BROWN TRISHA (1936-2017)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'expérimentation méthodique

Trisha Brown attire l'attention par l'originalité de ses œuvres. Délaissant les théâtres traditionnels – où l'on n'est guère pressé de programmer ces trublions –, elle replace la danse dans des espaces inattendus, investit la rue et les toits. Elle privilégie ainsi de nouvelles perspectives, d'autres angles d'approche. À l'aide de harnachements spéciaux, fixés à un plafond, elle fait progresser le danseur perpendiculairement aux murs. En 1970, dans Man Walking down Side of Building, un interprète entreprend ainsi une descente en marchant le long de la façade d'un immeuble de plusieurs étages selon un parcours niant la gravité. Même problématique dans Floor of the Forest, où une structure tubulaire soutient un réseau de cordes et de vêtements noués, à hauteur du regard, au centre d'une pièce. Deux danseurs s'y déplacent, s'habillent et se déshabillent, en essayant de garder leur équilibre. Dans un même esprit novateur, Roof Piece (1971) est une danse qui se développe sur les toits de New York.

En 1973, à l'invitation du festival d'Automne Trisha Brown se produit au musée Galliera, devant un public de curieux qui découvre ses Accumulations. Ces pièces expérimentales exploitent la répétition de mouvements suivant un principe de séries modulées qui met en branle le corps entier et engendre un flux continu. Admirée d'un petit groupe de fidèles, Trisha Brown revient trois ans plus tard en France où elle présente Line up, puis en 1979 Glacial Decoy, à la gestuelle rapide, fringante, qui propulse les danseuses, à grande vitesse, d'un point à un autre de l'espace. Pour cette pièce, elle intègre l'espace scénique traditionnel, en collaboration avec le plasticien Robert Rauschenberg qui a conçu un décor mouvant de diapositives projetées.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  BROWN TRISHA (1936-2017)  » est également traité dans :

BALLET

  • Écrit par 
  • Bernadette BONIS, 
  • Pierre LARTIGUE
  •  • 12 654 mots
  •  • 20 médias

Dans le chapitre « La rupture postmoderne aux États-Unis »  : […] Dans les années 1960, l'esprit d'expérimentation d'une nouvelle génération dite postmoderne, adepte du minimalisme et de l'anti-art, substitue à la notion de spectacle celle de « performance ». Au sein du collectif Judson Dance Theater (1962-1966), puis du Grand Union (1970-1976), Yvonne Rainer pose les fondements théoriques de la danse postmoderne, avec Trio A (1966) : mouvements fonctionnels, […] Lire la suite

Pour citer l’article

Bernadette BONIS, Jean-Claude DIÉNIS, Agnès IZRINE, « BROWN TRISHA - (1936-2017) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 26 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/trisha-brown/