VÉRITÉ, mathématique

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Formalisme

Pour un formaliste – dont David Hilbert (1862-1943) est considéré, un peu rapidement, comme le type –, l'existence des objets mathématiques dans un monde qui leur serait propre, ainsi que leur nature, sont des questions à contourner : il faut, dans un premier temps, les négliger. À l'opposé du réaliste, le formaliste propose de considérer que seul compte ce que l'on démontre. Pour lui, ce qu'affirme un énoncé mathématique de manière certaine, c'est l'existence de la démonstration qui y conduit. Pour le formaliste, la vérité c'est la démonstration. Ce sens syntaxique n'exclut pas nécessairement qu'il puisse y en avoir d'autres, mais ils viendront en complément et facultativement, l'essentiel ayant été donné par les démonstrations formelles. L'avantage d'une telle attitude est qu'elle dispense de toute interrogation sur la nature et le sens d'une affirmation. Ce qui importe pour le mathématicien formaliste n'est pas ce qu'exprime un énoncé A concernant le monde mathématique – monde jugé quelque peu mystérieux et difficile à cerner –, ce qui compte est notre capacité de trouver l'assemblage de symboles qui, respectant des règles précises et formulées à l'avance, constitue ce qu'entre mathématiciens, il a été convenu d'appeler une démonstration de A.

Notons que les puissants formalismes élaborés au début du xxe siècle ont rendu possible cette attitude, qui auparavant n'aurait pas eu de sens : c'est donc un progrès technique en logique qui a ouvert la porte à cette nouvelle conception philosophique de la vérité mathématique.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  VÉRITÉ, mathématique  » est également traité dans :

DÉMONSTRATION THÉORIE DE LA

  • Écrit par 
  • Jean-Yves GIRARD
  •  • 6 260 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Système LK »  : […] Dans ce qui suit, L est un langage du premier ordre arbitraire. Un séquent est une expression formelle Γ ⊢Δ, où Γ et Δ sont des suites finies d'énoncés de L . L'interprétation intuitive de A 1 , ..., A n  ⊢ B 1 , ..., B m , c'est que la conjonction des A i implique la disjonction des B j . En particulier, ⊢ A veut dire A, et A ⊢ veut dire ¬ A ; quant au séquent vide ⊢, il signifie l'absurdité. […] Lire la suite

HILBERT DAVID (1862-1943)

  • Écrit par 
  • Rüdiger INHETVEEN, 
  • Jean-Michel KANTOR, 
  • Christian THIEL
  •  • 14 855 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Philosophie des mathématiques »  : […] Chez Hilbert, la pensée axiomatique n'est pas seulement liée à une philosophie des mathématiques, mais à une philosophie de la science dans son ensemble. Pour lui, penser axiomatiquement est synonyme de « ne pas penser autrement qu'avec conscience » ; en formulant des axiomes de plus en plus profonds, nous obtenons des vues de plus en plus pénétrantes sur l'essence de la pensée scientifique elle-m […] Lire la suite

INFORMATIQUE ET VÉRITÉ MATHÉMATIQUE

  • Écrit par 
  • Jean-Paul DELAHAYE
  •  • 1 990 mots
  •  • 1 média

« Tel nombre est premier », « tels graphes sont isomorphes », « telle classification est complète », etc. Traditionnellement, en mathématiques, la certitude concernant de telles affirmations formelles ne peut résulter que d'une démonstration. La pratique, cependant, semble remettre en question certaines des idées communément admises en la matière. L'informatique n'introduit-elle pas une nouvelle […] Lire la suite

INTUITIONNISME

  • Écrit par 
  • Jacques-Paul DUBUCS
  •  • 1 654 mots

Dans le chapitre « L'intuitionnisme de Brouwer »  : […] Compte tenu de cette accessibilité, l'idée d'une vérité mathématique inconnue est absurde : comme l'écrit en 1948 le Néerlandais Luitzen Egbertus Brouwer (1881-1966), créateur et promoteur de la doctrine, « il n'y a pas de vérité sans expérience de la vérité ». Le rôle du langage est considéré comme mineur : il est restreint à la mémorisation des résultats de l'activité mathématique individuelle d […] Lire la suite

MATHÉMATIQUE ÉPISTÉMOLOGIE DE LA

  • Écrit par 
  • Jean-Michel SALANSKIS
  •  • 2 877 mots

Dans le chapitre « Logique et ontologie »  : […] Pour toute une école qui prend son inspiration dans l'invention de la logique contemporaine par Gottlob Frege (1848-1925) et Bertrand Russell (1872-1970), et l'entreprise qui fut la leur d'une nouvelle philosophie exacte suivant les rails de cette logique, le problème de l'épistémologie de la mathématique est jusqu'à nouvel ordre circonscrit par le célèbre dilemme de Benacerraf . Celui-ci se form […] Lire la suite

RÉALISME, mathématique

  • Écrit par 
  • Hourya BENIS-SINACEUR
  •  • 2 164 mots

Le réalisme affirme l'existence, indépendante et préalable à la connaissance que nous en avons, des entités mathématiques : nombres, figures, ensembles, fonctions, variétés, etc. Pour le réaliste, le mathématicien manipule des objets bien déterminés qui défient son intelligence. Connaître n'est pas inventer , mais découvrir des éléments, des opérations, des fonctions, des méthodes de démonstratio […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean-Paul DELAHAYE, « VÉRITÉ, mathématique », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 02 février 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/verite-mathematique/