TRAITÉ DES PRINCIPES DE LA CONNAISSANCE HUMAINE, George BerkeleyFiche de lecture

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Publié alors que George Berkeley (1685-1753), futur évêque de Cloyne, n'a que vingt-cinq ans, le Traité des principes de la connaissance humaine ne rencontra pas le succès que la postérité sut lui reconnaître. Berkeley part d'une évidence : les mots nous voilent la réalité. Plus que tout autre, celui de « matière » ne répond en rien à notre expérience : nous n'avons d'autre rapport à ce qui est que ce que nous percevons : « Être c'est être perçu » (Esse est percipi). Un empirisme immatérialiste, critique tout à la fois envers Locke et le rationalisme, doublé d'un nominalisme qui mène droit à une théorie originale de la signification, caractérise d'abord la pensée de Berkeley.

George Berkeley

Photographie : George Berkeley

Et si le monde n'était que ma représentation? Avec Berkeley (1685-1753) et sa formule célèbre, «esse est percipi aut percipere» (être c'est être perçu ou percevoir), c'est l'univers entier qui pivote et qui «marche sur la tête» (Hegel). Plus rien n'existe que le sujet qui perçoit.... 

Crédits : AKG-images

Afficher

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par :

Classification

Autres références

«  TRAITÉ DES PRINCIPES DE LA CONNAISSANCE HUMAINE, George Berkeley  » est également traité dans :

BERKELEY GEORGE (1685-1753)

  • Écrit par 
  • Geneviève BRYKMAN
  •  • 2 922 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le philosophe, le missionnaire et le médecin »  : […] Né à Thomastown, près de Kilkenny, le 12 mars 1685, Berkeley appartenait, par son père, à la petite noblesse anglo-irlandaise, récemment installée en Irlande. C'est sans doute le souvenir d'une mère originaire de ce pays qui le fait s'affirmer pourtant comme Irlandais dans ses Cahiers de notes personnelles. Il entre au collège de Kilkenny en 1694 ; puis en 1700 au Trinity College de Dublin, illus […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Francis WYBRANDS, « TRAITÉ DES PRINCIPES DE LA CONNAISSANCE HUMAINE, George Berkeley - Fiche de lecture », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 novembre 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/traite-des-principes-de-la-connaissance-humaine/