SERREAU JEAN-MARIE (1915-1973)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

On pouvait rencontrer, un jour, une heure, Jean-Marie Serreau dans une galerie du musée du Louvre, notant, regardant, écoutant. Si sa rencontre avec Brecht fut si importante et l'a amené le premier à faire connaître l'auteur en France, il est demeuré aussi l'un des metteurs en scène obstinément vivants du jeune théâtre. Ce théâtre, poursuivi et inachevé, mais qui donne parfois les œuvres les plus fortes, situées aux carrefours essentiels du développement dramatique actuel ! Serreau s'est intéressé au théâtre noir et africain, et le parallèle avec l'œuvre et le cheminement personnel de Roger Blin s'impose. Il a pu demeurer le metteur en scène de Ionesco et devenir celui de Kateb Yacine et d'Aimé Césaire, sachant travailler en profondeur avec des comédiens aussi différents par leur origine que par leur formation. Il monte Brecht, Adamov, Kafka, puis dirige le théâtre de Babylone en 1952 où sont créés par d'autres En attendant Godot de Beckett et Comment s'en débarrasser d'Eugène Ionesco. Il anime le théâtre de Lutèce de 1951 à 1961, et crée la première pièce d'Arrabal et Biedermann de Max Frisch. Comme pour Le Roi Christophe d'Aimé Césaire, il s'agit pour Serreau d'ajouter à la leçon de Brecht le tranchant de l'ironie. En 1970, il fonde le Théâtre de la Tempête, avec lequel il créera en 1973 une pièce d'un poète breton, Paol Keineg. La Comédie-Française l'avait invité entre-temps à monter L'Otage et Le Pain dur de Claudel ainsi que La Soif et la faim de Ionesco. La mort le frappe alors, dans une intense période de création.

—  Armel MARIN

Écrit par :

  • : metteur en scène, conseiller en éducation populaire et techniques d'expression

Classification


Autres références

«  SERREAU JEAN-MARIE (1915-1973)  » est également traité dans :

SERREAU GENEVIÈVE (1915-1981)

  • Écrit par 
  • Nadine VASSEUR
  •  • 549 mots

Fille de pasteur, Geneviève Serreau naît le 13 août 1915 à Oléron, où elle passe son enfance, baignée dans la lecture assidue de la Bible et un climat d'étude qui stimuleront très tôt son attirance profonde pour la littérature. Agrégative de lettres, elle part pour Lyon pendant la guerre, où elle devient l'élève de Charles Dullin et rencontre, en 1942, son mari Jean-Marie Serreau. Elle découvre al […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/genevieve-serreau/#i_43659

THÉÂTRES DE LA RIVE GAUCHE

  • Écrit par 
  • Colette GODARD
  •  • 1 979 mots

Alors que, sur la rive droite, le Boulevard visait et obtenait les grosses recettes, alors que prenait forme, avec éclat au T.N.P., plus difficilement en province, un théâtre à vocation populaire, quelques pauvres petites salles, presque toutes situées sur la rive gauche de la Seine, démunies de soutien financier public comme privé, se sont payé le luxe de découvrir presque tout ce qui a compté da […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/theatres-de-la-rive-gauche/#i_43659

Pour citer l’article

Armel MARIN, « SERREAU JEAN-MARIE - (1915-1973) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-marie-serreau/