BRAHE TYCHO (1546-1601)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'étoile nouvelle de 1572

Le cas de l'astre que Tycho aperçut pour la première fois le 11 novembre 1572 et qui cessa d'être visible en mars 1574 est celui qui honore le plus sa mémoire. Il le soumit à un examen rigoureux pour conclure, avec des arguments concordants, qu'il ne pouvait s'agir d'une comète mais d'une étoile comme les autres, et que cet astre était situé au-delà du système planétaire.

À ces arguments concordants (forme, lumière, scintillation, immobilité relative et participation au mouvement diurne, durée de plus d'un an, puis défaut de parallaxe et accord des observations en plusieurs lieux de la Terre), il joignit l'hypothèse d'une concentration brusque mais éphémère de la matière éthérée du ciel. L'étoile en effet n'avait cessé de diminuer d'éclat et de changer de couleur jusqu'au moment où elle disparut. Tycho Brahe estimait voir dans la Voie lactée un vide dans la place qu'elle avait laissée.

S'il est difficile de suivre son témoignage jusque-là, force est de reconnaître qu'il fut le premier à introduire dans la science des cieux le phénomène des novae, d'une manière aussi précise qu'il pouvait en être traité avec l'observation à l'œil nu. De ce fait, il n'a pas craint de révéler la faiblesse de la vieille conception qui opposait le monde sublunaire au ciel incorruptible.

Peu importe que l'ouvrage dans lequel il discutait longuement de l'étoile nouvelle soit aussi celui où il proposait ce système de compromis qui laissait à la Terre l'immobilité au centre du monde. Ceci avait en définitive moins d'importance que cela.


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Médias de l’article

Le système de Tycho Brahe

Le système de Tycho Brahe
Crédits : Hulton Getty

photographie

Tycho Brahe

Tycho Brahe
Crédits : Hulton Getty

photographie


Écrit par :

Classification

Autres références

«  BRAHE TYCHO (1546-1601)  » est également traité dans :

SUR UNE ÉTOILE NOUVELLE (T. Brahe)

  • Écrit par 
  • James LEQUEUX
  •  • 306 mots
  •  • 1 média

Dans la soirée du 11 novembre 1572, l'astronome danois Tycho Brahe observe dans la constellation de Cassiopée une étoile qu'il n'avait jamais vue auparavant. Aussi brillante que Vénus, celle-ci est visible même en plein jour. Ce phénomène est une source d'interrogations. L'astre annonce-t-il quelque calamité ? S'agit […] Lire la suite

ASTRONOMIE

  • Écrit par 
  • James LEQUEUX
  •  • 11 308 mots
  •  • 20 médias

Dans le chapitre « La renaissance de l'astronomie »  : […] Au milieu du xiv e  siècle, la pensée grecque commence à éclairer à nouveau l'Occident. Totalement ignorée pendant de nombreux siècles, à l’exception d’Aristote, elle redevient à la mode parmi les intellectuels. On recherche et on traduit les textes anciens, principalement en Italie. La redécouverte de cette civilisation hellénique entraîne une renaissance non seulement des lettres et des arts, m […] Lire la suite

COPERNIC NICOLAS (1473-1543)

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre VERDET
  • , Universalis
  •  • 5 383 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Sens et limite d'une révolution »  : […] Parmi les grandes œuvres qui jalonnent la route de l'astronomie, celle de Copernic est peut-être la plus contestée. Ainsi ce dernier apparaît-il comme ayant été par deux fois fauteur de troubles. Fauteur de troubles en son temps, parmi les astronomes, les philosophes et les théologiens. Fauteur de troubles aujourd'hui, parmi les historiens des sciences, les uns le considérant, non seulement comme […] Lire la suite

GANS DAVID (1541-1613)

  • Écrit par 
  • André NEHER
  •  • 857 mots

Historien, cosmographe et astronome juif de l'époque de la Renaissance, David Gans fut le premier auteur hébraïque à mentionner Copernic, d'une manière très élogieuse d'ailleurs, le premier aussi à donner une description correcte des continents à la suite de la découverte de l'Amérique. Né à Lippstadt, en Westphalie, David Gans entreprend des études rabbiniques qui le mènent d'abord dans les école […] Lire la suite

GRAVITATION

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 6 150 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Copernic, Kepler, Galilée : héliocentrisme et attraction »  : […] Les progrès spectaculaires de l’observation du ciel aux xvi e et xvii e  siècles se révéleront comme une des clés de la compréhension de la gravitation. Les difficultés des diverses améliorations du système de Ptolémée interrogeaient de nombreux savants européens, et l’idée de point équant paraissait erronée à beaucoup. Élève et assistant de l’astronome Domenico Maria Novara (1454-1504) à l’univ […] Lire la suite

KEPLER JOHANNES

  • Écrit par 
  • Pierre COSTABEL
  •  • 3 455 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Première ébauche de l'architecture du monde planétaire »  : […] Le Mysterium cosmographicum mérite donc qu'on lui accorde attention. Si Kepler n'est pas le premier à être favorable à la solution copernicienne, il est certainement le premier à situer de manière précise et positive l'« économie » réelle de cette solution. Sans doute souligne-t-il, lui aussi, le gain réalisé dans le nombre de mouvements circulaires nécessaires pour la représentation des mouveme […] Lire la suite

SCIENCES - Science et christianisme

  • Écrit par 
  • Jacques ROGER
  •  • 4 110 mots

Dans le chapitre « De Copernic à Newton »  : […] À partir du xv e  siècle, l'humanisme puis la Renaissance bouleversèrent le paysage intellectuel européen. Il y eut, certes, un néopaganisme et une philosophie panthéiste très éloignés de la pensée chrétienne. Mais la rupture avec la scolastique médiévale se fit surtout au nom d'une nouvelle sensibilité religieuse et de la philosophie platonicienne. La science moderne, comme la Réforme protesta […] Lire la suite

SYSTÈMES DU MONDE - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • James LEQUEUX
  •  • 425 mots

Fin du vi e  siècle - début du v e  siècle avant J.-C. Philolaos propose que la Terre, la Lune, le Soleil et les cinq planètes connues dans l'Antiquité – Vénus, Mercure, Mars, Jupiter et Saturne – tournent autour d'un Feu central. iv e  siècle avant J.-C. Aristote (385 env.-322 av. J.-C.), élève de Platon, est en faveur d'un système géocentrique, fondé sur un ensemble de sphères matérielles qui […] Lire la suite

TABLES RUDOLPHINES

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 128 mots

En latin Tabulae Rudolphinae , tables planétaires et catalogue d'étoiles publiés en 1627 par Johannes Kepler, basés principalement sur les observations de Tycho Brahe. Meilleur catalogue réalisé avant l'invention du télescope, cet ouvrage a une précision de quelques minutes d'arc et contient la position de 1 005 étoiles (Kepler ayant intégré les 777 étoiles observées par Tycho), ainsi que des ta […] Lire la suite

URANOMETRIA (J. Bayer)

  • Écrit par 
  • James LEQUEUX
  •  • 480 mots

Jusqu'à la fin du xvi e  siècle, les étoiles sont désignées par la partie de la constellation où elles sont situées – ce qui n'est pas dénué d'ambiguïté – ou, pour les principales, par leur nom arabe. Grâce aux instruments perfectionnés de son observatoire d'Uraniborg, l'astronome danois Tycho Brahe parvient à mesurer la position d'un millier d'étoiles avec une précision très supérieure à tout ce […] Lire la suite

Pour citer l’article

Pierre COSTABEL, « BRAHE TYCHO - (1546-1601) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 septembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/tycho-brahe/