TRIPOLI, Liban

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Située à 90 kilomètres au nord de Beyrouth, Tripoli (en arabe Trabulus) doit son nom, d'origine grecque, signifiant les trois villes, au fait qu'elle fut le centre de la confédération phénicienne : les Sidoniens, les Tyriens et les Aradiens y occupaient trois quartiers différents, entourés chacun d'une enceinte. Fondée vers ~ 800 par les Phéniciens, elle devint un port prospère ; embellie aux époques séleucide et romaine, la ville continua à se développer au début de la période arabe. Devenue centre du comté de Tripoli, l'un des principaux États francs du Levant (1109-1289), Tripoli resta après la reconquête arabe une des principales « échelles du Levant », débouché de la Syrie centrale et au-delà par les pistes du désert, de l'Irak et du golfe Persique. Depuis la fin du xixe siècle, Tripoli a été éclipsée par Beyrouth. Son port naturel abrité et la facilité du passage vers la Syrie intérieure (par la trouée Homs-Tripoli, entre le mont Liban et le djebel Alaouite) auraient dû favoriser les activités d'échanges et de transit ; mais Tripoli est désormais trop proche à la fois de Beyrouth et de la frontière syrienne. Adossée au rebord du plateau qui flanque les montagnes du Liban-Nord, l'agglomération a maintenant rejoint son port d'El Mina, situé sur une presqu'île, en faisant disparaître une bonne partie des orangeraies et des oliveraies de la plaine côtière. Elle s'étire le long du littoral, au nord, en direction de la raffinerie construite au débouché du pipeline de Kirkouk, au sud, vers le quartier industriel de Bahsas (huileries, sucre, textiles, métallurgie, bois) ; elle déborde de plus en plus sur le plateau voisin à l'est. Deuxième ville du Liban, elle comptait 213 000 habitants en 2003, musulmans dans leur majorité, mais son rôle dans le pays est loin d'être à la mesure de sa population. Tripoli a conservé de son passé glorieux d'intéressants monuments croisés et musulmans : le château Saint-Gilles (xiie-xiiie s.), la Grande Mosquée, diverses madrasas, des caravansérails.

Liban : carte administrative

Liban : carte administrative

carte

Carte administrative du Liban. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher l'atlas

—  Jean-Marc PROST-TOURNIER

Écrit par :

  • : agrégé de l'Université, professeur à l'Institut de géographie du Proche et Moyen-Orient, Beyrouth

Classification


Autres références

«  TRIPOLI, Liban  » est également traité dans :

LATINS D'ORIENT ÉTATS

  • Écrit par 
  • Jean RICHARD
  •  • 3 042 mots
  •  • 2 médias

La naissance des États latins d'Orient est la conséquence de deux des croisades organisées par la papauté pour la libération des chrétiens d'Orient . Au cours de la première croisade, des éléments de l'armée des croisés s'établirent successivement à Édesse (fin 1097), à Antioche (1098), à Jérusalem (1099) et finalement devant Tripoli (1102). En 1191, lors de la troisième croisade, le débarquemen […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/etats-latins-d-orient/#i_19233

L'AUTRE RIVE, LE LIBAN (exposition)

  • Écrit par 
  • Hélène ERISTOV
  •  • 1 046 mots

Du 27 octobre 1998 au 2 mai 1999, l'Institut du monde arabe à Paris a présenté le patrimoine libanais dans sa diversité – outillage préhistorique, idoles phéniciennes, stèles hellénistiques, mosaïques byzantines, icônes melkites –, mais aussi dans la continuité d'une civilisation méditerranéenne où les mythes naissent des errances du commerce et de la guerre. Plus de cinq cents objets venaient de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/l-autre-rive-le-liban/#i_19233

LIBAN

  • Écrit par 
  • Philippe DROZ-VINCENT, 
  • Elizabeth PICARD, 
  • Éric VERDEIL
  •  • 26 458 mots
  •  • 18 médias

Dans le chapitre « L'invasion israélienne de 1982 et ses conséquences »  : […] Mais ce pays à l'armée paralysée et au gouvernement sans pouvoir est encore une fois victime, en 1982, des tensions régionales. Les Israéliens, qui ont effectué leur dernier retrait du Sinaï le 25 avril, veulent frapper vite et fort l' O.L.P. et l'armée syrienne au Liban. L'opération Paix pour la Galilée débute le 6 juin et engage jusqu'à 100 000 soldats qui traversent les lignes tenues par la F.I […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/liban/#i_19233

RAYMOND IV dit RAYMOND DE SAINT-GILLES (1042-1105) comte de Toulouse (1088-1105)

  • Écrit par 
  • Jean FAVIER
  •  • 316 mots

Fils cadet de Pons, comte de Toulouse, comte de Rouergue (1066) puis comte de Toulouse (1088), son frère aîné, le comte Guillaume, lui ayant cédé son comté avant de partir en pèlerinage pour la Terre sainte, Raymond de Saint-Gilles marqua très tôt son goût pour les grandes entreprises, et sa foi très vive, servie par un tempérament enthousiaste, le poussa d'abord à participer aux combats de la Rec […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/raymond-iv/#i_19233

Pour citer l’article

Jean-Marc PROST-TOURNIER, « TRIPOLI, Liban », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 21 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/tripoli-liban/