TROYES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Chef-lieu du département de l'Aube, Troyes comptait 61 200 habitants (et 133 200 dans l’agglomération) en 2013.

Grand Est : carte administrative

Carte : Grand Est : carte administrative

Carte administrative de la région Grand Est. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher l'atlas

Les conquérants romains de la Gaule établirent à Augustobona le centre de la peuplade des Tricasses, dont la cité prit par la suite le nom. Les Tricasses, comme les Lingons (Langres), se trouvèrent rattachés à la Gaule celtique et, plus tard, à la Lyonnaise seconde sous Dioclétien puis à la Burgondie sous les Mérovingiens.

L'époque médiévale vit la formation progressive du comté de Champagne à partir de la maison de Blois, et le développement des échanges qui entraîna l'implantation à Troyes d'une forte communauté juive, illustrée par l'enseignement du maître Rachi. Thibaud II (comte de 1125 à 1152) réunifia les domaines familiaux et réorganisa le grand commerce en privilégiant l'axe Lagny - Provins - Troyes - Bar-sur-Aube, jalonné par les célèbres foires de Champagne, dont deux avaient lieu à Troyes même chaque année. Son fils Henri le Libéral (1152-1180) fixa durablement à Troyes la capitale du comté de Champagne. Son épouse Marie de France, fille du roi Louis VII et d'Aliénor d'Aquitaine, accueillit les poètes à sa cour et proposa à Chrétien de Troyes le thème de Lancelot du Lac pour le premier de ses romans courtois. Le comté de Champagne perdit assez vite son autonomie, « tombant en quenouille » quand son héritière Jeanne de Navarre épousa, en 1284, le futur roi de France Philippe le Bel, et fut définitivement rattaché à la couronne de France en 1361. Mais l'affaiblissement politique de Troyes, accentué par l'échec de l'alliance bourguignonne pendant la guerre de Cent Ans, et son recul économique avec le déclin des foires au xive siècle ne mirent fin ni au rayonnement culturel troyen ni à la floraison de l'art gothique. Après la cathédrale Saint-Pierre-et-Saint-Paul édifiée au xiiie siècle, la collégiale Saint-Urbain inaugura avec ses verrières une véritable école troyenne du vitrail, qui atteignit son apogée au début du xvie siècle (cathédrale, Saint-Nizier, Sainte-Madeleine).

Troyes : la cathédrale Saint-Pierre-et-Saint-Paul

Photographie : Troyes : la cathédrale Saint-Pierre-et-Saint-Paul

Édifiée du XIIIe au XVIe siècle, la cathédrale Saint-Pierre-et-Saint-Paul de Troyes présente tous les aspects de l'art gothique. L'intérieur de la croisée du transept et du chœur le confirme par son élévation à trois niveaux (grandes arcades, triforium et fenêtres hautes) et ses... 

Crédits : Bildarchiv Monheim/ AKG-images

Afficher

Reléguée au second plan à l'époque moderne avec une production de toiles fluctuante, Troyes connut un nouvel essor avec la révolution industrielle, en concentrant l'essentiel de la bonneterie mécanique auboise, de loin la première de France. Une couronne de faubourgs industriels entoura alors le dense noyau urbain central, avant que les villages des alentours ne constituent une seconde couronne de banlieue.

Relativement épargnée par les deux guerres mondiales, Troyes a assis sa domination sur le département de l'Aube et fait figure de ville à la fois industrielle et tertiaire. La diversification de l'industrie a multiplié les implantations sur des zones industrielles périphériques (usines Michelin et Kléber-Colombes à La Chapelle-Saint-Luc...) et ainsi renforcé le poids relatif de la banlieue, qui réunit désormais la moitié de la population de l'agglomération. Quant à la bonneterie, secouée par une crise assez sérieuse au cours des années 1970, elle s'est adaptée au prix de restructurations importantes entraînant une forte baisse des effectifs employés, car les trois groupes locaux dominants (Devanlay, leader européen de la maille, Absorba-Poron et Valton-Petit-Bateau) et divers repreneurs extérieurs (Adidas, Benetton, Levi's) ont délocalisé ou confié à la sous-traitance les fabrications banales, tout en créant de nouvelles usines à la périphérie.

Parallèlement, Troyes a renforcé ses fonctions tertiaires. Ses commerces et ses services, dont ses deux quotidiens L'Est-Éclair et Libération-Champagne, rayonnent sur l'ensemble du département de l'Aube. Longtemps dépourvue d'établissements d'enseignement supérieur, la ville a accueilli une antenne de l'université de Reims Champagne-Ardenne et une école de commerce, puis l'université de Technologie de Troyes en 1994. Un tourisme actif associe deux « attractions » très dissemblables : les magasins d'usine (textile) de Pont-Sainte-Marie et Saint-Julien-les-Villas, et les monuments classés et maisons à pans de bois du « Bouchon de Champagne », le quartier historique protégé et mis en valeur par un secteur sauvegardé.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Médias de l’article

Grand Est : carte administrative

Grand Est : carte administrative
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Troyes : la cathédrale Saint-Pierre-et-Saint-Paul

Troyes : la cathédrale Saint-Pierre-et-Saint-Paul
Crédits : Bildarchiv Monheim/ AKG-images

photographie

Afficher les 2 médias de l'article


Écrit par :

  • : professeur à l'université de Reims-Champagne-Ardenne

Classification

Autres références

«  TROYES  » est également traité dans :

CHAMPAGNE-ARDENNE

  • Écrit par 
  • Marcel BAZIN
  •  • 2 728 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Une armature urbaine à renforcer »  : […] Le poids important de l'agriculture et de l'industrie laisse au secteur tertiaire une part nettement inférieure à la moyenne nationale, 72,1 p. 100 contre 78,6 p. 100 en 2013. Pourtant, Reims et Troyes avaient joué, pendant le dernier tiers du xix e  siècle, un rôle pionnier dans un secteur essentiel du tertiaire, le commerce de grande distribution, avec la création de magasins à succursales multi […] Lire la suite

LANGLOIS JEAN (XIIIe s.)

  • Écrit par 
  • Alain ERLANDE-BRANDENBURG
  •  • 370 mots

On s'est longtemps mépris sur le véritable rôle de Jean Langlois dans la construction de Saint-Urbain de Troyes. L'érudition moderne, qui n'avait pas compris la signification du titre qui lui était donné dans les textes, avait cru qu'il était comptable. En fait, il est bien l'architecte qui donna les plans de l'édifice un peu avant 1262 et en assura, en grande partie, la construction. L'histoire d […] Lire la suite

Les derniers événements

25 septembre 2019 France. Arrêt de la cour d'appel de Reims sur le plafonnement des indemnités prud'homales.

La cour d’appel de Reims (Marne) rend trois arrêts relatifs à des décisions du conseil de prud’hommes de Troyes d’accorder à des salariés abusivement licenciés des indemnités plus élevées que celles prévues par le barème instauré par la réforme du droit du travail de septembre 2017. En accord avec l’avis rendu à ce sujet en juillet par la Cour de cassation, la cour affirme que ce barème n’est pas inconventionnel (contraire aux normes internationales), comme le prétendait le conseil de prud’hommes. […] Lire la suite

13-19 décembre 2018 France. Remise en cause du plafonnement des indemnités prud'homales.

Le 13, le conseil des prud’hommes de Troyes (Aube) juge que le plafonnement des dommages et intérêts accordés à la victime d’un licenciement sans cause réelle et sérieuse, introduit par la réforme du Code du travail de septembre 2017, est contraire à la convention 158 de l’Organisation internationale du travail, ainsi qu’à la Charte sociale européenne. […] Lire la suite

3-25 mars 2004 France. Menace terroriste d'un mystérieux groupe « A.Z.F. »

Le 24, une bombe est toutefois découverte sur la voie Paris-Bâle, près de Troyes (Aube). Le 25, le groupe « AZF » annonce, dans un courrier aux autorités, qu'il n'y a « plus de bombes » sur le réseau ferré, mais prévient que « la France surpassera sans gloire les tristes records espagnols » – allusion à l'attentat meurtrier du 11 mars à Madrid – s'il n'est pas répondu à sa prochaine demande de rançon. […] Lire la suite

11-26 juin 1991 France. L'éducation et la formation, au centre des préoccupations gouvernementales

Le 11, à Troyes (Aube), François Mitterrand se prononce, lors de la visite d'un centre d'apprentissage, en faveur de l'enseignement par alternance, « élément fondamental de la politique industrielle souhaitée par Mme Édith Cresson ». Le 21, revenant sur ce sujet lors d'une visite à Issoudun (Indre), le chef de l'État lance un appel à la « mobilisation générale des énergies et des compétences » pour adapter les formations à l'emploi, seul moyen de combattre le chômage. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Marcel BAZIN, « TROYES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 août 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/troyes/