GARCÍA VICTOR (1934-1982)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Victor García était argentin, mais contrairement à ses compatriotes du groupe TSE et à Jorge Lavelli, il n'était pas un enfant des villes. Né à Tucumán, il est élevé dans une ferme isolée, à deux mille kilomètres de Buenos Aires. Sa vie et son œuvre sont marquées par une sorte de sauvagerie masochiste due au refus viscéral des masques sociaux, par un paganisme diffus et sacrilège. Il fait ses études à Buenos Aires (architecture, beaux-arts, danse et mime) et forme un groupe de théâtre indépendant. En 1962, il s'exile à Paris sans but précis. Il vit alors d'expédients entre Saint-Michel et les Halles. Il entre à l'université du théâtre des Nations. Son atelier obtient le premier prix avec le Retable de don Cristobal qu'il reprend à la demande de Jean-Marie Serreau au Pavillon de Marsan, et complète avec La Rose de papier. Lorca et Valle Inclán en espagnol révèlent le génie baroque de García.

En 1965, il participe au concours des jeunes compagnies avec un Ubu, dont le style grotesque est poussé jusqu'au cauchemar. Il n'obtient pas de prix, mais se rend au festival de Liège et aux Nuits de Bourgogne où, l'année suivante, il monte une première version du Cimetière des voitures (quatre pièces d'Arrabal mêlées). García peut-il rester seulement metteur en scène de festival ? Il part, en tout cas, pour le Portugal où il monte des « autosacramentales » de Calderón présentées durant deux jours à la Biennale de Paris. Il reprend de façon régulière Le Cimetière des voitures au théâtre des Arts aujourd'hui disparu. La scène, encombrée de carcasses rouillées, déborde sur la salle. Les spectateurs sont encerclés d'une passerelle sur laquelle se déroule une procession barbare. Les chuintements du tissu sur le bois, les claquements du métal forment une musique qui donne au texte une dimension incantatoire.

Peter Brook engage García pour son centre de recherc [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification

Pour citer l’article

Colette GODARD, « GARCÍA VICTOR - (1934-1982) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 17 mai 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/victor-garcia/