TROIS ROYAUMES LES & DYNASTIES DU NORD ET DU SUD LES (220-589), Chine

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les appellations de Trois Royaumes et de Dynasties du Nord et du Sud (respectivement sanguo et nanbeichao) s'appliquent à la période de fragmentation de la Chine allant de 220 à 589. Héritage de la désagrégation des Han, la division tripartite du début oppose le Wei (220-265) en Chine du Nord (famille Cao, capitale Luoyang), le Shu, ou Shu Han (221-263) au Sichuan (famille Liu, capitale Chengdu), et le Wu (222-280) dans la vallée du Yangzi et le Sud (famille Sun, capitale Nankin). Le régime du Nord, dont le domaine est le plus vaste et le plus peuplé, fait face à l'alliance du Shu et du Wu ; en 263 le duc Sima Zhao, issu d'une famille de potentats du Henan et disposant de la réalité du pouvoir, annexe le Shu. En 265 son petit-fils Sima Yan détrône formellement les Cao et fonde la dynastie des Jin. Celle-ci est traditionnellement divisée en Jin occidentaux (265-316) et Jin orientaux (317-419). Le Wu se soumet en 280 et la Chine est provisoirement réunifiée. Le fondateur des Jin est connu pour son « bon gouvernement », mais il établit un système de fiefs autonomes dont les plus puissants sont réservés aux membres de sa famille et dont les conflits sont un facteur d'affaiblissement pour l'empire. À cela s'ajoutent les empiètements progressifs des tribus venues du Tibet, de Mongolie et de Mandchourie (les « Cinq Barbares » : Xiongnu, Jie, Xianbei, Di et Qiang). Une dynastie Han d'ethnie Xiongnu finit par s'emparer de Luoyang (311) et de Chang'an (316).

200 à 300. Division des empires

Vidéo : 200 à 300. Division des empires

Teotihuacán et Maya en Amérique centrale. Division des empires en Chine et en Europe.Le IIIe siècle est une période de crise pour les grands empires en place.En 226 tout d'abord, les Sassanides profitent de la déstabilisation des Parthes Arsacides pour prendre la tête de leur empire. Ils... 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

La lignée des Sima est poursuivie par un de ses membres établi à Nankin dès 307. Les réfugiés convergent vers le sud, qui devient le foyer de la culture chinoise. Le pouvoir des Jin orientaux est faible : les grandes familles s'affrontent à la cour, et une bonne partie du pays est contrôlée par des potentats locaux. De coups d'État en rébellions, la famille Sima finit par perdre le trône au profit de Liu Yu, un militariste qui s'est attiré une certaine popularité en mettant à profit l'irrédentisme entretenu par l'occupation barbare du Nord. Il fonde une dynastie Song (ou Liu-Song). Les six régimes installés à Nankin du iiie au vie siècle (le Wu, les Jin orientaux, les Song [420-479], les Qi [480-502], les Liang [502-556] et les Chen [557-589], les quatre derniers se succédant les uns aux autres par de simples coups d'État), et par extension l'ensemble de la période, sont collectivement appelés « les Six Dynasties ».

Au nord, on distingue deux grandes périodes :

Les « Seize Royaumes des Cinq Barbares » (wuhu shiliuguo, 304-439). Dès avant le repli des Jin au sud, et plus encore après, le Nord et ses frontières voient fleurir une série de petits royaumes barbares éphémères et se battant les uns contre les autres ; certains sont fondés par des Chinois passés au service de régimes barbares qu'ils finissent par détrôner. Un certain Fujian, qui a établi en 351 une dynastie des Qin antérieurs à Chang'an (ethnie Di d'origine tibétaine), finit par réunifier le Nord en 376 ; conseillé par un ministre chinois, il jette les bases d'un État puissant et bien organisé, mais son régime sombre après l'échec cuisant d'une tentative de conquête du Sud (382). De nouveau une poussière de petits royaumes se créent sur les marches de la Chine du Nord.

300 à 400. Christianisme

Vidéo : 300 à 400. Christianisme

Le christianisme. Constantinople. Pression de la steppe. Empire gupta en Inde.Au IVe siècle, les empires occidentaux et orientaux connaissent une période de répit, marquée par un fort développement religieux.L'Empire romain réformé se stabilise.Le christianisme, survivant aux dernières... 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

La dynastie proto-turque des Wei septentrionaux (ethnie Tabgač), fondée en 386 dans le nord-est du Shanxi, finit par réunifier à son tour le Nord (439) ; sa capitale est transférée de Datong à Luoyang en 493. Les frictions entre le régime sinisé des Wei et les Tabgač traditionalistes basés sur la frontière nord mènent à une guerre civile et à la scission (534) de l'empire des Wei entre Wei occidentaux (capitale Chang'an) et Wei orientaux (capitale Ye, au Henan), auxquels succèdent respectivement les Zhou septentrionaux (557) et les Qi septentrionaux (550), fondés par des hommes forts des régimes précédents (familles Yuwen et Gao respectivement). Les Zhou absorbent les Qi en 577. Quatre ans plus tard, un autre homme fort, Yang Jian, détrône la famille Yuwen et fonde la dynastie des Sui à Chang'an. Il réunifie la Chine en s'emparant sans difficulté excessive de l'empire méridional des Chen (589). L'héritage institutionnel et culturel des Wei du Nord et de leurs successeurs aura une influence profonde sur l'empire des Sui et des Tang.

La majorité des régimes de la période des Dynasties du Sud et du Nord ont préservé la structure et la nomenclature gouvernementales des Han, mais il s'agit le plus souvent d'une façade. Dans la réalité, le pouvoir politique est en général entre les mains de princes, d'aristocrates ou de chefs d'armée devenus les favoris de l'empereur et exerçant leurs fonctions dans des institutions comme le secrétariat impérial (zhongshusheng) ou la chancellerie (menxiasheng), qui prennent un grand poids pendant la période. De même, si la structure et les titres de l'administration territoriale des Han sont en principe conservés, la réalité est différente. On a en fait deux hiérarchies (qui peuvent se recouper) : l'une formelle, celle des régions (zhou), commanderies (jun) et sous-préfectures (xian) ; l'autre informelle, celle des magnats locaux héréditaires de toutes sortes (princes feudataires, chefs tribaux, voire bandits...) qui détiennent la réalité du pouvoir local. Dans le domaine militaire également, les armées locales non contrôlées par le pouvoir central tendent à devenir la norme, surtout au sud. Au nord comme au sud, la profession de soldat est devenue héréditaire.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Médias de l’article

200 à 300. Division des empires

200 à 300. Division des empires
Crédits : Encyclopædia Universalis France

vidéo

300 à 400. Christianisme

300 à 400. Christianisme
Crédits : Encyclopædia Universalis France

vidéo

Afficher les 2 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  TROIS ROYAUMES LES & DYNASTIES DU NORD ET DU SUD LES (220-589), Chine  » est également traité dans :

CAO CAO [TS'AO TS'AO] (155-220)

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre DIÉNY
  •  • 613 mots

« En temps normal vous seriez un malfaiteur, en temps de crise, un héros. » C'est en ces termes que le jeune Cao Cao s'entendit prédire son avenir de la bouche d'un célèbre caractérologue. Petit-fils par adoption d'un eunuque de la cour, il entra tôt dans la carrière, mais l'ascension de Dong Zhuo marqua pour lui le début d'une fulgurante aventure. Avec d'autres rebelles, il prit les armes contre […] Lire la suite

CAO PI [TS'AO P'I] ou CAO PEI [TS'AO P'EI] (187-226) empereur sous le nom de WENDI [WEN-TI] (220-226)

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre DIÉNY
  •  • 401 mots

À la mort de Cao Cao (220), le vainqueur de la guerre civile où sombra la dynastie des Han, Cao Pi (ou Cao Pei), son fils aîné, lui succéda comme roi de Wei et Premier ministre du dernier empereur des Han. Quelques mois plus tard, celui-ci renonçait à son trône en faveur de Cao Pi, qui fonda la dynastie des Wei. C'était la première fois dans l'histoire de Chine qu'une abdication consommait un chan […] Lire la suite

CHINE - Histoire jusqu'en 1949

  • Écrit par 
  • Jean CHESNEAUX, 
  • Jacques GERNET
  •  • 44 695 mots
  •  • 50 médias

Dans le chapitre « Les Trois Royaumes »  : […] La période de troubles qui commence, en 184, par des insurrections populaires d'inspiration taoïste ( Turbans jaunes en Chine orientale, secte des Cinq Boisseaux de riz au Sichuan) s'accompagne de la formation d'armées autonomes dirigées par les chefs de guerre chargés de la répression (Dong Zhuo, Cao Cao). Ce sont eux qui finissent par détenir la réalité du pouvoir ; les empereurs Han ont en effe […] Lire la suite

CHINOISE CIVILISATION - Les arts

  • Écrit par 
  • Corinne DEBAINE-FRANCFORT, 
  • Daisy LION-GOLDSCHMIDT, 
  • Michel NURIDSANY, 
  • Madeleine PAUL-DAVID, 
  • Michèle PIRAZZOLI-t'SERSTEVENS, 
  • Pierre RYCKMANS, 
  • Alain THOTE
  •  • 54 374 mots
  •  • 43 médias

Dans le chapitre « Progrès et découvertes sous les Han, les Six Dynasties et les Sui »  : […] À l'époque Han, on assiste à un essor considérable de tous les artisanats. L'art de la céramique est marqué par le renouvellement des formes et des décors, ainsi que par de remarquables progrès techniques. Deux catégories bien différentes suivront désormais un développement parallèle : poteries avec ou sans glaçures, grès à couverte feldspathique. Les poteries funéraires, en Chine du Nord, ont des […] Lire la suite

CHINOISE (CIVILISATION) - La littérature

  • Écrit par 
  • Paul DEMIÉVILLE, 
  • Jean-Pierre DIÉNY, 
  • Yves HERVOUET, 
  • François JULLIEN, 
  • Angel PINO, 
  • Isabelle RABUT
  •  • 45 739 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'époque des Six Dynasties (IIIe-VIe s. apr. J.-C.) »  : […] L' effondrement de l'Empire des Han fut suivi d'une période troublée qu'on a pu comparer à notre Moyen Âge. Elle s'en rapproche par quelques traits caractéristiques : invasions des Barbares, qui occupent toute la partie septentrionale de la Chine ; irruption aussi d'une religion universaliste et égalitariste, le bouddhisme, qui contribue au bouleversement des structures politiques et sociales de l […] Lire la suite

GRANDE MURAILLE DE CHINE - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Alain THOTE
  •  • 498 mots

Vers — 500 Dès l'époque des Printemps et des Automnes (770-481 avant notre ère), et surtout à partir de — 300, les principautés du nord de la Chine, Qin, Zhao et Yan, se dotèrent de murs défensifs, souvent le long des rivières, en des zones menacées par leurs voisins nomades ou semi-nomades. Elles se protégeaient de populations qu'elles avaient en fait progressivement repoussées plus au nord, ou […] Lire la suite

JIN [CHIN], dynastie chinoise (265-419)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 834 mots

La dynastie chinoise des Jin comprend deux phases distinctes : les Jin occidentaux ou Xi Jin (265-316) et les Jin orientaux ou Dong Jin (317-419). En 265, Sima Yan (234 ou 236-290), prince de la famille Sima, dépose le dernier empereur Cao et fonde la dynastie des Jin occidentaux. Ce monarque dynamique et aux innombrables concubines est connu sous le nom dynastique de Wudi. Sa cour instaure l'un d […] Lire la suite

SAN GUO ZHI YANYI

  • Écrit par 
  • André LEVY
  •  • 1 888 mots

Le San Guo zhi yanyi ou Amplification de la chronique des Trois Royaumes , élabore une matière traversée dès l'origine par un souffle épique. Il mérite la première place, celle que revendique l'œuvre du xiv e siècle parachevée au xvii e siècle, sans pour autant prétendre être la meilleure de la littérature d'imagination. En effet, il n'est pas de thème qui ait exercé depuis aussi longtemps un […] Lire la suite

TABGATCH, chin. TUOBA [T'O-PA]

  • Écrit par 
  • Françoise AUBIN
  •  • 102 mots

Ancienne peuplade d'Asie centrale, également connue sous son nom chinois de Tuoba. Issue d'une branche des Xianbei, elle est reconnue maintenant, d'après sa langue (quelques mots conservés dans les sources chinoises), comme appartenant à l'ethnie mongole. Elle fonde, à la fin du iv e  siècle, la dynastie des Wei septentrionaux (386-534), qui unifie au v e  siècle toute la Chine du Nord et se sinis […] Lire la suite

Pour citer l’article

Pierre-Étienne WILL, « TROIS ROYAUMES LES & DYNASTIES DU NORD ET DU SUD LES (220-589), Chine », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 30 novembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/trois-royaumes-et-dynasties-du-nord-et-du-sud/