CAO CAO [TS'AO TS'AO] (155-220)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

« En temps normal vous seriez un malfaiteur, en temps de crise, un héros. » C'est en ces termes que le jeune Cao Cao s'entendit prédire son avenir de la bouche d'un célèbre caractérologue. Petit-fils par adoption d'un eunuque de la cour, il entra tôt dans la carrière, mais l'ascension de Dong Zhuo marqua pour lui le début d'une fulgurante aventure. Avec d'autres rebelles, il prit les armes contre le tyran, dont la prompte disparition (191) laissa le champ libre aux rivalités des coalisés. Dès lors, et pendant trente ans, Cao Cao ne cesse plus de guerroyer. Il s'assure d'abord une solide base d'opérations à l'ouest de l'actuelle province du Shandong, puis, éliminant peu à peu ses adversaires, des plus petits aux plus puissants, il finit par écraser son ennemi le plus dangereux, Yuan Shao. Cependant, la défaite de Chibi, en 208, met un terme à ses progrès et consacre pour plusieurs décennies la division de la Chine en trois royaumes. Cao Cao domine, au nord, le plus étendu des trois, qui deviendra après sa mort l'empire des Wei, tandis que les États de Wu et de Shu se partagent le Sud. Le maître de la Chine du Nord occupe ses dernières années à consolider son pouvoir. Il soumet au nord-est les Barbares Wuwan et multiplie au sud, contre ses deux derniers rivaux, des campagnes infructueuses.

Les victoires de Cao Cao s'expliquent d'abord par la puissance de ses armes. Après avoir battu et disloqué une immense armée de paysans révoltés, les Turbans jaunes, il sut enrôler une partie des vaincus sous sa bannière. À l'imitation des Han antérieurs, il créa des colonies militaires qui assurèrent l'approvisionnement régulier de ses troupes. Il fut lui-même un général hors pair, auteur d'un commentaire du fameux traité d'art militaire de Sun Wu, et inventeur infatigable de ruses de guerre qui ont fait les délices des historiens. Stratège mais aussi politicien, Cao Cao eut l'audace et l'habileté de mettre la main, dès 196, sur le dernier empereur des Han, dont [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  CAO CAO [ TS'AO TS'AO ] (155-220)  » est également traité dans :

CAO ZHI [TS'AO TCHE] (192-232)

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre DIÉNY
  •  • 1 383 mots

Dans le chapitre « Désastres et chefs-d'œuvre »  : […] Son biographe, l'auteur de l' Histoire des trois royaumes ( San guo zhi ), retrace sa carrière avec une dramatique simplicité. Dès son enfance, Cao Zhi séduisit son père, le grand Cao Cao (155-220), dont le génie a dominé la crise ultime de l'histoire des Han, par la précocité de ses dons. Devenu le maître de l'Empire, Cao Cao poussa la faveur jusqu'à v […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cao-zhi-ts-ao-tche/#i_17821

JIAN'AN [KIEN-NGAN] LES SEPT POÈTES DE LA PÉRIODE (196-220)

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre DIÉNY
  •  • 1 634 mots

L'époque Jian'an est l'une des plus brillantes de l'histoire littéraire chinoise. On désigne sous ce nom le quart de siècle (196-220) au cours duquel s'effondra la domination, quatre fois séculaire, de la dynastie des Han et se prépara par les armes la constitution des trois États qui allaient se partager sa succession. L'un de ceux-ci, celui de Wei, devait se constituer à partir du fief de Cao C […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jian-an-kien-ngan-les-sept-poetes-de-la-periode/#i_17821

TROIS ROYAUMES LES & DYNASTIES DU NORD ET DU SUD LES (220-589), Chine

  • Écrit par 
  • Pierre-Étienne WILL
  •  • 992 mots
  •  • 2 médias

Les appellations de Trois Royaumes et de Dynasties du Nord et du Sud (respectivement sanguo et nanbeichao ) s'appliquent à la période de fragmentation de la Chine allant de 220 à 589. Héritage de la désagrégation des Han, la division tripartite du début oppose le Wei (220-265) en Chine du Nord (famille Cao, capitale Luoyang), le Shu, ou Shu Han (221-26 […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/trois-royaumes-et-dynasties-du-nord-et-du-sud/#i_17821

TURBANS JAUNES

  • Écrit par 
  • Kristofer SCHIPPER
  •  • 472 mots

Premier mouvement de masse politico-religieux de la Chine, l'organisation révolutionnaire des Turbans jaunes (Huangjin), d'inspiration taoïste, contribua beaucoup, bien que noyée dans le sang, à l'établissement du taoïsme populaire et communautaire. Les dernières décennies de la dynastie des Han (~ 206-220) paraissent avoir été une période de désintégration politique et sociale d'une ampleur incon […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/turbans-jaunes/#i_17821

Pour citer l’article

Jean-Pierre DIÉNY, « CAO CAO [TS'AO TS'AO] (155-220) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 26 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/cao-cao-ts-ao-ts-ao/