TRYPANOSOMIASE AFRICAINE ou MALADIE DU SOMMEIL

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Autres trypanosomiases

Des trypanosomiases affectent également les animaux et y causent de lourdes pertes économiques. En Afrique, une maladie voisine de la maladie du sommeil (de nom variable selon l'animal et le lieu, mais surtout connue sous le nom de Nagana) et de distribution géographique semblable, affecte les chevaux, les dromadaires et les bovidés. Elle est transmise par la piqûre d'autres glossines que la maladie du sommeil, et due à d'autres types de trypanosomes. Le réservoir naturel de ces trypanosomes est la faune originelle, en particulier les grands mammifères, qui y sont remarquablement résistants. Ubiquitaire en revanche, mais plus guère endémique qu'en Afrique du Nord, est une trypanosomiase sérieuse qui frappe les équidés, la dourine, ou encore mal de Cadeiras. Cette trypanosomiase est transmise par voie sexuelle lors des accouplements.

Il existe en Amérique du Sud et en Amérique centrale une autre trypanosomiase humaine, maladie de Chagas du nom de son découvreur brésilien de 1909. Cette maladie est provoquée par Trypanosoma cruzi et transmise par les déjections de punaises des genres Rhodnius ou Triatoma. Le réservoir naturel du trypanosome en est le tatou au Brésil. Dans les formes aiguës chez l'enfant, l'atteinte est caractérisée par un œdème palpébral unilatéral (signe de Romaña). Chez l'adulte, les formes chroniques se manifestent surtout par des cardiopathies souvent mortelles. La désinfection de l'habitat rural reste la seule méthode de lutte efficace.

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

  • : professeur agrégé du Val-de-Grâce, médecin général inspecteur, directeur général du service de santé de la première région militaire

Classification


Autres références

«  TRYPANOSOMIASE AFRICAINE ou MALADIE DU SOMMEIL  » est également traité dans :

DIPTÈRES

  • Écrit par 
  • Robert GAUMONT
  •  • 6 258 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Les espèces hématophages et vectrices de maladies »  : […] Parmi les moustiques (famille des Culicidés), l'espèce la plus commune en Europe est Culex pipiens , sous-famille des Culicinés, mais la sous-famille des Anophélinés comprend des espèces beaucoup plus dangereuses en raison des maladies qu'elles transmettent : les Anopheles sont les vecteurs du paludisme dont l'agent est un Plasmodium […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/dipteres/#i_7756

FLAGELLÉS

  • Écrit par 
  • Robert GAUMONT
  •  • 4 583 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Cycle évolutif des Trypanosoma »  : […] Les Trypanosoma comportent des cycles à deux hôtes et des cycles, beaucoup plus rares, à un seul hôte dont le type est T. equiperdum du cheval ; il est transmis directement au cours de l'accouplement et produit une maladie grave, la dourine ou syphilis des chevaux. Dans les cycles à deux hôtes, les deux phases du cycle se répartissent entre les tissus […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/flagelles/#i_7756

GNF6702, INHIBITEUR DE PROTÉASOMES

  • Écrit par 
  • Gabriel GACHELIN
  •  • 1 990 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Trois grandes maladies parasitaires tropicales négligées  »  : […] La maladie du sommeil, provoquée par Trypanosoma brucei , sévit en Afrique subsaharienne, là où vit son vecteur, la mouche tsé-tsé. Soixante-cinq millions de personnes sont exposées à cette maladie, mortelle si elle n’est pas traitée. Des maladies à trypanosomes frappent également le bétail dans ces mêmes régions africaines (comme […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gnf6702-inhibiteur-de-proteasomes/#i_7756

PARASITISME

  • Écrit par 
  • Claude COMBES, 
  • Louis EUZET, 
  • Georges MANGENOT
  •  • 6 247 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « L'évitement immunitaire »  : […] Le milieu parasité est vivant, donc capable de se défendre. Qu'il s'agisse d'un invertébré, où les mécanismes de défense sont relativement simples et peu spécifiques, ou d'un vertébré, où l' immunité atteint un haut degré de complexité et de spécificité, on est étonné de voir l'hôte « accepter » le parasite. L'évitement immunitaire se réalise par des mécanismes divers. L'un des plus étonnants (var […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/parasitisme/#i_7756

Voir aussi

Pour citer l’article

Robert DURIEZ, « TRYPANOSOMIASE AFRICAINE ou MALADIE DU SOMMEIL », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 28 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/trypanosomiase-africaine-maladie-du-sommeil/