VERTÈBRES ET RACHIS

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Colonne vertébrale humaine

La vertèbre s'apparente aux os courts, au moins pour sa partie la plus volumineuse, le corps, formé d'un noyau de tissu spongieux entouré d'une mince couche corticale d'os compact.

Le tissu spongieux, très vascularisé, contient une moelle osseuse très riche ; plus de la moitié des globules du sang sont fabriqués au niveau des corps vertébraux. La fragilité de ce tissu spongieux explique la fréquence des fractures des corps vertébraux par tassement.

En arrière du corps s'étend l'arc neural. Il s'ordonne autour d'un vaste orifice, le trou vertébral. L'arc neural est formé par les deux pédicules en avant, les deux lames en arrière. Celles-ci s'unissent sur la ligne médiane postérieure. Sur l'arc neural s'insèrent des saillies qui font de la vertèbre un os apophysaire. Il faut citer en premier l'apophyse épineuse, lame sagittale postérieure implantée au point de jonction des lames.

À l'union du pédicule et de la lame se détachent de chaque côté trois prolongements, un latéral, l'apophyse transverse, deux verticaux, munis de surfaces cartilagineuses, les apophyses articulaires, supérieure et inférieure. L'aspect des vertèbres varie d'un segment à l'autre du rachis.

Vertèbres : principaux types

Dessin : Vertèbres : principaux types

Dessin

Principaux types de vertèbres (face supérieure). 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Différenciations vertébrales

La vertèbre cervicale type, C4, a un corps de forme rectangulaire, qui se relève, sur sa surface supérieure en deux crochets latéraux. Le pédicule se dirige en dehors et en arrière, ce qui agrandit le trou vertébral, lui donne une forme triangulaire. La lame est plus large que haute. L'épineuse est prismatique triangulaire, creusée d'une gouttière inférieure ; elle se termine par une extrémité bifide et bituberculeuse. L'apophyse transverse, pourvue de deux racines, dessine une gouttière ouverte en haut. Elle est perforée, par l'artère vertébrale, en trou transversaire. Cette apophyse se dirige en dehors, un peu en avant, et se renfle à son extrémité en tubercule antérieur et tubercule postérieur. Chaque apophyse articulaire possède une facette cartilagineuse ovoïde, inclinée à 45 0 sur le plan vertical et sur le plan horizontal.

La vertèbre dorsale type, D6, [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 8 pages

Médias de l’article

Embryon de Vertébré : corde dorsale

Embryon de Vertébré : corde dorsale
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Sélacien : vertèbre

Sélacien : vertèbre
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Sclérotomes

Sclérotomes
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Tétrapodes et Crossoptérygien : vertèbres

Tétrapodes et Crossoptérygien : vertèbres
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Afficher les 7 médias de l'article


Écrit par :

  • : ancien professeur à la faculté des sciences, université de Paris-VII
  • : professeur à la faculté de médecine de Paris

Classification

Autres références

«  VERTÈBRES ET RACHIS  » est également traité dans :

ABDOMEN

  • Écrit par 
  • Claude GILLOT
  •  • 6 346 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « La paroi abdominale »  : […] La paroi abdominale se caractérise par une charpente osseuse raréfiée et une excellente couverture musculaire. a ) Le squelette abdominal est essentiellement formé par la portion lombaire de la colonne vertébrale (fig. 2). En situation postérieure et médiane, elle représente le seul pont osseux tendu de la cage thoracique au bassin. Les cinq vertèbres lombaires, très larges, unies par des disque […] Lire la suite

AMPHIBIENS ou BATRACIENS

  • Écrit par 
  • Pierre CLAIRAMBAULT, 
  • Philippe JANVIER, 
  • Jean-Claude RAGE
  •  • 6 171 mots
  •  • 19 médias

Dans le chapitre « Colonne vertébrale »  : […] Comme chez les autres vertébrés, le squelette axial s'organise autour de la corde dorsale, par ossification. L'adaptation à la vie terrestre correspond à un renforcement de la colonne vertébrale. Dans le groupe de poissons ancêtres des Tétrapodes, chaque vertèbre était constituée de trois parties : deux d'entre elles forment le corps vertébral et la troisième l'arc neural. Chez les premiers Té […] Lire la suite

ARTICULATIONS

  • Écrit par 
  • Claude GILLOT, 
  • André-Paul PELTIER
  •  • 6 080 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Amphiarthroses »  : […] Les articulations discovertébrales qui unissent entre eux les corps vertébraux de deux vertèbres adjacents constituent la variété numériquement la plus importante d'amphiarthroses. Fonctionnellement, ces articulations ont une place majeure, et pratiquement, en pathologie humaine, leur atteinte est responsable d'un pourcentage élevé des consultations de rhumatologie. Il existe chez l'homme normal […] Lire la suite

COMPRESSION MÉDULLAIRE

  • Écrit par 
  • François BOURNÉRIAS
  •  • 422 mots

Selon qu'elles sont le résultat d'une évolution lente ou qu'elles se sont constituées brusquement, les compressions de la moelle épinière, dites compressions médullaires, dans le canal rachidien posent des problèmes bien différents. La compression médullaire lente , qui évolue pendant des mois, voire des années, se manifeste d'abord par des signes d'une grande discrétion, comme une fatigabilité an […] Lire la suite

DÉFAUTS DE FERMETURE DU TUBE NEURAL

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 677 mots

Ces malformations concernent tout défaut congénital du cerveau ou de la moelle épinière, résultant du développement anormal du tube neural (élément précurseur de la moelle épinière) au cours des premières étapes de la vie embryonnaire. Les défauts de fermeture du tube neural s'accompagnent en règle générale de malformations de la colonne vertébrale ou du crâne. Lors du développement normal, une p […] Lire la suite

DOCODONTES

  • Écrit par 
  • Jean-Louis HARTENBERGER
  •  • 1 506 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Les premiers fossiles complets de docodontes »  : […] Le premier fossile complet de docodonte, Castorocauda lutrasimilis , a été découvert en 2004 dans la province du Liaoning, dans les couches de Daohugou. Ce même gisement a également livré le mammifère volant Volaticotherium , qui est classé parmi les Triconodontes ( Mammalia primitifs), et Pseudotribos , fouisseur insectivore proche des Monotrèmes (groupe des Mammalia ). Bien conservé, Castorau […] Lire la suite

DORSALGIE

  • Écrit par 
  • Jean-Paul CAMUS
  •  • 247 mots

Le mal de dos est une cause très fréquente de consultation en rhumatologie et/ou en médecine générale. Souvent, les malades confondent colonne vertébrale et dos, si bien qu'il faut d'abord leur faire préciser le siège exact de leurs douleurs, plus souvent lombaires que dorsales proprement dites. Le rachis dorsal peut devenir douloureux à tous les âges de la vie, mais pour des raisons différentes : […] Lire la suite

ÉDENTÉS

  • Écrit par 
  • Robert MANARANCHE
  •  • 2 662 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « L'ordre des Édentés »  : […] Les Édentés stricto sensu présentent sur leurs vertèbres dorsales et lombaires des apophyses surnuméraires : les anapophyses, fournissant des articulations intervertébrales supplémentaires dites xénarthrales, que l'on ne retrouve dans aucun autre ordre de Mammifères. Ce seul caractère, qui affirme la divergence précoce d'un rameau évolutif, a permis de classer dans le sous-ordre des Xénarthres le […] Lire la suite

GARGANTUAVIS

  • Écrit par 
  • Eric BUFFETAUT
  •  • 986 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Position de Gargantuavis dans l'évolution des oiseaux »  : […] Placer Gargantuavis philoinos dans la classification des oiseaux n'est pas une tâche facile car de nombreux aspects de son squelette demeurent inconnus. Le synsacrum, composé d'un faible nombre de vertèbres et non recouvert dorsalement par les ilions (os du bassin), indiquerait un oiseau assez primitif . Toutefois, la seule vertèbre cervicale connue montre en revanche des caractères évolués dans […] Lire la suite

HERNIE DISCALE

  • Écrit par 
  • Didier LAVERGNE
  •  • 313 mots

Glissement du noyau gélatineux d'un disque intervertébral à la suite d'un trouble mécanique éventuellement associé à de légères anomalies anatomiques. La masse expulsée hors du disque intervertébral est suffisamment consistante pour exercer une compression sur les tissus mous voisins, et notamment sur les racines nerveuses logées dans le canal rachidien. Les hernies discales se produisent dans le […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Yves FRANÇOIS, Claude GILLOT, « VERTÈBRES ET RACHIS », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 29 juillet 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/vertebres-et-rachis/