Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

TRINITÉ

Le modalisme

Entre 180 et 240, la christologie du Logos a un concurrent redoutable : le modalisme. Pour les modalistes, la divinité elle-même s'est incarnée dans le Christ, qui n'est autre que le Père devenu chair. Le Dieu des modalistes est avant tout absolue liberté : « Lorsqu'on ne le voit pas, il est invisible ; lorsqu'il se laisse voir, il est visible. De la même façon, il est [...] engendré et inengendré, immortel et mortel » (Noët, d'après Hippolyte, Elenchos, IX, 10, 10).

Taxant la christologie du Logos de dithéisme, le modalisme prétendait concilier seul la foi en un seul Dieu avec la croyance en la pleine divinité du Christ ; il resta longtemps populaire chez les simples fidèles, que la philosophie inquiétait. D'Orient, il avait gagné Rome. Son influence est grande sous les papes Zéphyrin (198-217) et Calliste (217-222). Vers 260 encore, l'évêque d'Alexandrie, Denys, doit le combattre. On le désigne alors sous le nom de sabellianisme, du nom de Sabellius, chef de la secte sous Calliste, qui finit par l'excommunier. Pour les sabelliens, Dieu agit sous trois prosôpa – trois masques ou visages – successifs : il est Père, comme créateur et législateur, il est Fils, de sa naissance à sa mort sur la croix ; il est enfin l'Esprit qui sanctifie l'Église.

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : docteur ès lettres, professeur à l'Université libre de Bruxelles

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Autres références

  • ANASTASE LE BIBLIOTHÉCAIRE (810 env.-env. 880)

    • Écrit par Universalis
    • 455 mots

    Linguiste distingué et cardinal de Rome né autour de 810, probablement à Rome (Italie), mort vers 880, Anastase le bibliothécaire est un conseiller politique influent des papes du ixe siècle.

    Apparenté à un évêque italien et reconnu pour sa parfaite connaissance du grec, Anastase est nommé cardinal-prêtre...

  • ARIANISME

    • Écrit par Michel MESLIN
    • 2 439 mots

    L'arianisme – du nom d' Arius, prêtre d'Alexandrie au début du ive siècle, qui fut traditionnellement considéré comme le père de cette hérésie – est une réflexion doctrinale visant à approfondir le dogme chrétien de la Trinité et à éclairer le problème des relations,...

  • ATHÉNAGORE (IIe s.)

    • Écrit par Universalis
    • 421 mots

    Philosophe grec chrétien, actif au iie siècle apr. J.-C.

    Les premiers historiens voient en Athénagore un platonicien converti au christianisme. Originaire d'Athènes, il se rend à Alexandrie et y fonde une académie réputée par la suite. Vers 177, il adresse à l'empereur Marc Aurèle et à son fils, Commode,...

  • AUGUSTIN saint (354-430)

    • Écrit par Michel MESLIN
    • 8 969 mots
    • 2 médias
    C'est dans son traité Sur la Trinité(comptant 15 livres, rédigés de 399 à 419) qu'Augustin a le mieux illustré cette méthode d'approche. Venant après les grands conciles du ive siècle qui, sous l'impulsion de la crise arienne, avaient défini le contenu du mystère d'un Dieu en trois...
  • Afficher les 33 références

Voir aussi