VALLABHA (1481-1533)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Philosophe hindou. Vallabha est l'auteur d'une interprétation dualiste du védânta (vedānta). Celui-ci, qui occupe une place privilégiée parmi les grands darshanas de l'hindouisme, a connu, en effet, outre l'expression que lui a donnée le monisme strict (advaïta-vedânta) de Shankara (viiie s.), une forme dualiste, notamment celle de Râmânuja (xiie s.), mais aussi bien d'autres interprétations qui font en quelque sorte la transition entre ces deux positions extrêmes. L'une des plus originales est celle de Vallabha.

Ce brahmane télugu (pays andhra, dans la région de Hyderâbâd), dévot de Krishna, passa une partie de sa vie dans le nord de l'Inde, sur les bords de la Yamunâ, où la tradition situe l'enfance et l'adolescence du dieu. Cette vie dévote conduisit Vallabha à refuser l'identification absolue, professée par Shankara, entre l'âme humaine (âtman) et un dieu conçu comme absolu sans qualités (niruna-brahman). Le fidèle, selon lui, doit avoir une existence autonome et son dieu doit être une personne, faute de quoi serait abolie la bhakti (« dévotion ardente »), dont Vallabha se fait alors le champion. Néanmoins Vallabha comprend qu'il ne serait plus un adepte du védânta s'il répudiait absolument tout lien entre l'âtman et le brahman. Reprenant une image des Upanishads les plus anciennes, il explique donc que le brahman est comme un grand feu dont les âmes vivantes (jîva-âtman) sont les étincelles, celles-ci étant à la fois faites de feu et distinctes du feu. Tant que le vivant est affecté par l'ignorance métaphysique, il est condamné à renaître indéfiniment, mais, s'il accède à la connaissance (autre thème typique du védânta), il sera libéré.

Quant à Krishna (Kṛṣṇa), il est Ishvara, le Seigneur, première hypostase du brahman (ou « manifestation » privilégiée de celui-ci). Cette manifestation est un acte de pure grâce, une expression de l'amour de Dieu (le brahman) pour ses créatures. Cette thèse de l'élection de Krishna amène Vallabha à élargir le canon scripturaire communément admis par le védânta. Alors que Shankara et ses adeptes ne connaissent que le Véda (lequel ignore Krishna), Vallabha y ajoute le Bhāgavata Purāna, texte de base de la dévotion krishnaïte. Mais c'est d'abord par un commentaire des Brahma Sutras que Vallabha s'est fait connaître en tant qu'adepte du védânta. Il y expliquait que l'âme (ātman) ressemble à un atome (aṇu), ce pourquoi on a donné à son œuvre principale le nom d'aṇubhâsya.

—  Jean VARENNE

Écrit par :

  • : docteur ès lettres, professeur à l'université de Lyon-III

Classification


Autres références

«  VALLABHA (1481-1533)  » est également traité dans :

ADVAITA

  • Écrit par 
  • Jean FILLIOZAT
  •  • 1 576 mots

Dans le chapitre « Destinée de la doctrine »  : […] Proche de celle de Rāmānuja, la doctrine de Nimbārka ( xii e  siècle) est celle du bhedābheda. Elle reconnaît, elle aussi, trois entités fondamentales : īsvara, le « Seigneur » ; cit et acit , entre lesquelles il y a à la fois distinction ( bheda ), puisqu'elles se manifestent différemment, et indistinction ( abheda ), parce qu'elles participent de la même existence commune, d'où le nom du système […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/advaita/#i_13665

HINDOUISME

  • Écrit par 
  • Anne-Marie ESNOUL
  •  • 9 181 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Le courant vishnouite »  : […] À l'époque où les textes de la tradition shivaïte signalaient la secte des pāśupata, en milieu vishnouite s'affirmaient les sectes bhāgavata et pāñcarātra , qui présentent entre elles de nombreuses similitudes, mais que les ouvrages vishnouites eux-mêmes distinguent les unes des autres. Les deux groupes adorent également Kṛṣṇa-Vāsudeva, mais les bhāgavata semblent appartenir à la filiation direct […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hindouisme/#i_13665

INDE (Arts et culture) - Les doctrines philosophiques et religieuses

  • Écrit par 
  • Jean FILLIOZAT
  •  • 16 833 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Le Śuddhādvaita »  : […] L'école de Vallabha (1481-1533), krishnaïte elle aussi, a voulu rendre radicale l'unicité de l'Être, d'où le nom de doctrine de l'« Unicité pure » qui lui a été attribué. Vallabha a exclu la théorie de l'illusion ( māyā ) et supprimé toute distinction de nature en Kṛṣṇa et l'homme, en faisant de l'âme individuelle une portion de Kṛṣṇa, comme une étincelle est une portion du feu. Mais cette âme est […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/inde-arts-et-culture-les-doctrines-philosophiques-et-religieuses/#i_13665

VEDĀNTA

  • Écrit par 
  • Jean VARENNE
  •  • 2 721 mots

Dans le chapitre « Les trois grandes époques »  : […] On comprend néanmoins que la subtilité des rapports entre l'Absolu et le monde, le brahman et l'ātman, le doute sur le rôle exact que joue la māyā, l'incertitude à propos de la naissance du monde (a-t-il été créé ? si oui, par qui ? ou bien est-il coéternel au brahman ?) aient alimenté la controverse. On peut, en gros, diviser l'histoire du Vedānta en trois grandes époques. Le Vedānta le plus anci […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/vedanta/#i_13665

VIṢṆU ou VISHNU ET VICHNOUISME

  • Écrit par 
  • Anne-Marie ESNOUL
  •  • 8 942 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Rāmānanda, Vallabha, Caitanya et Tulsī Dās »  : […] Au début du xv e  siècle, c'est dans le Nord, à Bénarès, que surgit une grande figure vichnouite, Rāmānanda, issu d'une famille d'origine méridionale. Ses doctrines l'apparentent, semble-t-il, à la tradition râmânujienne. Toutefois, son culte s'adresse à Rāma, non à Kṛṣṇa. Il existait depuis longtemps, dans le sud de l'Inde, une secte consacrée à Rāma, mais, avant Rāmānanda, elle n'avait pas trou […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/visnu-vishnu-et-vichnouisme/#i_13665

Pour citer l’article

Jean VARENNE, « VALLABHA (1481-1533) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/vallabha/