases d'une paix durable ; en effet, l'ordre établi à Vienne allait se soutenir tant bien que mal pendant une quarantaine d'années au cours desquelles le continent européen évita toute grande guerre.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages


Écrit par :

Classification

Autres références

«  VIENNE CONGRÈS DE (1814-1815)  » est également traité dans :

CONGRÈS DE VIENNE, en bref

  • Écrit par 
  • Olivier COMPAGNON
  •  • 198 mots
  •  • 1 média

Le 1er novembre 1814 débutent les négociations officielles du congrès de Vienne, réuni à l'initiative des quatre grands vainqueurs de Napoléon Ier (Grande-Bretagne, Prusse, Russie et Autriche), afin de restaurer la paix en Europe et d'en finir avec l'ère révolutionnaire issue […] Lire la suite

ABOLITION INTERNATIONALE DE LA TRAITE ATLANTIQUE

  • Écrit par 
  • Jean BOULEGUE
  •  • 191 mots
  •  • 1 média

La traite des Noirs par l'Atlantique a débuté au xv e  siècle, à destination de l'Europe, mais c'est après la découverte de l'Amérique qu'elle a pris son essor, pour fournir de la main-d'œuvre aux plantations. Les estimations sur le nombre de personnes déportées d'Afrique en Amérique varient, pour la plupart, entre dix et vingt millions. Le xviii e  siècle fut la pire période, mais il vit aussi le […] Lire la suite

ABOLITIONNISME, histoire de l'esclavage

  • Écrit par 
  • Jean BRUHAT
  •  • 2 930 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « L'accord des puissances contre la traite »  : […] En Angleterre, en revanche, les abolitionnistes, en raison surtout de l'entêtement de Wilberforce et de son disciple Thomas Buxton, et aussi parce que le travail servile ne présente plus d'intérêt économique, obtiennent en 1807 la suppression de la traite. Le 1 er  janvier 1808, aux États-Unis, entre en vigueur une décision datée de 1794 qui interdisait l'importation d'esclaves d'Afrique. Ces mesu […] Lire la suite

BELGIQUE - Histoire

  • Écrit par 
  • Guido PEETERS
  •  • 20 612 mots
  •  • 16 médias

Dans le chapitre « La parenthèse française et hollandaise (1795-1830) »  : […] Le 26 juin 1794, le général français JeanBaptiste Jourdan battait définitivement les troupes autrichiennes à Fleurus, et par le traité de Campoformio (1797) l'Autriche reconnaissait formellement la cession des Pays-Bas du Sud à la France. La France annexait également la principauté de Liège, laquelle faisait désormais partie de la France au même titre que les autres provinces belges. Au cours de […] Lire la suite

CASTLEREAGH HENRY ROBERT STEWART marquis de LONDONDERRY et vicomte (1769-1822)

  • Écrit par 
  • Guillaume de BERTHIER DE SAUVIGNY
  •  • 367 mots

Né la même année que Napoléon et Wellington, issu comme ce dernier de l'aristocratie anglaise établie en Irlande du Nord, Castlereagh fait d'abord carrière dans l'administration irlandaise ; après l'Acte d'union, en 1800, il est élu député au Parlement de Westminster. Après avoir occupé un poste secondaire dans le ministère d'Addington en 1802, il est appelé par Pitt au ministère de la Guerre et d […] Lire la suite

COALITION GUERRES DE (1792-1815)

  • Écrit par 
  • Jean TULARD
  •  • 1 058 mots
  •  • 1 média

Pendant dix années consécutives, de 1792 à 1802, puis pendant douze autres années consécutives, de 1803 à 1815, la France s'est trouvée en guerre avec les principales puissances de l'Europe. La guerre déclarée par Louis XVI et l'Assemblée législative au « roi de Hongrie et de Bohême » trouve son origine dans les rassemblements d'émigrés en territoire allemand et les réclamations des princes posses […] Lire la suite

FLEUVES INTERNATIONAUX

  • Écrit par 
  • Hubert THIERRY
  •  • 3 822 mots

Dans le chapitre « Internationalisation des fleuves »  : […] Antérieurement à la Révolution, le droit fluvial européen était caractérisé par le monopole de chaque État riverain sur la portion du fleuve qu'il contrôlait. Aussi la navigation fluviale était-elle entravée par de nombreux octrois et, dans certains cas, par l'obligation de « rompre charge », c'est-à-dire de décharger les marchandises, dont le transport était assuré successivement par les navires […] Lire la suite

FRANÇOIS II (1768-1835) empereur germanique (1792-1806) puis FRANÇOIS Ier empereur d'Autriche (1804-1835)

  • Écrit par 
  • Jean BÉRENGER
  •  • 631 mots

Né à Florence, où son père, le futur Léopold II, gouvernait le grand-duché de Toscane (devenu depuis 1738 bien patrimonial des Habsbourg-Lorraine), François II est le dernier empereur germanique, puisque le Saint Empire est dissous en 1806, et le premier empereur héréditaire d'Autriche (1804) sous le nom de François I er . Cette simple affaire de protocole annonce le retrait progressif des Habsbou […] Lire la suite

LÉGITIMITÉ

  • Écrit par 
  • Paul BASTID
  •  • 4 455 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La règle et son dépassement »  : […] En quoi légitime se distingue-t-il de légal  ? Comment des pouvoirs légaux peuvent-ils être illégitimes ? Le dictionnaire de Littré, d'ordinaire si éclairant, ne nous est pas ici d'un grand secours. Ses définitions font tout de suite apparaître la difficulté d'établir un rapport rigoureux entre légitime et légal , entre légitimité et légalité . Le premier sens qu'il donne du mot légitime , c'es […] Lire la suite

LIGNE CHARLES JOSEPH prince de (1735-1814)

  • Écrit par 
  • Louis TRENARD
  •  • 735 mots

Issu d'une famille illustre des Pays-Bas, né à Bruxelles, Charles Joseph de Ligne est lui-même homme de guerre, diplomate et écrivain ; il hérite des titres de prince du Saint Empire, chevalier de la Toison d'Or, grand d'Espagne, grand bailli de Hainaut. Élevé avec rudesse, tôt intéressé aux récits et à l'observation des champs de bataille (Fontenoy, Ath, Mons, Tournai), il se distingue pendant la […] Lire la suite

Les derniers événements

14-20 juillet 2015 Iran - O.N.U. Accord final sur le dossier nucléaire.

Aux États-Unis, les républicains critiquent également le texte de l’accord, qui doit être examiné par le Congrès. L’Arabie Saoudite sunnite, rivale régionale de l’Iran chiite, exprime son espoir de bâtir avec Téhéran de « meilleures relations » fondées sur le « bon voisinage et la non-ingérence dans les affaires internes ». De leur côté, les Iraniens fêtent un accord qui doit contribuer à rompre l’isolement économique de leur pays. […] Lire la suite

8-21 septembre 2002 Autriche. Éclatement de la coalition au pouvoir et annonce d'élections anticipées

Or Jörg Haider a obtenu l'appui de la majorité des délégués au congrès du F.P.Ö. Le 9, le chancelier Schüssel annonce la démission de son gouvernement et la convocation d'élections anticipées début décembre au plus tard. Le 21, le congrès du F.P.Ö. élit le ministre des Transports, Mathias Reichhold, à la présidence du parti, tandis que Jörg Haider annonce, une fois de plus, son retrait de la politique. […] Lire la suite

11-30 mai 1989 États-Unis – U.R.S.S. Nouvelles propositions sur le désarmement classique et compromis à l'O.T.A.N. sur les missiles nucléaires à courte portée

, à la condition toutefois que soit conclu d'ici six mois à un an un accord global sur le désarmement conventionnel à Vienne. Le plan américain est accueilli favorablement par les alliés atlantiques comme par Moscou. À peine modifié, il est adopté, le 30, par le sommet de l'O.T.A.N. Le 30, Mikhaïl Gorbatchev révèle devant le Congrès des députés du peuple le montant exact des crédits militaires soviétiques, qui représentent 15,6 p. […] Lire la suite

27-31 mai 1986 États-Unis – U.R.S.S. Annonce d'un abandon prochain des accords S.A.L.T.-II par Washington

-II, signé à Vienne en juin 1979 par Leonid Brejnev et Jimmy Carter, mais jamais ratifié par le Congrès américain. Ces accords de limitation des armements nucléaires ont toutefois été appliqués, mais désormais les Américains les jugent caducs et affirment même que les Soviétiques les ont déjà violés. La Maison-Blanche précise que le plafond de 1 320 vecteurs à ogives multiples fixé par S. […] Lire la suite

24 janvier - 1er février 1985 Autriche. Scandale politique à la suite de l'accueil par un ministre du criminel de guerre nazi Walter Reder

Le 26 s'ouvre à Vienne, pour la première fois depuis la fin de la guerre, les travaux du Congrès juif mondial. Le chancelier vient personnellement exprimer, à la tribune, la « peine » que lui cause cette affaire. Le 28, Fred Sinowatz rappelle son ministre de la Défense qui était en visite officielle en Égypte et le somme de s'expliquer sur son attitude. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Guillaume de BERTHIER DE SAUVIGNY, « VIENNE (CONGRÈS DE) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 08 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/vienne-congres-de/