OXFORD UNIVERSITÉ D'

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Musée d'histoire naturelle, université d'Oxford

Musée d'histoire naturelle, université d'Oxford
Crédits : Bridgeman Images

photographie

Université d'Oxford

Université d'Oxford
Crédits : Charlie Waite/ The Image Bank/ Getty Images

photographie


Dans des circonstances mal connues, d'importantes écoles de logique et de théologie se créèrent à Oxford dans la seconde moitié du xiie siècle. Le pape Innocent III les réunit en une véritable université en 1214, en leur octroyant leurs premiers statuts et privilèges à la suite d'un conflit entre étudiants et bourgeois de la ville. Ces statuts étaient assez proches de ceux de l'université de Paris ; le chef de l'université était le chancelier désigné parmi les maîtres par l'évêque de Lincoln. Jusqu'à la fin du Moyen Âge, l'université d'Oxford fut protégée à la fois par les papes et par les rois d'Angleterre et ne connut pas de crises internes vraiment graves. Une des originalités d'Oxford fut l'apparition, après 1250, de grands collèges (Merton, New College, Magdalen College), installés dans de vastes bâtiments, avec leur propre corps de professeurs et de tutors (répétiteurs), très autonomes donc par rapport à l'université. On trouvait aussi à Oxford les écoles des principaux ordres monastiques et religieux, surtout les Franciscains. Au xiiie siècle, les maîtres les plus célèbres furent Robert Grosseteste et Roger Bacon ; assez fidèles en théologie à la tradition augustinienne, ils se distinguèrent surtout par leur intérêt pour les sciences (mathématiques, optique).

Musée d'histoire naturelle, université d'Oxford

Musée d'histoire naturelle, université d'Oxford

Photographie

Musée d'histoire naturelle, université d'Oxford (Grande-Bretagne). 

Crédits : Bridgeman Images

Afficher

Université d'Oxford

Université d'Oxford

Photographie

À l'université d'Oxford, l'Ashmolean museum, à gauche (architecte : C. R. Cockerell) et le Sheldonian theatre (architecte : C. Wren). 

Crédits : Charlie Waite/ The Image Bank/ Getty Images

Afficher

Au xive siècle, les franciscains Jean Duns Scot (1265 env.-1308) et Guillaume d'Ockham (1290 env.-env. 1349) s'y livrèrent à une critique impitoyable du thomisme. Dans la seconde moitié du siècle, John Wycliff (1328-1384) fut le plus en vue des docteurs d'Oxford ; ses idées audacieuses (prédestination, refus de la transsubstantiation, des indulgences, du culte des saints, de la plupart des sacrements) et sa critique violente de la papauté annonçaient Luther ; il fut expulsé d'Oxford en 1381 et, dès 1382, une énergique épuration vint à bout de ses derniers partisans. À la fin du xve siècle, l'université d'Oxford s'ouvrit à l'humanisme avec Linacre, John Colet, Thomas More. À l'époque de la Réforme, elle devint anglica [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : agrégé de l'Université, assistant à l'université de Nancy-II

Classification


Autres références

«  OXFORD UNIVERSITÉ D'  » est également traité dans :

BULLOCK ALAN (1914-2004)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 171 mots

Historien britannique. Issu d'une famille pauvre, Alan Bullock entreprend des études d'histoire, interrompues par la Seconde Guerre mondiale, durant laquelle il travaille à la B.B.C. De retour à l'université d'Oxford en 1945, il est nommé professeur. Sa biographie sur Adolph Hitler, Hitler : étude d'une tyrannie (1952), la toute première sur ce p […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/alan-bullock/#i_36055

MACKINDER HALFORD JOHN (1861-1947)

  • Écrit par 
  • Gerard Roe CRONE
  •  • 1 146 mots

Géographe britannique né le 15 février 1861 à Gainsborough (Lincolnshire) et mort le 6 mars 1947 à Parkstone (Dorset). Sir Halford John Mackinder fut un brillant enseignant, connu pour sa conception géopolitique d'un monde divisé, selon lui, en deux zones : une Eurasie dominante ( heartland ) et des pays maritimes ( maritime lands ), c'est-à-dire t […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/halford-john-mackinder/#i_36055

MOYEN ÂGE - La pensée médiévale

  • Écrit par 
  • Alain de LIBERA
  •  • 22 370 mots

Dans le chapitre « Outils conceptuels et langages analytiques : le rôle de l'imaginaire »  : […] Telle que l'ont pratiquée les médiévaux, l'approche métalinguistique du monde ne s'est pas limitée à une refonte générale de la théorie de la connaissance ni à une redéfinition du champ, des outils et des méthodes de la psychologie. C'est dans la philosophie de la nature et dans la physique qu'elle a trouvé son principal terrain d'élection. On pou […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/moyen-age-la-pensee-medievale/#i_36055

MOYEN ÂGE - Les universités médiévales

  • Écrit par 
  • Jean FAVIER
  •  • 2 180 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'enseignement traditionnel »  : […] La scolastique est une technique qui fonde sur la compréhension des textes faisant autorité une analyse formelle conduisant à l'énoncé de la vérité et à ses applications. Analyse grammaticale et sémantique, d'abord, qui précise le sens littéral d'où l'on s'élèvera à l'interprétation symbolique et morale. L'enseignement est avant tout une lecture c […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/moyen-age-les-universites-medievales/#i_36055

OXFORD, Royaume-Uni

  • Écrit par 
  • Claude MOINDROT
  •  • 188 mots
  •  • 3 médias

Ville d'Angleterre (134 000 hab. en 2001), Oxford est situé sur la Tamise en amont de Londres, à l'endroit où le fleuve perce la cuesta du calcaire corallien. Une convergence hydrographique remarquable a favorisé son rôle de carrefour ferroviaire et routier. La réputation d'Oxford tient surtout à la présence de la plus ancienne université britanni […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/oxford-royaume-uni/#i_36055

Pour citer l’article

Jacques VERGER, « OXFORD UNIVERSITÉ D' », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 mars 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/universite-d-oxford/